Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'État tranche, le débat politique continue

En savoir plus

Luke BROWN

" Cassez-vous" lancent les manifestants aux CRS. Obligées de reculer, les forces de l'ordre reçoivent quelques projectiles.... et répondent à coups de gaz lacrymogènes. Des casseurs, parfois cagoulés, se mélangent aux manifestants. Lancées en direction des CRS, des ordures mais aussi des bouteilles... La préfecture de police parle de 300 individus violents.Un climat de tension qui ferait presque oublier le mot d'ordre des manifestants contre le projet de loi travail. SOT militant CGT: je ne vois pas d'avancées pour les salariés je ne vois que des reculs dans ce projet de loi sauf le soi disant compte personnel d'activité mais c'est une coquille vide sinon il y la... attends attends...Et il n'y a pas que la parole qui est interrompue. Le cortège aussi se retouve coupé en deux par les forces de l'ordre. Dans la rue, des dégâts, sont déjà visibles au milieu de l'après midi. Un peu plus loin, les tambours des manifestants font écho aux grenades assourdissantes de la police. Une violence qui fait monter la tension avec les manifestants.UPSOT manifestante "elles sentent bons vos armes ?!" "DISPERSEZ VOUS!"Ce 1er mai devait pourtant être celui de l'unité retrouvée pour la CGT et FO, réunies en tête de cortège pour la première fois depuis 7 ans. Mais pour les militants, la journée restera marquée par les violences policières.SOT manifestante:là je voulais vraiment faire un défilé du 1er mai et qu'est ce que je vois ? Je vois des gamins se faire massacrer par les flics. la police partout, partout partout. On était enfermés dans des bars on a pas pu sortir on était coincés. On a vu des gens, des personnes âgées se faire frapper. je suis choquée, je suis révoltée. Et puis moi je les soutiens les petits jeunes qui se battent parce que j'ai l'impression que ce sont les seuls à avoir encore une consciences politique aujourd'hui. Après de longues minutes à l'arrêt, le cortège reprend sa marche vers la place de la Nation. Sitôt arrivé, les syndicats et la police appellent les manifestants à rentrer chez eux, par crainte de nouveaux débordements. C'est alors que la situation dégénère. La brigade anti émeute rejoint les CRS. Des manifestants sont blessés. Un poste de secours improvisé se monte sur la place. Une femme est blessée au sol. Les charges des forces de l'ordre se succèdent encore à la nuit tombée, place de la Nation.

Un 1er-Mai émaillé de violences à Paris

c

En savoir plus

REPORTAGE

Les migrants graffent leur histoire place de la Républlique

2016-01-18 06:33 FR NW PKG V2 FR24 GRAFFITIS MIGRANTS 7H

En savoir plus