Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

Repas livrés: le géant chinois Meituan paré pour une fracassante entrée en Bourse

© AFP/Archives | Le géant web chinois des livraisons de repas à domicile Meituan paré pour une fracassante entrée en Bourse

PÉKIN (AFP) - 

Meituan-Dianping, géant web chinois des livraisons de repas à domicile, a officialisé lundi sa demande de cotation à la Bourse de Hong Kong, où il espère lever 6 milliards de dollars, ce qui serait l'une des plus colossales introductions de l'année.

Les livreurs de repas de Meituan, reconnaissable à leurs coffrets jaunes vifs marqués d'un kangourou, emblème de la marque, sillonnent de façon omniprésente les artères des grandes métropoles chinoises sur leurs scooters électriques.

Considérée comme l'une des start-ups les mieux valorisées du monde, Meituan-Dianping a déposé un prospectus financier, accessible lundi sur le site de l'opérateur boursier hongkongais, première étape officielle vers son introduction sur la place de l'ex-colonie britannique.

Certes, le document ne dévoile pas les objectifs ni le calendrier, mais selon des sources proches du dossier citées par l'agence Bloomberg, le groupe chinois envisage de vendre 10% de son capital pour lever jusqu'à 6 milliards de dollars.

Ce qui lui conférerait une valorisation totale de 60 milliards de dollars: le double d'estimations réalisées précédemment après une levée de capitaux en octobre dernier. Le colosse du web chinois Tencent, opérateur de la messagerie WeChat, fait partie des principaux actionnaires.

Ce serait la deuxième méga-introduction boursière d'une société technologique chinoise cette année: Xiaomi, quatrième fabricant mondial de smartphones, entend lever jusqu'à 6,1 milliards de dollars (objectif récemment revu à la baisse) en s'introduisant en juillet sur la cote hongkongaise.

Né du rapprochement en 2015 de deux plateformes rivales d'achats groupés, Meituan-Dianping est devenu le grand acteur en Chine du créneau du O2O ("online-to-offline") avec 310 millions d'usagers revendiqués l'an dernier -- soit peu ou prou la population des Etats-Unis.

C'est une sorte de mélange entre les applications occidentales Groupon, Tripadvisor et Deliveroo: Meituan propose des livraisons de plats à domicile, des recommandations de restaurants selon les évaluations des internautes, mais aussi des coupons à prix réduits pour des restaurants ou des billets de cinéma, entre autres "services à la demande" de proximité.

Meituan-Dianping s'est également récemment lancé dans la réservation de VTC (véhicules avec chauffeur) par smartphone, et le groupe a racheté en avril son compatriote Mobike, numéro un du vélo partagé.

Mais Meituan-Dianping doit affronter la concurrence acérée de rivaux bien établis: Ele.me et Baidu Waimai, deux services soutenus par le mastodonte de l'e-commerce Alibaba, pour la livraison de plats à domicile ; Didi Chuxing, pour les réservations de taxis et VTC ; ou encore l'audacieux pionnier du vélo-partage Ofo.

Les fonds levés en Bourse permettraient à Meituan de renforcer son expansion dans cet environnement concurrentiel.

Selon le document financier dévoilé lundi, le groupe a vu son chiffre d'affaires doubler en 2017, à 33,9 milliards de yuans (4,5 milliards d'euros), mais reste loin d'être bénéficiaire, avec une perte nette annuelle de 2,5 milliards d'euros, creusée notamment par ses dépenses de marketing et recherche.

© 2018 AFP