Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

Grève SNCF: la CGT peine à mobiliser mais "maintient la pression"

© AFP/Archives | Des membres de la CGT-Cheminots manifestent contre la réforme du rail prévue par le gouvernement français, le 24 avril 2018 à Paris

PARIS (AFP) - 

La CGT Cheminots, seule à avoir lancé un appel national à la grève jeudi, a peu mobilisé, la SNCF ayant comptabilisé environ 3% de grévistes, mais le syndicat veut "maintenir la pression" cet été, a assuré un de ses responsables.

"Le taux de grévistes s'établit à 3,17%", a indiqué à l'AFP la direction. Cette grève n'a quasiment pas affecté le trafic, qui est "normal", a-t-on affirmé, hormis de "très légères adaptations en Nouvelle-Aquitaine et Occitanie" pour les TER.

La mobilisation de jeudi est dix fois inférieure à celle du 3 avril (33,9% de grévistes), premier jour de la grève à quatre syndicats (CGT, Unsa, SUD et CFDT) menée jusqu'à fin juin pour protester contre la réforme ferroviaire.

Mais "le combat continue", a lancé au micro, devant une centaine de manifestants, Thierry Nier, secrétaire général adjoint de la CGT Cheminots, qui avait appelé à un rassemblement jeudi près du lieu d'une réunion patronat-syndicats sur la convention collective nationale (CCN) de la branche ferroviaire, à La Défense, près de Paris.

"La CGT s'investira dans les négociations pour une convention collective de haut niveau", a promis M. Nier aux manifestants.

Le syndicat, qui "revendique l'abrogation de la loi" de réforme ferroviaire, veut aussi "agir contre l'éclatement" de la SNCF, "pour l'emploi, les salaires et les pensions" des cheminots, et réclame la relance du fret ferroviaire, a-t-il rappelé.

La CGT n'est "pas déçue" par le niveau de mobilisation jeudi, compte tenu du nombre de cheminots "en vacances" ou qui "ont besoin de souffler" après les trois mois de grève deux jours sur cinq, a déclaré M. Nier à l'AFP. C'était la première journée de grève nationale organisée par la seule CGT contre la réforme ferroviaire. Les 6 et 7 juillet, lors des premiers grands départs en vacances d'été, elle avait fait grève avec SUD-Rail.

Concernant la nouvelle action envisagée le 27 juillet par la CGT, "le processus est en cours" vers le dépôt ou non d'un préavis de grève, a ajouté M. Nier. Mais "nous voulons poursuivre la mobilisation pendant l'été pour maintenir un niveau de pression", a-t-il souligné.

Le syndicat prévoit deux manifestations le 27 juillet: l'une devant "le siège de maintenance et travaux" à Paris pour soutenir des cheminots grévistes menacés de sanctions disciplinaires, l'autre devant le siège de la SNCF à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) où se réunira le conseil de surveillance du groupe public ferroviaire.

La rencontre patronat-syndicats sur la CCN a été "une réunion de reprise", alors que "les travaux étaient suspendus depuis le 23 mars du fait des débats" sur la réforme ferroviaire, a dit à l'AFP Roger Dillenseger, secrétaire général de l'Unsa ferroviaire.

Elle a permis notamment "un point assez exhaustif sur la loi" de réforme ferroviaire et sur "les sujets à négocier, la méthode et les modalités de travail", a-t-il précisé. Le calendrier des négociations sera "très chargé jusqu'au 1er janvier 2020" et l'arrêt des embauches au statut de cheminot à la SNCF, a-t-il noté.

Cette CCN sera le socle social de tous les salariés du rail. Elle devra préciser, entre autres points, les conditions de transfert des cheminots s'ils quittent la SNCF pour une entreprise rivale après l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs (à partir de décembre 2019).

© 2018 AFP