Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Mondial-2018: réaction obligatoire pour la Mannschaft

© AFP | Les champions du monde allemands regroupés autour de Joachim Löw à Sotchi, le 22 juin 2018, en vue du match contre la Suède

MOSCOU (AFP) - 

La pression est énorme" pour l'Allemagne de Thomas Müller, au pied du mur après sa désillusion de début de Mondial-2018, une défaite 1-0 face au Mexique. Après s'être offert le scalp de l'Italie en barrages, la Suède rêverait d'accrocher samedi celui du champion en titre, au bord du précipice en cas de défaite.

Bien plus tranquille, la Belgique de Romelu Lukaku peut faire un pas de géant vers la qualification si elle bat la Tunisie, et poursuivre son mano à mano avec l'Angleterre avant de se frotter aux Three Lions pour le choc du groupe G lors de la dernière journée.

. Belgique-Tunisie

. 14h00, groupe G, Moscou

Sur le papier, l'opposition peut sembler déséquilibrée, d'autant que la Belgique aurait son billet pour les huitièmes en cas de victoire - sauf énorme exploit du Panama contre l'Angleterre le lendemain. Mais Nabil Maâloul sait comment faire chuter l'ogre belge. "La défense est lente, on va essayer d'en profiter. On va essayer de couper le lien entre (Kevin) De Bryune et (Eden) Hazard, et les isoler du milieu de terrain", a ainsi assuré le sélectionneur tunisien. Les Diables Rouges sont prévenus.

Avec son bloc regroupé et une défense qui joue en avançant, la Tunisie est une équipe difficile à manoeuvrer. La courte défaite devant l'Angleterre (1-2) l'a prouvé. Mais, avec des joueurs tels qu'Hazard, Lukaku ou De Bruyne, les Belges semblent armés pour valider leur billet pour les huitièmes.

. Corée du Sud-Mexique

. 17h00, groupe F, Rostov-sur-le-Don

C'est sans doute la plus grosse surprise de ce début de Mondial: le Mexique, qui a fait tomber le champion du monde en titre, a étonné tout le monde et peut valider sa qualification pour les 8es dès le deuxième match, s'il gagne et que l'Allemagne ne bat pas la Suède. "Personne ne misait un centime sur nous et ce groupe s'est préparé psychologiquement pour tout renverser", explique le vétéran Rafael Marquez, impliqué hors des terrains dans une affaire de trafic de drogue, mais toujours aussi présent sur la pelouse pour sa 5e Coupe du monde.

La Corée du Sud n'est probablement pas la plus difficile à "renverser" mais, après sa défaite (1-0) contre la Suède, Son Heung-min et ses partenaires n'ont plus de marge. "Si nous ne marquons pas, c'est de ma faute, parce que je dois prendre mes responsabilités", assume l'ailier de Tottenham, en quête de rachat.

. Allemagne-Suède

. 20h00, groupe F, Sotchi

Qui l'eut cru? La si solide Allemagne, tenante du titre, battue d'entrée, cela a jeté un grand froid sur la Coupe du monde. La Mannschaft doit sauver sa peau contre la Suède, qu'elle pourrait rejoindre au classement du groupe F en cas de victoire, alors qu'une défaite la mettrait au bord du précipice, elle qui n'a jamais été éliminée avant les huitièmes.

"Nous avons définitivement compris que seules des performances de très haut niveau" nous permettront d'aller plus loin, a prévenu Mats Hummels, qui risque en plus d'être indisponible après s'être déplacé une vertèbre du cou à l'entraînement. Thomas Müller en rajoute: "il y a une pression énorme", concède le joueur du Bayern. D'autant que la Suède à beaucoup à gagner: une victoire lui offrirait un ticket pour les huitièmes, à condition que la Corée du Sud ne batte pas le Mexique...

© 2018 AFP