Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Visite de Donald Trump au Royaume-Uni : nouveau coup de théâtre

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Donald Trump : le président qui divise l'Europe ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'amour à la française, mythe ou réalité ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani en danseuse de break, un nouveau défi relevé

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Portugal : l'eucalyptus met le feu aux poudres

En savoir plus

FOCUS

Syrie : à Idleb, se reconstruire grâce au sport

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron au Congrès à Versailles : l'État-providence est-il obsolète ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : une séparation en douceur est-elle encore possible ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts à Essaouira

En savoir plus

EUROPE

La Hongrie adopte la loi "Stop-Soros" qui pénalise les ONG aidant les migrants

© Wojtek Radwanski, AFP | Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le 19 juin 2017, à Varsovie, en Pologne.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/06/2018

Promise par le Premier ministre Viktor Orban lors de la campagne pour sa réélection, la loi pénalisant l'aide aux migrants en Hongrie a été adoptée, mercredi, par le Parlement.

Le Parlement hongrois a adopté, mercredi 20 juin, un ensemble de lois dénommé "Stop-Soros" rendant passible de poursuites pénales l'aide aux migrants opérée par des ONG, à l'initiative du Premier ministre national-conservateur, Viktor Orban.

Promise par le dirigeant avant sa confortable réélection pour un troisième mandat consécutif en avril, la nouvelle législation, qui vise "les organisateurs de l'immigration illégale", a été adoptée par 160 voix pour et 18 contre.

>> À voir : "Anti-Soros" : le slogan électoral qui veut devenir loi en Hongrie

Ce nouveau tour de vis juridique institue notamment une peine allant jusqu'à un an de prison pour toute personne portant assistance à un individu entré illégalement en Hongrie depuis un pays n'appartenant pas à l'espace Schengen, si la vie de l'intéressé n'est pas immédiatement en danger.

L'ensemble législatif a été précédé d'une modification de la Constitution stipulant qu'aucune instance ne peut porter atteinte à "la composition de la population" hongroise, une disposition destinée à rendre inconstitutionnelle l'imposition de quotas de migrants par l'Union européenne.

Le nom de l'ensemble législatif fait allusion au milliardaire américain d'origine hongroise George Soros, que Viktor Orban accuse d'orchestrer par le biais de ses ONG une "immigration de masse" vers l'UE. Des accusations que le financier dément.

Avec AFP

Première publication : 20/06/2018

  • HONGRIE

    Des dizaines de milliers de manifestants hongrois protestent contre la politique autoritaire d'Orban

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Hongrie : manifestations contre des fraudes électorales dénoncées par l'opposition

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Élections législatives hongroises : Viktor Orban revendique une "victoire historique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)