Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Tour de France: "Sur un jour, je peux tout perdre", juge Geraint Thomas

© AFP | Le Gallois maillot jaune Geraint Thomas sur le podium du Tour de France après sa victoire dans la 12e étape, le 19 juillet 2018 à l'Alpe d'Huez

L'ALPE D'HUEZ (FRANCE) (AFP) - 

"Sur un jour, je peux tout perdre", a expliqué Geraint Thomas, maillot jaune renforcé après sa victoire à l'Alpe d'Huez, jeudi lors de la 12e étape du Tour de France, mais qui voit toujours son coéquipier Chris Froome comme le leader de la Sky.

Q: On dit souvent que le Tour peut se gagner à l'Alpe d'Huez. Pensez-vous avoir gagné le Tour aujourd'hui?

R: "Non, je ne pense pas. Pour le moment, je veux juste apprécier cette victoire, elle est incroyable. Quand j'ai franchi la ligne d'arrivée, j'ai pensé qu'il y avait forcément encore quelqu'un devant. J'avais du mal à croire que j'étais le premier à passer la ligne. Malgré ce qui s'est passé aujourd'hui, Chris reste notre leader. Sur trois semaines, il offre des garanties. Et moi, sur un jour, je peux tout perdre. J'espère pouvoir apprécier un peu plus mon maillot jaune demain plus qu'aujourd'hui, parce que, aujourd'hui, la course était vraiment trop dure pour prendre du plaisir, même avec le maillot jaune."

Q: Vous allez désormais avoir votre nom inscrit au virage 15.

R: "Oui, ça s'est fou! Je ne peux pas encore y croire. Je me sentais bien aujourd'hui mais pas tout aussi bien qu'hier. J'avais pour objectif de suivre les coureurs principaux pour le classement général. Cette victoire, c'est quelque chose dont je me souviendrai toujours."

Q: Vous avez parfois craqué en troisième semaine dans les grands Tours, comme en 2015 sur le Tour de France. Comment envisagez-vous la suite de votre course?

R: "C'est un peu l'inconnu. J'espère que je vais tenir. La grande différence avec 2015, c'est qu'à l'époque je faisais beaucoup de travail pour Chris Froome et je ne pensais absolument pas au classement général. C'est différent cette année. Au cours des neuf premières étapes, je n'ai pas fourni de gros efforts. Mais ma capacité à résister sur trois semaines reste une inconnue, c'est pourquoi Chris Froome, avec ses six victoires dans les grands tours, nous permet de lui faire confiance dans cette constance qu'il pourra avoir jusqu'à la fin du Tour. Que je sois à cette place au général, ça ne nous donne qu'une carte de plus à jouer."

Propos recueillis en conférence de presse.

© 2018 AFP