Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : lancement du parti unifié RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Helsinki : Et Trump céda à Poutine...

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival d'Avignon : les questions de genre sur le devant de la scène

En savoir plus

FOCUS

Le bois de chêne menacé en France ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Mondial-2018 : la sacre des Bleus profite à la Française des Jeux

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 20/06/2018

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

© France 24

A la une de la presse, ce mercredi 20 juin, la journée mondiale des réfugiés, dont le nombre atteint un niveau inédit depuis la Seconde guerre mondiale – en plein essor des discours populistes anti-asile et anti-migrants, notamment en Europe, notamment en Italie. Et la nouvelle coupe de Neymar.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

A la une de la presse, ce matin, la Journée mondiale des réfugiés - une journée pour sensibiliser au sort de plus de 68 millions de personnes à-travers la planète.

 

Dans le rapport annuel qu’il publie à cette occasion, le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU alerte sur le nouveau «record» atteint en 2017, où 68,5 millions de personnes, pour la moitié des enfants, ont été chassés de chez eux - un niveau jamais atteint depuis la Seconde guerre mondiale. D’après l’ONU, 68% de ces réfugiés viennent de 5 pays seulement: la Syrie, l’Afghanistan, le Soudan du sud, la Birmanie et la Somalie. «Un défi d’humanité», selon L’Huma, qui reconnaît qu’il n’est pas «simple» d’accueillir, mais rappelle que «les défis humains obligent l’humanité toute entière». «Jamais dans notre histoire, en particulier au XXème siècle, la société ne s’est effondrée ni même affaiblie, au contraire, lorsqu’il a fallu accueillir une part de nous-même», plaide L’Humanité.

 

Ce message est toutefois à contre-courant des discours des partis populistes, aujourd’hui en plein essor, notamment en Europe. Le Soir en veut pour preuve les pressions exercées, en Belgique, par le parti nationaliste flamand sur le Premier ministre Charles Michel, auquel le NVA demande de durcir sa position sur le dossier de l’asile et de l’immigration – en particulier lors du Conseil européen, qui va se tenir à la fin du mois de juin. Un peu partout en Europe, la crispation politique sur cette question est en hausse, alors que le nombre de personnes qui tentent de gagner le continent depuis l’Afrique ou la Turquie a fortement diminué depuis deux ans, d’après L’Opinion. Le journal évoque «une situation paradoxale», et le «fantasme d’une Europe forteresse qui risque d’être rapidement mis à l’épreuve» - à cause, justement, de l’augmentation du nombre de réfugiés dans le monde.

 

En Italie, le nouveau ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini a réclamé lundi un recensement des Roms pour expulser ceux qui seraient en situation irrégulière. «J’ai demandé au ministère de l’Intérieur de préparer un dossier sur la question des Roms. Ceux que nous pourrons expulser, nous les expulserons. Ceux qui sont italiens, malheureusement, il va falloir se les garder». Après son refus d’accueillir l’Aquarius et ses 630 migrants, les propos de Salvini provoquent un choc au sein de l’Union européenne - au point que L’Opinion le présente comme «l’homme qui déstabilise l’Europe». «Pasta italiana», s’amuse Salvini dans le dessin de Kak, en compagnie de son allié du Mouvement 5 Etoiles, Luigi di Maio - les spaghettis étant les accords de Dublin déchirés. Ces accords établissent que les réfugiés doivent demander l’asile dans le premier pays européen où ils sont arrivés. Matteo Salvini veut mettre fin à cette règle. Dans le dessin de Faber, publié par Courrier International, l’Italie chasse une roulotte de Roms d’un coup de pied. D’après l’hebdomadaire, les déclarations choc de Salvini ont certes suscité une vague d’indignation» chez ses compatriotes, mais ont aussi permis à son parti de grimper en flèche dans les sondages. Au point que la Ligue serait désormais le premier parti du pays, dépassant même désormais ses alliés du Mouvement 5 étoiles.

 

En France, la rétention administrative de mineurs est en augmentation, malgré deux condamnations par la Cour européenne des droits de l’homme. D’après Les Décodeurs du Monde, ces deux condamnations, en 2012 et en 2016, n’ont pas empêché le nombre de mineurs retenus avec leurs parents d’augmenter, passant de 41 en 1013 à 304 enfants en 2017. Dans un avis publié il y a quelques jours, la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, a dénoncé une «atteinte à l’intégrité psychique» de ces mineurs enfermés et, dans certaines préfectures, «une politique délibérée pour faciliter la reconduite des familles à la frontière». La question est étudiée en ce moment-même au Sénat, qui examine jusqu’à demain le projet de loi asile et immigration.

 

Un mot de déco, pour terminer. L’Obs rapporte que plusieurs journalistes de la Maison-Blanche ont noté que les photos encadrées de la West Wing, là où se trouve le bureau ovale, ont changé, et que là où se trouvaient des clichés d’Emmanuel Macron et de la visite de Donald Trump à Paris, il y a maintenant des photos du président américain… avec Kim Jong-Un. A priori, les photos avec Emmanuel Macron n’avaient pas vocation à rester ad vitam aeternam, mais la succession a paraît-il beaucoup amusé nos confrères américains. Il faut dire que Donald Trump et Kim Jong-Un partagent désormais pas mal de choses, notamment un certain goût pour les expériences capillaires - passion qui a aussi valu, il y a quelques jours, bien des moqueries à l’attaquant brésilien Neymar. On se souvient de la coupe ébouriffée décolorée et ondulée, assez proche d’un plat de spaghettis. Eh bien, c’est fini, couic. Les spaghettis ont été coupés. «Et ça soulage le Brésil», d’après le Huffington Post, qui nous apprend au passage que Neymar est parti en Russie avec deux coiffeurs, un pour la coupe, un autre pour la teinture… je suis jalouse…

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/07/2018 Sandrine GOMES

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

À la une de la presse, mardi 17 juillet, le retour triomphal des Bleus après leur victoire au Mondial, acclamés à l'unisson car ils ont fait l'histoire. La joie du football...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

Les débats dans la presse s'intéressent ce mardi 17 juillet à la première rencontre bilatérale entre Donald Trump et Vladimir Poutine, lundi à Helsinki. Au vu de l'attitude du...

En savoir plus

16/07/2018 Clément BONNEROT

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

À la une de la presse, lundi 16 juillet, la victoire de la France en Coupe du monde de football, l'euphorie des joueurs et des supporters, les larmes des Croates et la fierté de...

En savoir plus

13/07/2018 Clément BONNEROT

"Elle est à nous" : les Croates optimistes avant la finale du Mondial-2018

Dans cette deuxième revue de presse du vendredi 13 juillet, la "relation spéciale" entre le Royaume-Uni et les États-Unis, mise à mal par Donald Trump, le scandale du "dirty...

En savoir plus

13/07/2018 Clément BONNEROT

Trump au Royaume-Uni : "Une visite très peu diplomate"

À la une de la presse ce vendredi 13 juillet, la visite très controversée de Donald Trump au Royaume-Uni, le désarroi des opposants à Bachar al-Assad après la reprise par l'armée...

En savoir plus