Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

Escrime: Yannick Borel voit triple aux Championnats d'Europe

© AFP | L'épéiste français Yannick Borel après avoir remporté son troisième titre européen d'affilée, aux Championnats d'Europe à Novi Sad le 17 juin 2018

PARIS (AFP) - 

Et un, et deux, et trois titres européens! L'épéiste français Yannick Borel, blessé depuis plusieurs semaines au poignet droit, s'est encore surpassé pour décrocher une troisième couronne individuelle d'affilée, dimanche soir à Novi Sad (Serbie).

En finale, Borel, champion olympique par équipes en 2016 à Rio, a une nouvelle fois fait parler sa puissance, lui que son ancien entraîneur en équipe de France, Hugues Obry, surnomme "le bulldozer".

Mené 8-3, il est parti à l'offensive pour prendre le dessus sur l'Estonien Nikolai Novosjolov, double champion du monde individuel, à Paris en 2010 et à Budapest en 2013. Et s'est imposé à la touche décisive, 15 à 14.

"Elle est belle cette médaille. Je pense que c'était (le championnat) le plus dur des trois. Dur physiquement, dur mentalement, avec une journée longue. J'en ai bavé sur la fin de la journée. Je suis mené deux fois 14-13 (en huitièmes de finale puis en finale, NDLR) et j'arrive à inverser la tendance. J'y suis allé à l'envie", a expliqué Borel à l'AFP.

"Le titre est au bout et c'est ça le plus important. J'ai réussi à faire abstraction de ces trois titres d'affilée, parce que ça fait peut-être deux semaines qu'on m'en parle", a ajouté Borel.

Depuis plusieurs semaines, Borel évolue avec un poignet droit blessé. Il va se faire opérer après les Championnats du monde à Wuxi (Chine) fin juillet (22-27). Cette blessure ne l'a pas pour autant empêché de gagner début juin à Cali et dimanche à Novi Sad.

- Astrid Guyart en quart -

"Ca se gère très bien maintenant. Avec le staff, je suis bien encadré. Ca fait deux semaines qu'on est entrés dans le vif du sujet. A l'Insep, j'ai un suivi quotidien", a rassuré le Guadeloupéen.

Aux Championnats d'Europe, gagner est devenu une habitude pour Borel, depuis 2016: alors en balance pour le ticket olympique, il était allé arracher son premier or européen en solo, ce qui lui a ouvert les portes de Rio-2016.

L'an passé, arrivé avec l'étiquette de N.1 mondial et de grandissime favori, il a tenu son rang. Et cette année, au coeur d'une saison compliquée par des pépins physiques, il a une nouvelle fois répondu présent.

Le voilà lancé vers les Championnats du monde, pour un podium individuel qui lui échappe jusqu'à présent, à l'image de son élimination dès le premier tour l'an passé à Leipzig. Mais d'abord il y aura l'épreuve par équipes à Novi Sad.

Du côté des filles du fleuret, seule Astrid Guyart s'est hissée jusqu'en quart de finale, battue 15-8 à ce stade par la Russe Inna Deriglazova, N.1 mondiale, championne olympique et du monde en titre, qui a remporté son deuxième titre européen après celui de 2012.

Déception en revanche pour Ysaora Thibus. Médaillée de bronze l'an passé aux Championnats d'Europe et du monde, la Guadeloupéenne de 26 ans n'a pas passé le stade des 16es de finale dimanche à Novi Sad.

Lundi, les derniers titres européens en individuel seront décernés au sabre messieurs, et à l'épée dames. Avant de laisser la place aux compétitions par équipes.

© 2018 AFP