Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

Thaïlande: "protégez les enfants", conseillent les mineurs chiliens

© AFP/Archives | Le mineur Luis Urzua à Copiapo au nord du Chili, le 5 août 2011, un an après son sauvetage de la mine de San José

SANTIAGO DU CHILI (AFP) - 

"Protégez les enfants", conseillent les mineurs chiliens, célèbres pour leur sauvetage épique en 2010 après 69 jours sous terre et conscients des dangers qui guettent les 12 jeunes Thaïlandais sortis de la grotte.

"Le plus important, c'est que les autorités et la famille protègent énormément ces enfants, car il y a beaucoup de gens qui ne cherchent qu'à tirer profit de la situation", recommande Luis Urzua, connu comme le dernier des 33 mineurs à être remonté à la surface de la mine de San José, situé dans le désert d'Atacama.

Leur histoire avait été adaptée à l'écran, avec Antonio Banderas dans le rôle phare.

Urzua prévient: il n'est pas facile de se remettre d'une telle "expérience de vie". "Voilà 8 ans que l'on essaye et il y a encore de nombreuses choses que l'on arrive pas à dépasser".

Certains souffrent de dépression, d'autres de troubles psychologiques, à l'instar de José Ojeda, interné dans un hôpital psychiatrique.

Et malgré la solidarité dont ils ont fait preuve durant l'enfermement, beaucoup se sont aujourd'hui brouillés.

Mais le plus dur est sans doute le sentiment d'avoir été floués par la meute d'avocats, de producteurs et d'autres représentants qui cherchaient à exploiter leur histoire.

"Ils ont disparu dès qu'il ont obtenu toute l'information", assure Urzua, qui regrette de ne pas avoir été mieux conseillé.

A peine sortis des entrailles de la terre et avec la promesse de devenir millionnaires, les mineurs ont "cédé tous leurs droits à perpétuité" à des avocats et des producteurs, explique Luis Urzua.

Certains de ces ex-mineurs, dont Urzua, cherchent à revenir là-dessus, mais leur marge d'action est limitée, faute de moyens.

Il affirme que les mineurs ne peuvent pas écrire un livre ou participer à un autre film pour raconter leur histoire. Des recettes du film "Les 33", inspiré du livre du journaliste américain Hector Tobar, il dit n'avoir rien reçu.

"On nous a détruits", assure-t-il, tout en saluant la protection dont bénéficient les footballeurs thaïlandais et leur entraîneur.

Mario Sepulveda, le plus charismatique des mineurs qui gagne sa vie avec des conférences de motivation, incarné à l'écran par Antonio Banderas, assure à l'AFP que "la force de ces enfants est différente de la nôtre". "Qu'ils continuent à se former et à rester unis, tout ira bien pour eux".

"Je leur souhaite de faire un film, une série ou un best-seller, mais qu'ils le fassent bien. Qu'ils soient intelligents et ne se laissent pas guider par des escrocs", met-il en garde.

© 2018 AFP