Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Fin de la prise d'otage d'une surveillante de prison dans l'Aube

LILLE (AFP) - 

La surveillante de prison prise en otage jeudi matin par un détenu de droit commun au centre pénitentiaire de Villenauxe-la-Grande (Aube) a été libérée en fin de matinée, a-t-on appris de sources concordantes.

Cette libération est intervenue après les négociations engagées par les équipes régionales d'intervention et de sécurité (Eris) avec le détenu, qui réclamait son transfert dans un autre établissement à la suite d'une nouvelle condamnation, selon des sources judiciaire, syndicale et de l'administration pénitentiaire.

"11H20: Fin de la prise d'otage d'une surveillante au CD (centre de détention, ndlr) de Villenauxe-la-Grande. Le négociateur de l'ERIS de Paris a mené les négociations. Les collègues ont fait un excellent travail au sein du CD", s'est réjoui sur twitter le syndicat Ufap-Unsa-justice. La prise d'otage avait débuté vers 08H30.

Selon une source proche du dossier, le détenu, originaire d'un pays de l'Est, incarcéré depuis août 2016 pour "vol sur personne vulnérable", serait âgé d'une vingtaine d'années et était porteur d'une fourchette.

D'après une autre source proche du dossier, il était "libérable en juillet" mais avait vu son maintien en détention prolongé jusqu'en avril 2019 "à la suite d'une mise à l'écrou pour une nouvelle peine", qui lui a été signifié mercredi de source syndicale.

D'après une source syndicale présente sur place, la situation était très calme devant la prison durant cette prise d'otage et les médias tenus à distance de ce centre où sont incarcérés environ 400 prisonniers.

© 2018 AFP