Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

FRANCE

Marche à Beaumont-sur-Oise en mémoire d'Adama Traoré et contre le "système policier"

© Zakaria Abdelkafi, AFP | Assa Traoré, sœur d'Adama, lors d'une manifestation contre la politique du gouvernemnent le 26 mai 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/07/2018

Environ 800 personnes, selon la préfecture du Val-d'Oise, ont défilé samedi à Persan et Beaumont-sur-Oise pour dénoncer les lenteurs dans l'enquête sur la mort d'Adama Traoré, mort en juillet 2016 à 24 ans pendant son interpellation.

Deux ans après la mort d'Adama Traoré à la suite de son interpellation, plusieurs centaines de personnes ont défilé à Persan et Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) pour dénoncer la lenteur de la justice et le "système policier".

Plusieurs parlementaires et élus de gauche, du NPA au PS en passant par LFI, le PCF, EELV et Générations, étaient présents dans le cortège qui s'est ébranlé peu avant 15H, a constaté une journaliste de l'AFP.

Selon la préfecture, environ 800 personnes ont répondu à l'appel de la famille Traoré, qui réclame la "mise en examen" des gendarmes qu'elle tient pour responsables du décès d'Adama, mort le 19 juillet 2016, le jour de ses 24 ans.

Assa Traoré a dénoncé le nouveau report, "sans aucune raison", d'une expertise médicale très attendue pour faire la lumière sur les causes, encore très discutées deux ans après, de la mort de son jeune frère.

>> À lire : Une nouvelle expertise médicale confirme la mort d’Adama Traoré par asphyxie

Son décès avait été constaté deux heures après son interpellation par les gendarmes, qui l'ont maintenu au sol sous le poids de leurs corps, selon la technique du "placage ventral".

Le jeune homme avait fait un malaise dans leur véhicule avant de décéder dans la cour de la gendarmerie de Persan, qui a copieusement été huée par des manifestants.

"Déni de justice"

"Aujourd'hui, on n'a plus confiance dans la justice à Paris. C'est inadmissible ce qui est en train de se passer, on est dans un déni de justice. Les juges ont la volonté clairement d'étouffer l'affaire de mon frère", a poursuivi la porte-parole du comité La vérité pour Adama.

"Nous allons passer à la vitesse supérieure (...). Nous allons soulever toute la France, nous allons soulever tous les quartiers (...) et on va aller renverser ce système", a encore dit Assa Traoré.

"On marche pour dénoncer tout ce système policier, (...) cette violence qu'ils apportent", dit Assa Traoré, qui a exigé des "réponses" du président de la République sur la mort de son frère.

Avec AFP

Première publication : 21/07/2018

  • FRANCE

    Une nouvelle expertise médicale confirme la mort d’Adama Traoré par asphyxie

    En savoir plus

  • FRANCE

    Deux frères d'Adama Traoré condamnés à des peines de prison ferme pour outrages et violences

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mort d'Adama Traoré : l'affaire qui continue d'agiter la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)