Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Visite de Donald Trump au Royaume-Uni : nouveau coup de théâtre

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Donald Trump : le Président qui divise l'Europe?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'amour à la française, mythe ou réalité ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani en danseuse de break, un nouveau défi relevé

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Portugal : l'eucalyptus met le feu aux poudres

En savoir plus

FOCUS

Syrie : à Idleb, se reconstruire grâce au sport

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron au Congrès à Versailles : l'État-providence est-il obsolète ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : une séparation en douceur est-elle encore possible ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts à Essaouira

En savoir plus

Lloris: "Il nous reste le match le plus important de notre carrière"

SAINT-PÉTERSBOURG (AFP) - 

"Il reste encore un match, certainement le plus important de notre carrière", a souligné le capitaine et gardien de l'équipe de France Hugo Lloris, mardi soir après la victoire contre la Belgique (1-0) en demi-finale du Mondial-2018.

Q: Que retenez-vous de cette demi-finale ?

R: "C'est fantastique, mais le plus dur reste à faire, il reste encore une étape. Il ne faut pas céder à l'euphorie. Ceux qui étaient à l'Euro-2016 auront leur mot à dire. Les jeunes sont réceptifs, c'est important. On a cette expérience de cette mésaventure, on va essayer de mettre tous les ingrédients de notre côté pour gagner cette Coupe du monde".

Q: Quel rôle a joué Didier Deschamps dans votre parcours ?

R: "Il mérite tout le crédit, c'est lui qui élabore les plans de jeu. Aujourd'hui, cette victoire c'est vraiment la sienne même si les joueurs ont fait ce qu'il fallait sur le terrain. On a fait ce qu'il nous demandait, éviter de leur donner des espaces. On a défendu relativement bas, mais ça nous a servi. On avait dit avant la compétition que si la France voulait réaliser de grandes choses, il fallait s'appuyer sur un bloc défensif. C'est le cas jusqu'à présent, mais le bilan on le fera à la fin. Il faut savourer parce que c'est une grande victoire mais il reste encore un match, certainement le plus important de notre carrière".

Q: N'est-ce pas frustrant ce style de jeu si défensif ?

R: "Eux aussi, ils ont défendu très bas. C'est normal, des deux côtés il y avait des joueurs très rapides, très percutants. Pour bien défendre face à une telle équipe, il faut défendre bas. Il y avait un plan de jeu, on l'a respecté. Tout le crédit revient au sélectionneur. Dans le football, il n'y a pas une seule manière de jouer, je suis bien placé pour le savoir. A Tottenham (son club, ndlr), on a eu une culture offensive qui laisse beaucoup d'espaces dans le dos et qui demande de jouer autrement. Il n'y a pas de vérités dans le football, la seule vérité, c'est celle du résultat. Après, il faut toujours un peu de réussite. La Belgique, c'était l'équipe la plus complète, ils savent tout faire. On a peut-être beaucoup défendu, mais il fallait le faire, parce que c'était peut-être la meilleure manière pour les battre".

Propos recueillis en zone mixte

© 2018 AFP