Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grèce : un allègement de la dette se profile à l'Eurogroupe

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

En savoir plus

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée : une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

Russie: le gouvernement veut relever l'âge de la retraite, fixe depuis près de 90 ans

© AFP/Archives | Le président russe Vladimir Poutine et son Premier ministre Dmitri Medvadev à Moscou, le 8 mai 2018

MOSCOU (AFP) - 

Le gouvernement russe a proposé jeudi de relever progressivement l'âge de la retraite, fixe depuis près de 90 ans, de 55 à 63 ans pour les femmes et de 60 à 65 ans pour les hommes, une décision taboue plusieurs fois repoussée par Vladimir Poutine.

Le gouvernement propose "de commencer en 2019 pour atteindre étape par étape l'âge de la retraite de 65 ans pour les hommes en 2028 et 63 ans pour les femmes en 2034", a déclaré le Premier ministre Dmitri Medvedev, cité par les agences russes lors d'un conseil des ministres.

Cette réforme "nous permettra de disposer de moyens supplémentaires pour augmenter les pensions au-dessus du niveau de l'inflation", a-t-il ajouté.

Elle s'accompagne d'une autre mesure potentiellement douloureuse pour le pouvoir d'achat: une hausse du taux de TVA de 18% à 20%.

Fixé en 1932 et jamais touché depuis, l'âge de départ à la retraite en Russie - un acquis social de l'époque soviétique - est parmi les plus bas du monde.

Jusqu'à 30% des Russes peuvent même partir plus tôt que l'âge officiel grâce aux régimes spéciaux dont bénéficient de nombreuses catégories.

Vu le déclin démographique, le système des retraites représente un poids croissant pour le budget fédéral malgré la faiblesse des pensions (quelques centaines d'euros tout au plus).

Cet âge très bas a longtemps été justifié par la faiblesse de l'espérance de vie, notamment dans les années 1990, qui est remontée ces dernières années.

Dans un pays où les nombreux retraités ont souvent du mal à subvenir à leurs besoins, cette réforme s'annonce sensible.

Vladimir Poutine a reconnu plusieurs fois qu'elle serait nécessaire mais avait jusqu'à présent toujours jugé que le moment n'était pas venu, malgré les appels des milieux économiques.

Dans un geste pour une classe de population qui a particulièrement souffert de l'envolée des prix de ces dernières années, le Kremlin avait néanmoins annoncé en mars préparer des mesures pour permette aux retraites d'augmenter plus vite que l'inflation.

© 2018 AFP