Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au coeur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste" au Nicaragua

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

POLITIQUE

Soupçons d'Ingérence russe : l'étrange volte-face de Donald Trump

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Pavageau : "Vous ne pouvez pas avoir raison tout seul, tout le temps"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Donald Trump : la volte-face

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Ant-man et la Guêpe" : un Marvel au féminin

En savoir plus

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

Pour Hamon, "la gauche est une famille polytraumatisée"

© AFP/Archives | Benoît Hamon lors d'une rencontre avec les salariés en grève de la faim de l'Hôpital psychiatrique du Rouvray le 29 mai 2018

PARIS (AFP) - 

Benoît Hamon, fondateur du mouvement Générations, a jugé jeudi que la "gauche est une famille polytraumatisée", qui a "besoin de se réinterroger sur les solutions qu'elle veut mettre en oeuvre" plutôt que de se jeter "des noms d'oiseaux".

"La gauche est une famille polytraumatisée (...) je ne pense pas qu'elle le soit pour si longtemps que cela mais elle a besoin de se réinterroger sur les solutions qu'elle veut mettre en ?uvre", a estimé l'ancien ministre socialiste sur franceinfo.

"On a beaucoup parlé d'identité" à gauche, mais "pourquoi avons-nous déçu ? Parce que les solutions que la gauche proposait s'apparentaient soit à des solutions de droites, (soit) étaient inefficaces à régler les problèmes concrets des Français", a-t-il poursuivi.

"Il me semble que ce sont à travers les questions écologiques, du rapport au travail, à la démocratie, que la gauche se régénérera et qu'elle sortira de cette phase polytraumatisée où on se jette en permanence des noms d'oiseaux au visage", a plaidé l'ancien candidat à la présidentielle.

Interrogé sur les rapports entre son mouvement et le parti Europe-Ecologie-Les Verts, qui se sont tendus ces dernières semaines sur fond de préparation des listes pour les prochaines élections européennes, Benoît Hamon a assuré que le fil "n'est pas coupé".

"Je souhaite, et je continue à dire, qu'il faut que nous incarnions collectivement aux européennes une liste en commun. Il me semble qu'on ne peut pas décréter l'urgence écologiste et partir en ordre dispersé aux élections", a-t-il déclaré.

"Il y a besoin aujourd'hui que cette force-là soit puissante au Parlement européen" pour éviter qu'il y ait "de l?écologie partout mais des écologistes nulle part", a-t-il défendu.

Il a en revanche acté une nouvelle fois un "désaccord stratégique" avec Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise sur la question européenne.

"Le clivage" n'est pas entre "anti-européens" et "pro-européens", a-t-il encore avancé. "Aujourd'hui certains acteurs s'entendent pour résumer ce débat en un référendum pour ou contre Macron, et pour ou contre l'Europe", a-t-il regretté, pointant la responsabilité du chef de l'Etat, "qui se détourne du vrai débat", "mal à l'aise" selon lui "parce qu'il a échoué dans son couple avec Angela Merkel à réorienter la construction européenne".

© 2018 AFP