Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Amériques

ONU : Michelle Bachelet doit devenir Haut-commissaire aux droits de l’Homme

© Yamil Lage, AFP | Michelle Bachelet le 8 janvier 2018 à La Havane.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/08/2018

L’ex-présidente chilienne Michelle Bachelet a été choisie mercredi pour succéder au Jordanien Zeid Ra'ad al-Hussein au poste de Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme. Sa nomination doit être confirmée vendredi.

Après la présidence du Chili, les droits de l’Homme à l’ONU. Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a choisi mercredi 8 août Michelle Bachelet pour le poste de Haut-Commissaire aux droits de l’Homme.

Si l'Assemblée générale de l’ONU donne son feu vert vendredi, Michelle Bachelet, 66 ans succédera au Jordanien Zeid Ra'ad al-Hussein, lequel doit quitter ses fonctions à la fin du mois, à l'expiration de son mandat de quatre ans. Il avait déclaré ce mois-ci qu'il ne briguerait pas un second mandat, parce qu'il ne pense pas disposer du soutien, crucial, des grandes puissances, dont les États-Unis, la Chine et la Russie. Il ne s'est pas privé de critiquer vivement certaines des mesures prises par Donald Trump, tout comme les attaques du président américain contre les médias.

Nikki Haley, l'ambassadrice américaine aux Nations unies, a d'ailleurs réagi à la nomination de Michelle Bachelet en l'enjoignant "d'éviter les erreurs du passé".

"Si elle est choisie, [Michelle] Bachelet aura l'un des emplois les plus difficiles au monde, à un moment où les droits de l'Homme subissent une attaque généralisée", estimait avant l'annonce d'Antonio Guterres le directeur de Human Rights Watch, Kenneth Roth. "En tant que victime elle-même, elle amène à ce rôle une perspective unique sur l'importance d'une défense vigoureuse des droits humains", a-t-il ajouté.

"Championne des droits des femmes"

Michelle Bachelet fait partie des femmes politiques les plus puissantes au monde. Née en 1951 à Santiago, elle poursuivait ses études de médecine quand elle a été arrêtée, détenue et torturée avec sa mère par la police politique du dictateur Augusto Pinochet en janvier 1975.

La socialiste a effectué un premier mandat présidentiel de 2006 à 2010 au Chili. Ensuite, elle a dirigé de 2010 à 2013 l'agence nouvellement créée ONU Femmes, avant de briguer un second mandat et d'être élue de nouveau présidente du Chili en 2014. Elle a alors bousculé une société réputée très conservatrice par une série de réformes progressistes, dont l'adoption du mariage homosexuel et la dépénalisation de l'avortement.

En 2017, Antonio Guterres l'avait nommée pour faire partie d'un conseil consultatif de haut niveau pour le conseiller sur des initiatives de médiation. Le secrétaire général de l'ONU l'avait qualifiée de "championne des droits des femmes à long terme".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 09/08/2018

  • CHILI

    La Banque mondiale accusée d'avoir été injuste avec le Chili de Michelle Bachelet

    En savoir plus

  • CHILI

    Le conservateur Sebastian Piñera de retour au pouvoir au Chili

    En savoir plus

  • CHILI

    Présidentielle au Chili : "Michelle Bachelet n'a pas su répondre aux attentes des Chiliens"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)