Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FRANCE

Au cimetière américain de Colleville, des jumeaux enfin réunis, 74 ans après la guerre

© Stéphanie Trouillard, France 24 | La tombe de Julius Pieper située juste à côté de celle de son frère de Ludwig, dans le cimetière américain de Colleville-sur-Mer.

Vidéo par Claire PACCALIN , Stéphanie TROUILLARD , Natacha MILLERET

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 20/06/2018

Soixante-quatorze ans après son décès, un soldat américain a été enterré aux côtés de son jumeau lors d'une cérémonie au cimetière américain de Colleville-sur-Mer. Récemment identifié, son corps a pu rejoindre celui de son frère tué le même jour.

En cette fin de journée de juin, un ciel gris recouvre le cimetière américain de Colleville-sur-Mer. Seul le marbre blanc des quelques 9 400 tombes de soldats tués durant la Seconde Guerre mondiale apporte un peu de clarté. Les touristes sont partis. Il n'y a plus un seul bruit. Dans un coin, à l'écart, une dizaine de personnes sont cependant rassemblées autour d'une tombe. Avec gravité, chacune leur tour, elles déposent une rose rouge sur un cercueil, puis d'un geste de la main, elles sèchent leurs larmes. Dans leur regard, tristesse et joie sont mêlées. Quand alors les rayons de soleil transpercent finalement les nuages, tous regardent en direction du ciel bleu. Le soulagement se lit sur les visages.

"C'était écrit qu'ils allaient se retrouver. C'est un sentiment formidable. Leur vœu est respecté", résume Susan Lawrence, qui se tient près de cinq de ses cousins en ce mardi 19 juin.

Cette Californienne a fait le voyage depuis les États-Unis pour assister à l'enterrement de son oncle, Julius Pieper. Il y a 74 ans, jour pour jour, ce jeune soldat américain est mort non loin des côtes normandes, tout comme son jumeau Ludwig. Tous deux reposent désormais côte à côte dans le cimetière de Colleville-sur-Mer.

"C'était important pour eux de se battre ensemble, d'être sur le même navire durant la guerre. Ils devaient donc être enterrés ensemble", estime Susan Lawrence, venue avec son frère Dean. Pendant plus de sept décennies, les corps des jumeaux ont pourtant été séparés.

Un long voyage

C'est le 19 juin 1944 que les deux soldats originaires du Nebraska se retrouvent sur le LST-523, un navire chargé du transport de matériels ainsi que du rapatriement des blessés lors des opérations du Débarquement. Ils font route depuis l'Angleterre vers Omaha Beach. Le temps est mauvais. Le navire heurte une mine allemande et coule en quelques minutes. Les jumeaux font partie des victimes du naufrage. Le corps de Ludwig est identifié et enterré dans le cimetière de Colleville-sur-Mer, celui de Julius n'est pas retrouvé. Son nom est inscrit sur le mur des disparus.

Les frères Pieper, Julius à gauche, Ludwig à droite
© Susan Lawrence

>> À lire sur France 24 : Les derniers libérateurs du "D-Day"

Pendant des années, la famille Pieper garde espoir de retrouver la trace de Julius. Mais ce n'est qu'en 2015 qu'une piste est découverte. Dans le cadre d'un projet scolaire, une lycéenne du Nebraska, Vanessa Taylor, se lance dans des recherches sur les soldats de sa région enterrés en Normandie. Émue par l'histoire des frères Pieper, elle demande le dossier de Julius au Defense POW/MIA Accounting Agency (DPAA), un agence gouvernementale américaine chargée de retrouver les corps des militaires prisonniers de guerre ou disparus au combat depuis la Seconde Guerre mondiale. Au cours de son enquête, un lien est finalement fait avec des restes humains retrouvés, en 1961, dans l'épave du LST-523 et ayant été inhumés sous le matricule inconnu X-9352 dans un autre cimetière américain, en Belgique.

L'ancienne tombe de Julius Pieper dans le cimetière militaire américain de Neuville-en-Condroz, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Liège, en Belgique
© ABMC

>> À lire sur France 24 : "D-Day" : rencontrer ses héros d'enfance

"Un cas vraiment unique"

La DPAA décide de poursuivre les recherches. La dépouille est exhumée et comparée à des empreintes dentaires et à des radiographies de Julius Pieper. L'identification confirme qu'il s'agit bien du jeune marin du Nebraska. "C'est vraiment un miracle et une coïncidence incroyable. Si cette jeune fille ne nous avait pas fait cette demande, nous n'aurions peut-être pas fait le rapprochement", explique Tim Nosal, le directeur des Affaires extérieures de l'American Battle Monuments Commission, l'organisme chargé de l'entretien des cimetières militaires américains. "C'est un cas vraiment unique."

Lorsque l'armée américaine apprend la nouvelle à la famille Pieper, la mère de Susan et Dean, Mary Ann, en pleure de joie. "Cela lui a enlevé un poids. C'était difficile pour elle de savoir que l'un d'eux manquait. Elle était heureuse qu'il ait été retrouvé et de penser qu'ils allaient de nouveau être ensemble", se souvient sa fille. Une fois l'identification faite, les autorités leur ont demandé quel était leur souhait. Un choix s'est imposé tout naturellement pour la famille : réunir les jumeaux dans le même cimetière.

"Ils étaient les meilleurs amis du monde"

"Les jumeaux avaient une relation très proches. Ils étaient les meilleurs amis du monde. Ils étaient toujours ensemble. Quand l'un tombait malade, l'autre aussi", décrit Susan Lawrence, rapportant les récits de sa mère, qui a gardé en mémoire l'annonce de la mort de ses frères, alors qu'elle avait 15 ans. Dean Lawrence se souvient aussi de quelques anecdotes racontées par Mary Ann : "Elle nous parlait d'eux et de leur enfance au Nebraska. Elle se rappelait du jour où ils se sont enrôlés et où ils sont partis à la guerre. Ils voulaient vraiment faire quelque chose pour leur pays". Ce grand gaillard regarde alors en direction de la plage d'Omaha Beach, situé en contrebas du cimetière. En observant la mer, il ne peut s'empêcher de verser quelques larmes : "Quand je pense à la mort que mes oncles ont eu, c'est une terrible façon de disparaître".

Les six enfants de la famille Pieper, Ludwig et Julius sont 2e et 3e à droite
© Susan Lawrence

Malheureusement, Mary Ann ne peut plus se recueillir sur la tombe de ses deux frères. Âgée de 88 ans, elle est décédée il y a quelques semaines, en mai dernier. "Mais elle savait que nous allions venir, que nous serions là”, précise Dean la gorge serrée. Pour Susan, Julius et Ludwig peuvent enfin reposer en paix, ensemble pour l'éternité : "C'est la fin de l'histoire, mais aussi le début d'une autre. Nous espérons revenir ici avec le reste de notre famille, pour que leur sacrifice ne soit pas oublié et qu'ils ne soient pas morts en vain. Pour garder intact cette mémoire familiale".

Première publication : 20/06/2018

  • LIBÉRATION DE LA FRANCE

    Débarquement : Bernard Dargols, un Français parmi les GI's

    En savoir plus

  • EN IMAGES

    Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • CÉLÉBRATIONS DU DÉBARQUEMENT

    "D-Day" : une journée de commémorations sous le signe de la gratitude

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)