Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Des milliers d'expatriés roumains dans la rue à Bucarest contre le gouvernement

© AFP | Echauffourées entre police et manifestants roumains lors d'une manifestation le 10 août 2018 à Bucarest

BUCAREST (AFP) - 

Des milliers de Roumains, dont de nombreux expatriés revenus spécialement dans leur pays, ont demandé vendredi à Bucarest la démission du gouvernement de gauche qu'ils accusent de "corruption", lors d'une manifestation marquée par des échauffourées avec les forces de l'ordre.

"Démission" et "Voleurs", ont scandé les manifestants --entre 30.000 et 50.000 selon les médias locaux-- rassemblés place de la Victoire, devant le siège du gouvernement.

Alors que plusieurs dizaines d'entre eux tentaient de rompre le cordon policier, les gendarmes ont abondamment utilisé des gaz poivre et lacrymogènes, contraignant les manifestants de s'éloigner.

Une centaine de personnes ont dû être soignées pour avoir inhalé ces gaz, tandis qu'une dizaine de gendarmes ont été blessés par des jets de pierres et de bouteilles, selon les services d'urgence.

Présentes en nombre sur place, les forces de l'ordre ont appelé les "manifestants de bonne foi à se distancer des éléments violents".

Brandissant un drapeau d'Espagne, leur pays d'accueil, Stefan et Ileana Anghel, la quarantaine, ont traversé en voiture l'Europe pour participer à cette manifestation.

"Malheureusement rien n'a changé en Roumanie. Nous aimerions voir des routes et des écoles modernes et surtout ne plus devoir payer des pots-de-vin à droite et à gauche", indique à l'AFP Ileana, qui travaille, comme son mari, dans l'agriculture dans la région d'Alicante.

Vlad, 60 ans, et son épouse sont venus de New-York, où ils vivent depuis 30 ans, pour cette "fête de la diaspora".

"La corruption et le détournement de fonds au profit des gouvernants, voilà ce qui me dérange", dit Vlad, qui travaille dans l'immobilier. "Une force est en train de naître sur cette place, nous espérons que notre message sera entendu", ajoute-t-il.

Plusieurs milliers de personnes ont également manifesté dans de grandes villes dont Cluj (nord-ouest), Sibiu (centre) et Timisoara (ouest).

Environ quatre millions de Roumains (sur une population totale de 20 millions) travaillent à l'étranger, dont la moitié en Italie et en Espagne, selon les autorités.

En 2017, les expatriés ont envoyé à leurs familles restées en Roumanie 4,3 milliards d'euros, soit près de 2,5% du produit intérieur brut de ce pays, l'un des plus pauvres de l'Union européenne.

© 2018 AFP