Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Mondial-2018 - La France attend ses champions du monde

© AFP | Le capitaine de l'équipe de France Hugo Lloris soulève la Coupe du Monde, après la victoire des Bleus 4-2 face à la Croatie en finale, le 15 juillet 2018 à Moscou

MOSCOU (AFP) - 

Le retour des héros. Les Bleus sont attendus lundi en France, où la foule leur promet un accueil de folie dans l'ivresse d'un deuxième sacre mondial aux dépens de la Croatie (4-2) à Moscou.

Après une nuit sous une belle étoile, la fête s'annonce grandiose à Paris et sur les Champs-Élysées, où les nouveaux champions du monde vont parader en fin d'après-midi, vers 15H00 GMT, sous un grand soleil selon les prévisions.

"Je n'espère qu'une chose: arriver à Paris et voir tous les gens dans la rue et crier +Vive la France+", a lancé le défenseur Lucas Hernandez."Quand on arrivera demain (lundi) sur Paris, je pense qu'on va tous réaliser. (Je veux) fêter ça avec tous les Français!"

"La bande à Griezmann" doit atterrir vers 13H55 GMT à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en provenance de la Russie, avec le supplément bagage de 6,175 kg tant désiré: la Coupe du monde, qui retrouve la France 20 ans plus tard.

"Ca va être le bordel!", s'est amusé Benjamin Mendy. Dès dimanche soir, des centaines de milliers de supporters sont descendus dans les rues, de Marseille à Lille, au diapason du cultissime chant: "On est les champions!"

Klaxons, fumigènes, drapeaux, supporters qui trinquent dans les bars... La France, en bleu-blanc-rouge, a vécu une nuit de plein délire, à l'image de sa jeune sélection qui, dès le coup de sifflet final, a célébré son titre sans filtre.

-"La star, c'est l'équipe"-

"MERCI!", a écrit sur Twitter le président français Emmanuel Macron, présent au stade Loujniki, qui dans l'euphorie des vestiaires, a fait un "dab", un geste de joie qu'a popularisé Paul Pogba.

Arrosé par ses joueurs en conférence de presse, le sélectionneur Didier Deschamps va remonter pour la deuxième fois les Champs-élysées avec la Coupe du monde; en 1998, il était le capitaine des Bleus. "Je suis dans le brouillard, mais je nage en plein bonheur!", a-t-il lancé.

L'entraîneur est le trait d'union entre les champions de 1998 et leurs héritiers de 2018. Il y a 20 ans, le portrait de Zinédine Zidane, auteur d'un doublé en finale contre le Brésil (3-0), avait été diffusé sur l'Arc de triomphe dans une image restée célèbre.

Aujourd'hui, les potentiels candidats sont nombreux, après une finale de haute volée contre la Croatie. Kylian Mbappé, à 19 ans, a illuminé le Mondial de son talent et de sa vitesse, devenant, après le "roi" Pelé, le plus jeune joueur à marquer en finale de Coupe du monde.

Le milieu Paul Pogba a également été monumental, et lui aussi a trompé le gardien croate. Antoine Griezmann a réussi un penalty, en apothéose d'une montée en puissance au fil du tournoi.

"La star, ça a été l'équipe pendant tout le tournoi", a temporisé le gardien, et capitaine, Lloris, auteur d'un tounroi impeccable jusqu'à son énorme erreur en finale. "Tout le monde s'est mis au service de l'équipe. Chacun a joué à son meilleur niveau et au final, on a réussi, étape par étape, à se surpasser." Il est temps désormais de rentrer à la maison et de fêter la victoire.

© 2018 AFP