Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement tchèque remporte un vote de confiance grâce aux communistes

© Michal Cizek, AFP | Le Premier ministre tchèque Andrej Babis s'exprime face au Parlement, mercredi 11 juillet 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2018

Après neuf mois d'impasse politique, le gouvernement minoritaire d'Andrej Babis a remporté dans la nuit de mercredi à jeudi la confiance du Parlement tchèque grâce au vote des communistes.

C’est la fin de neuf mois d’impasse politique en République tchèque. Après 16 heures de débat, la chambre basse du Parlement a accordé dans la nuit de mercredi 11 à jeudi 12 juillet sa confiance au nouveau gouvernement minoritaire dirigé par Andrej Babis. Sur les 196 élus présents, 105 ont voté en faveur du gouvernement Babic et 91 contre.

Le parti centriste Ano d'Andrej Babis avait remporté les élections législatives en octobre. Ayant échoué depuis à constituer un cabinet viable, Andrej Babis s'est allié aux sociaux-démocrates pour former un gouvernement minoritaire nommé par le président Milos Zeman le 27 juin. La lutte contre l'immigration illégale, la corruption et le gaspillage figurent parmi les principaux objectifs du cabinet.

>> À lire aussi : Andrej Babis, le milliardaire devenu le "Trump tchèque"

Les deux partis ne contrôlant ensemble que 93 des 200 sièges de la chambre basse, le soutien ponctuel du Parti communiste était nécessaire. Les communistes, ouvertement prorusses et anti-Otan, l'avaient assuré de leur soutien informel à son gouvernement en échange de postes dans des entreprises publiques. C'est la première fois depuis la chute du communisme en 1989 que le Parti communiste, qui occupe 15 sièges au Parlement, retrouve de l'influence sur l'échiquier politique tchèque.

"Un moment très grave", pour l'opposition

"Je veux (...) souligner que c'est un moment très grave, le retour du pouvoir et de l'influence du Parti communiste en République tchèque", a déclaré devant le parlement Petr Fiala, chef de file du principal parti d'opposition, le Parti démocratique civique (ODS, libéral).

S'adressant au Parlement avant le débat, Andrej Babis a indiqué que son gouvernement mettrait l'accent sur les investissements et maintiendrait des finances publiques saines. Il a dit également vouloir donner au pays une voix plus forte au sein de l'Union européenne.

>> À lire aussi : Le conservateur pro-russe Milos Zeman réélu pour cinq ans à la présidence tchèque

Des centaines de manifestants opposés à Babis s'étaient regroupés devant le Parlement durant plusieurs heures au moment où se tenait le débat. Sorti à leur rencontre, le Premier ministre est rapidement retourné dans l'enceinte après avoir été la cible de jets de projectiles dont au moins une bouteille d'eau, a rapporté l'agence de presse CTK.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/07/2018

  • RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

    Le conservateur pro-russe Milos Zeman réélu pour cinq ans à la présidence tchèque

    En savoir plus

  • RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

    Andrej Babis, milliardaire, magnat des médias, bientôt Premier ministre tchèque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)