Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

Economie

Cinquante ans après le Concorde, une start-up veut relancer un avion supersonique

© Adrian Dennis, AFP | Blake Scholl, co-fondateur de Boom Supersonic pose devant une représentation du Concorde.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/07/2018

Une start-up américaine espère à moyen terme faire voler un avion supersonique, 50 ans après le premier vol du Concorde. Si le projet de l'entreprise Boom Supersonic reçoit des soutiens, il suscite aussi le scepticisme des spécialistes.

Des vols de luxe plus rapides que le son : une start-up américaine espère raviver la flamme des vols supersoniques commerciaux, 50 ans après le premier envol de l'infortuné Concorde. Blake Scholl, ancien employé d'Amazon devenu co-fondateur de Boom Supersonic, a fait cette promesse cette semaine au Royaume-Uni, devant un Concorde entièrement restauré au musée Brooklands de l'aviation et des moteurs à Weybridge, au sud-ouest de Londres.

Boom Supersonic est entre autre soutenu par le fondateur de Virgin, Richard Branson, tandis que la compagnie aérienne Japan Airlines et d'autres grands noms du secteur aéronautique visent le même créneau.

L'entreprise espère fabriquer et faire voler un prototype d'avion, le Baby Boom, dès l'année prochaine, même si ses projets suscitent parfois le scepticisme. "L'histoire du Concorde, c'est l'histoire d'un voyage commencé mais jamais terminé et nous souhaitons le reprendre", assure Blake Scholl. "Chez Boom, nous sommes inspirés par ce qui a été accompli il y a un demi-siècle", a-t-il ajouté, devant un ancien Concorde de British Airways qui a volé pour la première fois en 1969.

"Ce n'est pas ce que veulent les passagers"

"Notre dessein est de construire un avion plus rapide et plus accessible à un maximum de personnes", a expliqué Blake Scholl devant, notamment, des anciens employés du Concorde.

Boom Supersonic espère produire ses nouveaux avions à réaction au plus tôt à partir du milieu de la prochaine décennie, avec pour but de réduire de moitié les temps de trajets. L'avion proposé a une autonomie maximale de vol de quelque 8 300 km, à une vitesse de Mach 2,2, soit 2 335 km/h. S'il finit par décoller, il serait le premier avion supersonique pour passagers à voler depuis le dernier vol du Concorde en 2003.

Le Concorde, qui a toujours peiné à trouver son public, avait été retiré du service suite à un accident en 2000, lorsqu'un appareil s'était écrasé peu de temps après avoir décollé de Paris, tuant 113 personnes.

Certains analystes restent néanmoins dubitatifs quant aux tentatives pour raviver les vols supersoniques. "Les vols supersoniques ne correspondent pas à ce que veulent les passagers et les compagnies aériennes", explique Saj Ahmed, analyste chez Strategic Aero, rappelant que beaucoup de voyageurs privilégient les transporteurs à bas-coûts.

D'après lui, les avions supersoniques sont "très peu attrayants" à cause des coûts élevés de développement initial, de craintes liées à la pollution sonore et de prix élevés, ainsi que d'une capacité de passagers limitée.

Pas de marché évident

John Strickland, consultant indépendant sur les transports aériens, souligne pour sa part qu'il n'y a pas de marché évident pour les avions supersoniques. "Le trafic pour les affaires serait, à première vue, le plus rentable pour les trajets supersoniques", explique-t-il à l'AFP. "Mais si jamais il y a un ralentissement de l'économie ou quelque chose d'autre qui réduirait le marché des voyages en classe affaires, il ne resterait plus rien à faire avec ces avions." "Je pense qu'il faudra encore attendre avant de savoir si ce projet réussit à créer un marché important et rentable, quelque chose que le Concorde n'a jamais pu faire", ajoute M. Strickland.

Ces craintes n'ont pas empêché l'intérêt de grandir chez d'autres acteurs du secteur. Le géant américain de l'aérospatiale Boeing a dévoilé le mois dernier son concept d'avion de ligne "hypersonique", qu'il espère faire voler à Mach 5 - soit cinq fois la vitesse du son - pour une mise en service éventuelle dans 20 ou 30  ans.

En avril, la NASA a signé un accord avec l'autre géant américain, Lockheed Martin, portant sur le développement d'un "Avion-X" supersonique.

Avec AFP

Première publication : 18/07/2018

  • JUSTICE

    Douze ans après le crash du Concorde, ouverture du procès en appel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Continental Airlines reconnue coupable du crash du Concorde

    En savoir plus

  • CRASH DANS LE SINAÏ

    L’aviation russe interdit tous les vols Egypt Air vers la Russie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)