Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

EUROPE

Contre-offensive européenne sur les taxes américaines sur l'acier

© Scott Olson, Getty Images North America/AFP | Une moto Harley-Davidson vendue à Kenosha dans le Wisconsin aux États-Unis, le 1er juin 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/06/2018

Riposte européenne à la taxation de l'acier et de l'aluminium mise en place par Washington : depuis vendredi 22 juin à minuit, le riz, le maïs, le tabac ou encore les motos importés depuis les États-Unis seront surtaxés en Europe.

La guerre commerciale est déclarée : en riposte à la taxation de l'acier et de l'aluminium imposée par les États-Unis à la plupart des pays du monde, y compris à ses alliés commerciaux, l'Union européenne lance sa contre-offensive en augmentant les droits de douane sur des dizaines de produits américains à portée symbolique : des produits agricoles (riz, maïs, tabac…), ainsi que des véhicules (motos, bateaux…) ou du textile.

"Nous ne voulons rien faire qui puisse nuire aux consommateurs"

Pour le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, la réponse européenne se veut "claire et mesurée" face à une décision américaine qui "défie toute logique". Les mesures de rétorsion appliquées depuis vendredi sur les produits américains correspondent, en valeur, aux dommages causés par la décision américaine sur les exportations européennes d'acier et d'aluminium vers les États-Unis, soit un total de 6,4 milliards d'euros en 2017.

"Si nous avons choisi des produits comme les [motos] Harley-Davidson, le beurre de cacahuète, le bourbon, c'est parce qu'il y a des alternatives sur le marché. Nous ne voulons rien faire qui puisse nuire aux consommateurs", a expliqué jeudi le vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen.

"La décision unilatérale et injustifiée des États-Unis" d'imposer ces droits de douane "ne nous laisse pas d'autre choix", a insisté cette semaine la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström. "Les règles du commerce international ne peuvent être violées sans réaction de notre part", a ajouté Mme Malmström, précisant que "si les États-Unis suppriment leurs tarifs douaniers", les mesures européennes seraient "également supprimées".

Avant l'UE, le Mexique, également concerné, avait mis en place début juin des mesures de rétorsion contre Washington, tandis que le Canada compte le faire début juillet. Dans ce contexte, déjà marqué par les tensions entre la Chine et les États-Unis, le spectre d'une guerre commerciale mondiale se dessine.

Le risque est d'autant plus grand que Donald Trump envisage aussi de taxer les automobiles étrangères – ce qui porterait tout particulièrement préjudice aux constructeurs japonais et allemands.

Avec AFP

Première publication : 22/06/2018

  • COMMERCE

    Tarifs douaniers : escalade dans la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Guerre commerciale : la débâcle des dernières grandes mesures protectionnistes américaines

    En savoir plus

  • BOURSES

    Wall Street : des bonus à la pelle pour les traders

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)