Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Asie - pacifique

L'Iran se prépare à une nouvelle vague de sanctions américaines

© Atta Kenare, AFP | Les nouvelles sanctions américaines contre l'Iran doivent entrer en vigueur mardi 7 août.

Vidéo par Sara SAIDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2018

Transactions financières, industrie automobile, aviation... Les nouvelles sanctions américaines qui s'apprêtent à frapper l'Iran, mardi, concernent de nombreux secteurs-clés. À Téhéran, la colère monte et la monnaie continue à dévisser.

Le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, l’a promis : les États-Unis "feront respecter" leurs nouvelles sanctions contre l’Iran, qui doivent entrer en vigueur mardi 7 août.

Ces mesures punitives comprennent des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières. Elles concernent également les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale. Une seconde phase de sanctions s'abattra en novembre sur le secteur pétrolier et gazier ainsi que la banque centrale.

>>À lire : Dos au mur, Rohani cherche des marges de manœuvre

Après avoir claqué la porte de l'accord signé en 2015 entre Téhéran et les grandes puissances, l'administration Trump ne s'en cache pas : elle compte frapper l'Iran d'une "pression maximale", diplomatique et économique. Mais le doute demeure sur ses visées à long terme, et sur les risques accrus, ou non, d'un conflit. D'autant que Washington souffle le chaud et le froid.

Donald Trump a surpris, la semaine dernière, en affirmant être prêt à rencontrer les dirigeants iraniens "quand ils veulent", après une guerre des mots avec son homologue iranien Hassan Rohani. "L'Iran et son économie, vont très mal et cela va vite. Qu'il y ait une réunion ou pas importe peu. C'est à eux de voir", a tweeté Donald Trump samedi soir.

>> À lire : Escalade verbale en tweets entre Donald Trump et les dirigeants iraniens

Chute de la monnaie iranienne

Les mesures décidées par l'administration américaine pourraient lourdement peser sur l'économie iranienne. D’autant que la monnaie nationale, le rial, a récemment atteint son plus bas niveau face au dollar sur le marché parallèle. Mais, selon des analystes, ce sont des mesures prises par Téhéran qui ont d’abord contribué au plongeon de la devise. En avril, les autorités avaient établi un taux officiel fixe de 42 000 rials pour un dollar tout en menaçant de poursuites les agents de change du marché parallèle qui appliqueraient un taux différent.

>> Sur les Observateurs : Devant la pénurie de médicaments, des Iraniens se tournent vers Twitter

Dimanche, la télévision publique iranienne rapportait ainsi que Téhéran allait assouplir les règles de contrôle des changes afin de tenter d'endiguer le plongeon du rial, qui a perdu la moitié de sa valeur depuis avril dans la perspective d'un retour des sanctions américaines.

Pour la sixième journée consécutive, des manifestations ont eu lieu, dimanche, dans plusieurs villes d’Iran pour protester contre l'inflation provoquée par la chute du rial. Un homme a été tué à Karaj, à l'ouest de Téhéran, ont annoncé les autorités, niant toute implication des forces de sécurité, ont rapporté les agences de presse iraniennes.

Comportement "normal"

"Le peuple iranien est mécontent - non pas des Américains, mais de ses propres dirigeants, a réagi le secrétaire d'État américain Mike Pompeo. Il est mécontent de l'incapacité des dirigeants iraniens à tenir leurs promesses économiques."

Washington veut que les Iraniens puissent être entendus dans le choix des responsables du pays, a dit le secrétaire d'État, sans aller jusqu'à appeler à un changement de régime à Téhéran. Mike Pompeo a toutefois déclaré qu'il faudrait "un changement important" de la part de l’Iran pour échapper au rétablissement des sanctions américaines, à commencer par adopter un comportement "normal".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/08/2018

  • IRAN

    Manifestations dans plusieurs villes d'Iran avant le rétablissement des sanctions américaines

    En savoir plus

  • IRAN

    L'Iran effectue un exercice naval dans le détroit d’Ormuz, selon Washington

    En savoir plus

  • IRAN

    "L'Amérique n'est pas fiable" : plusieurs dirigeants iraniens rejettent la proposition de Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)