Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Rendez-vous salarial pour les fonctionnaires et leurs rémunérations de 2019

© AFP/Archives | Le secrétaire d'Etat à la fonction publique Olivier Dussopt à l'Elysée, le 12 juin 2018

PARIS (AFP) - 

Plus de cinq millions d'agents publics attendaient lundi un geste du gouvernement en termes de rémunération pour 2019, après deux journées de mobilisation axées sur la défense du pouvoir d'achat.

Présidé par le secrétaire d'Etat à la fonction publique Olivier Dussopt, ce "rendez-vous salarial" était initialement prévu en octobre mais a été avancé à la demande des syndicats pour qu'il se tienne avant les arbitrages budgétaires.

Le précédent, en octobre 2017, ayant débouché sur "une année 2018 négative" en termes de rémunération selon les syndicats, ceux-ci avaient placé la question du pouvoir d'achat au coeur de deux journées de grève et de manifestations.

Mais la mobilisation moins importante qu'attendue le 22 mai (139.000 personnes en France selon le ministère de l'Intérieur, pour 323.000 le 22 mars), et ce malgré l'appel unitaire des organisations syndicales, ne leur permet pas d'arriver lundi dans la position de force espérée.

Un rassemblement "symbolique" était prévu devant le ministère de l'Economie, où a lieu cette réunion.

Les syndicats réclament, outre la révision à la hausse de l'indemnité compensatrice de la hausse de la CSG et le respect des engagements sur la protection sociale complémentaire, des mesures générales. Et notamment la revalorisation du point d'indice, qui sert à calculer le salaire des fonctionnaires, gelé entre 2010 et 2016 puis de nouveau en 2018.

Ce "geste attendu de reconnaissance" serait "logique quand on regarde l'augmentation du coût de la vie", estime Luc Farré (Unsa, 4e syndicat).

- "Smicardisation" de la fonction publique -

La CGT (1er) défend une augmentation de la valeur du point de 2,5%, en dénonçant un "processus de +smicardisation+ massif" dans la fonction publique: selon elle, près de deux agents sur dix ont un salaire compris "entre le SMIC et +10%" du SMIC, contre seulement un sur dix il y a 20 ans.

"On a toujours en tête la promesse d'Emmanuel Macron, lorsqu'il était candidat, d'améliorer le pouvoir d'achat de tous les salariés. C'est l'occasion pour le gouvernement de tenir cette promesse", estime Bernadette Groison (FSU, 5e), précisant toutefois ne pas se faire "de grandes illusions".

Olivier Dussopt a en effet déjà prévenu que l'augmentation de la valeur du point n'était pas "privilégiée", faisant valoir un "coût collectif très important" pour un gain individuel "très faible".

Une revalorisation de 1% "représente une augmentation des dépenses publiques de deux milliards d'euros" pour une hausse de salaire "de moins de 15 euros" pour un agent gagnant 2.000 euros net, a-t-il répété ces derniers mois.

Le gouvernement table plutôt sur le développement du salaire au mérite - des discussions ont débuté fin mai sur ce sujet avant un projet de loi annoncé au 1er semestre 2019 -, et sur des mesures catégorielles.

Fin mars, le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin avait annoncé vouloir faire un geste pour les fonctionnaires les plus "mal payés", citant les infirmières ou "un certain nombre de métiers de catégorie C", la plus basse.

Des précisions pourraient être données lundi, mais déjà les syndicats ont signifié leur méfiance face à cette approche. Le rendez-vous salarial ne peut pas "se limiter à des annonces uniquement catégorielles", avait prévenu mi-avril Mylène Jacquot (CFDT, 2e) lors d'une conférence de presse.

Christian Grolier (FO, 3e) avait déclaré être "par principe", "opposé à une discussion de rémunération liée aux métiers". Cela va "opposer les agents les uns aux autres", avait renchéri Jean-Marc Canon (CGT).

Le gouvernement devrait par ailleurs confirmer la reprise, à partir du 1er janvier 2019, du protocole d'amélioration des carrières et des rémunérations appelé PPCR, conclu sous le gouvernement précédent mais gelé pour un an après l'élection d'Emmanuel Macron.

Ce programme, qui "représente un engagement très lourd de l'Etat", sera "intégralement tenu sur le quinquennat" et se traduira "par des augmentations de salaire pour l'ensemble des catégories" d'agents, avait rappelé M. Dussopt fin mai.

© 2018 AFP