Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Des moutons dans la ville: la spectaculaire transhumance des "bergers urbains" près de Paris

© AFP | Des brebis traversent un passage clouté à Aubervilliers, près de Paris, le 14 juin 2018

AUBERVILLIERS (AFP) - 

Des moutons qui broutent au pied de tours, en pleine ville, au milieu d'une nuée d'enfants: ce pâturage insolite se produit une fois par mois aux portes de Paris à l'initiative des "bergers urbains".

Mercredi, le troupeau a sillonné les cités et les parcs d'Aubervilliers, une commune juste au nord de la capitale française, offrant la vue étonnante de brebis traversant des passages cloutés ou passant devant des stations-service.

"C'est un déplacement qu'on appelle pâturage en parcours libre, c'est-à-dire qu'ils mangent et en même temps, c'est vraiment une volonté de pâturer. Au lieu de pâturer dans un parc. Ils pâturent en marchant", explique à l'AFP-TV Julie-Lou Dubreuilh, co-fondatrice de la coopérative des "bergers urbains".

L'objectif des bergers urbains est de faire du pastoralisme respectueux de l'environnement au coeur même des quartiers de la Seine-Saint-Denis, département sensible accolé à Paris.

"C'est toujours dans la bonne humeur, c'est bon enfant. On sent vraiment que ça décompresse la cité, que ça décompresse le stress de la ville", ajoute Julie-Lou Dubreuilh.

Faire parcourir les rues aux moutons et brebis ne sert pas seulement à leur dégourdir les jambes et enchanter les enfants, explique la bergère.

"On est basé sur le parc de La Courneuve qui fait à peu près 400 hectares. Il y a beaucoup à manger, mais bizarrement quand on a envie de faire un élevage sans antibiotique et sans vermifuge, on est obligé de fournir au mouton la possibilité de se soigner.

Et, donc, il faut souvent des plantes qui poussent sur les bords des chemins, sur des friches, et ça, on le trouve vraiment beaucoup en ville", assure-t-elle.

© 2018 AFP