Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au coeur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste" au Nicaragua

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

POLITIQUE

Soupçons d'Ingérence russe : l'étrange volte-face de Donald Trump

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Pavageau : "Vous ne pouvez pas avoir raison tout seul, tout le temps"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Donald Trump : la volte-face

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Ant-man et la Guêpe" : un Marvel au féminin

En savoir plus

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

EUROPE

La justice allemande se prononce en faveur de l'extradition de Puidgemont vers l'Espagne

© Tobias Schwarz, AFP (archives) | Le chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont avant une conférence de presse à Berlin, le 15 mai 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2018

La justice allemande a autorisé jeudi la remise à Madrid du chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont pour malversations, mais a rejeté le motif plus grave pour lequel il est inculpé en Espagne, celui de "rébellion".

"L'extradition pour l'accusation de détournement de fonds publics est recevable, une extradition pour l'accusation de rébellion n'est pas recevable." C'est en ces mots qu'un tribunal allemand du Land de Schleswig-Holstein (nord) s'est prononcé, jeudi 12 juillet, en faveur de l'extradition du chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont, précisant qu'il revient désormais au procureur d'organiser cette remise aux autorités espagnoles.

Le parquet a précisé qu'il allait "décider sous peu de l'autorisation d'extrader l'accusé pour détournement de fonds", tout en expliquant que l'ex-président de la Catalogne "reste libre" dans l'intervalle. Le principal intéressé a annoncé jeudi sur Twitter qu'il se battrait "jusqu'au bout" pour s'opposer à cette décision.

Interrogé lors d'une conférence de presse au sommet de l'Otan à Bruxelles, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez a pour sa part estimé que Carles Puigdemont et toutes les personnes impliquées dans la tentative de sécession avortée en Catalogne à l'automne 2017 "doivent être jugés par les tribunaux espagnols". Avant de préciser : "Nous ne commentons pas les décisions de justice, nous les respectons (...) que ce soit en Espagne, en Belgique, en Allemagne ou ailleurs"

L'accusation de rébellion remise en cause

La décision du tribunal porte un coup aux chefs d'accusations espagnols, car elle peut empêcher un procès pour rébellion, crime passible de 30 ans de prison en Espagne : "La cour part du principe que le tribunal espagnol respectera (cette décision) et qu'il ne poursuivra pas l'accusé Puigdemont pour rébellion en plus de l'accusation de corruption".

Les juges ont par ailleurs rejeté les arguments de l'indépendantiste catalan qui estimait être victime de poursuites politiques et que dès lors son extradition devait être interdite. "Il est aberrant de porter (cette accusation) contre l'État espagnol, membre de la communauté de valeur et de l'espace juridique de l'Union européenne", estime le tribunal.

Poursuivi pour rébellion et détournements de fonds en Espagne à la suite du référendum d'indépendance catalan organisé à l'automne 2017, Carles Puigdemont s'était réfugié en Belgique, après sa destitution de la présidence catalane par Madrid, et de là voyageait pour tenter d'internationaliser son combat. Il avait été interpellé fin mars dans le nord de l'Allemagne, sur le retour d'un déplacement en Finlande vers la Belgique.

Avec AFP

Première publication : 12/07/2018

  • ESPAGNE

    Présidence de la Catalogne : Quim Torra, le candidat-pantin de Carles Puigdemont

    En savoir plus

  • CATALOGNE

    Depuis Berlin, l'indépendantiste catalan Carles Puigdemont tend la main à Madrid

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    L'indépendantiste catalan Carles Puigdemont a été relâché par la justice allemande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)