Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

EUROPE

Salvini conseille à May de se montrer plus dure dans les négociations du Brexit

© Andreas Solaro, AFP (archives) | Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, à Rome le 21 mai 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/07/2018

La Première ministre britannique Theresa May doit faire attention à ne pas se "faire avoir" dans les négociations avec Bruxelles sur le Brexit, a affirmé dimanche le ministre italien de l'Intérieur et leader de l'extrême droite, Matteo Salvini.

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a conseillé à la Première ministre britannique Theresa May de se montrer plus dure dans les négociations avec Bruxelles sur le Brexit.

"D'après mon expérience au Parlement européen, c'est soit vous vous imposez, soit vous vous faites avoir", a déclaré Matteo Salvini, également chef de file du parti de la Ligue, un parti d'extrême droite eurosceptique, dimanche 29 juillet, dans le journal britannique Sunday Times. "Sur certaines choses, il n'est pas nécessaire de faire preuve de souplesse", insiste-t-il.

Punition

Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici la mi-octobre pour organiser leur divorce, programmé fin mars 2019, et jeter les bases de leur relation future, mais les négociations traînent en longueur.

Jeudi, le négociateur en chef pour l'Union européenne, Michel Barnier, a retoqué le "plan de Chequers" de la Première ministre britannique, une proposition visant à conserver des liens commerciaux étroits avec le continent après le Brexit.

"Il n'y a ni objectivité, ni bonne foi du côté européen", juge Matteo Salvini, en estimant, selon le Sunday Times, que Bruxelles essaie de punir les Britanniques. "J'espère que les négociations se termineront bien, pour que le Royaume-Uni serve d'exemple à ceux qui sortent de l'UE", ajoute-t-il. "Je me souviens du référendum comme d'un exemple de participation et de liberté."

Le référendum sur la sortie de l'UE s'était déroulé le 23 juin 2016 au Royaume-Uni. 52 % des Britanniques avaient voté en faveur du Brexit.

Avec AFP

Première publication : 29/07/2018

  • UNION EUROPÉENNE

    Brexit : Theresa May demande un nouvel accord avec l'Union européenne sur la frontière irlandaise

    En savoir plus

  • ANGLETERRE

    Theresa May et Donald Trump veulent un accord commercial "ambitieux" post-Brexit

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Brexit : Boris Johnson démissionne, remplacé par Jeremy Hunt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)