Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

EUROPE

Matteo Salvini regrette de ne pas pouvoir "expulser" les Roms italiens

© Alberto Pizzoli, AFP | Le ministre de l'Intérieur italien et chef de file du parti d'extrême droite la Ligue, Matteo Salvini à Rome, le 13 juin 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/06/2018

Les propos du ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini ont soulevé une vague d'indignation en Italie. Il a déclaré vouloir recenser la communauté rom pour procéder à leur expulsion, regrettant de devoir "garder" les Roms italiens.

Le nouveau gouvernement italien prévoit de mener un recensement de la communauté rom en vue d'expulser toute personne séjournant illégalement en Italie, a déclaré lundi 18 avril le ministre de l'Intérieur et vice-président du Conseil italien, Matteo Salvini.

"Malheureusement, nous allons devoir garder les Roms italiens parce que nous ne pouvons pas les expulser", a ajouté le chef de file de la Ligue (extrême droite) alliée au Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème) au sein du gouvernement de coalition. Ces propos ont soulevé une vague d'indignation dans les rangs de l'opposition et un certain malaise au sein du gouvernement.

Le Parti démocrate (PD, centre gauche) a immédiatement critiqué les propos de Matteo Salvini, estimant que cela ravivait des souvenirs de "nettoyages ethniques".

>> À lire : "Mondes tsiganes" : histoire d'une fascination-répulsion fabriquée par les images

Salvini modère ses propos

Le gouvernement n'a pas l'intention de mettre en place des archives séparées pour les Roms, ni de prendre leurs empreintes digitales, mais veut protéger les enfants de la communauté rom que les parents empêchent d'aller à l'école, a dit Salvini dans un communiqué publié ultérieurement. Il a ajouté vouloir vérifier comment les fonds de l'Union européenne visant à aider les communautés marginalisées étaient utilisés.

L'autre vice-Premier ministre Luigi Di Maio, chef de file du M5S, a rappelé que le recensement d'une partie de la population sur une base ethnique était contraire à la loi italienne. "Cela me fait plaisir que Salvini ait démenti toute hypothèse de fichage et de recensement des immigrés, parce que si une chose est inconstitutionnelle, elle ne peut se faire", a-t-il déclaré.

Après les migrants, les Roms

Matteo Salvini a déclenché une tempête en Europe pour avoir refusé l'entrée dans les ports de la péninsule à des bateaux affrétés par plusieurs ONG étrangères, dont le navire Aquarius qui transportait plus de 600 migrants.

Se focalisant sur une autre communauté, celle des gens du voyage, qui a souvent été la cible du courroux de la Ligue, le ministre italien a déclaré que son ministère se penchait "sur la question des Roms" et voulait savoir "combien" étaient présents en Italie.

Aucun chiffre officiel n'existe, mais selon une association proche de cette communauté, les Roms en Italie seraient entre 120 000 et 180 000. En majorité de nationalité italienne, ils vivent principalement dans des bidonvilles à la périphérie des grandes villes.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/06/2018

  • ITALIE

    Refoulement de l’Aquarius : "L'Europe n'a plus les moyens de sanctionner l'Italie"

    En savoir plus

  • MÉDITERRANÉE

    En chiffres : l'Italie face au défi migratoire

    En savoir plus

  • ITALIE

    Italie : devant le Sénat, Giuseppe Conte revendique une politique "populiste"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)