Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

Tour de France: les pépins s'accumulent pour Bardet, retardé à Mûr-de-Bretagne

© POOL/AFP | Le Français Romain Bardet dans les derniers mètres de la 6e étape du Tour de France, le 12 juillet 2018 à Mûr-de-Bretagne

MÛR-DE-BRETAGNE (FRANCE) (AFP) - 

Les pépins s'accumulent pour Romain Bardet: deux jours après avoir perdu l'un de ses équipiers, Axel Domont, le Français a connu un incident mécanique à quelques encâblures de l'ascension finale à Mûr-de-Bretagne dans la 6e étape du Tour de France et a cédé du temps aux favoris.

"Ce sont les aléas. J'ai eu un problème, ma roue arrière s'est cassée, j'ai dû changer de vélo avec Tony (Gallopin) à 4 kilomètres de l'arrivée. L'effort m'a été fatal", a reconnu l'Auvergnat, meilleure chance française sur la Grande Boucle cette année.

"Les sensations ont dû être compliquées pour lui qui a décroché du groupe maillot jaune. On a demandé à Alexis (Vuillermoz) d'atteindre Romain pour l'aider jusqu'à la ligne", a expliqué le directeur sportif d'AG2R La Mondiale, Julien Jurdie.

A la fin de la journée, Bardet a cédé une trentaine de secondes par rapport aux principaux leaders et prétendants à la victoire à Paris fin juillet, une vingtaine sur le Britannique Chris Froome. Au classement général, il accuse autour d'une minute de retard sur ses rivaux. Et plus d'une minute et demie sur le vainqueur du Dauphiné, le Gallois Geraint Thomas.

- Latour proche du succès -

"Ce n'est jamais bon de perdre du temps. J'ai limité, ça roulait déjà très vite quand mon problème est arrivé. On sait qu'il y a des rebondissements sur le Tour de France, aujourd'hui la chance n'était pas de notre côté", a-t-il ajouté.

Jusqu'au contre-la-montre par équipes, où AG2R La Mondiale avait limité la casse par rapport aux grosses écuries, tout s'était idéalement passé pour Bardet.

Et puis un premier grain de sable est venu se mettre dans la mécanique. Mardi, Axel Domont, compagnon de chambre de l'Auvergnat, a été pris dans une chute. Victime d'une fracture à la clavicule droite, il a été contraint à l'abandon.

Jeudi, Pierre Latour, coéquipier de Bardet chez AG2R, a failli mettre un peu de baume au coeur de sa formation.

"Pierre avait décidé, c'était dans le timing, d'attaquer à 800 mètres de la ligne, après on a un peu hésité avec Romain qui a connu ce problème mécanique", a précisé Jurdie. Mais Latour a échoué à une seconde de l'Irlandais Dan Martin, vainqueur au sommet. "C'est une belle deuxième place, mais il y a de la frustration à l'arrivée", a reconnu le directeur sportif.

"J'ai réussi à être placé au pied. Dan Martin a roulé à un kilomètre. J'ai attaqué mais il m'a manqué un peu", a indiqué Latour, tout proche de signer sa première victoire d'étape sur le Tour de France jeudi. "On rattrapera le truc dans les prochains jours", a-t-il tenté de positiver.

L'étape des pavés de dimanche, avec une arrivée à Roubaix, constituera le prochain test pour AG2R La Mondiale, avant les premières étapes alpestres à partir de mardi.

© 2018 AFP