En images : stars russes et américaines se partagent le tapis rouge à Cannes

La star hollywoodienne Michelle Williams a fait son grand retour sur la Croisette pour le film "Wonderstruck", dans lequel elle joue la mère défunte de deux enfants fugueurs.

Le cinéaste américain Todd Haynes pose aux côtés de ses actrices de charme après la première de "Wonderstruck". Le film a été accueilli favorablement par les critiques, qui ont particulièrement apprécié sa mise en scène virtuose.

L'Américaine Julianne Moore a également impressionné les critiques avec son rôle d'actrice de cinéma muet dans "Wonderstruck", long-métrage présenté en compétition officielle de ce 70e Festival de Cannes.

La mannequin tchèque Petra Nemcova a le don pour attirer les flashs des photographes avec ses robes aux décolletés ravageurs.

Pas de décolleté pour la mannequin américaine Emily Ratajkowski, mais une robe en dentelle noire ne cachant rien de sa plastique avantageuse.

La mannequin française Thylane Blondeau, 16 ans, a foulé le tapis rouge pour assister à la première de "Faute d'amour", un film russe présenté en compétition officielle.

Le réalisateur Mathieu Amalric pose avec l'actrice Jeanne Balibar, qui incarne la célèbre chanteuse Barbara dans le film d'ouverture de la sélection parallèle Un Certain Regard.

Le cinéaste égyptien Mohamed Diab, dont les films "Les Femmes du Bus 678" et "Clash" ont conquis la critique, est de retour sur la Croisette en tant que membre du jury pour la sélection parallèle Un certain regard.

La ténébreuse mannequin brésilienne Adriana Lima prend la pose sur le tapis rouge avant d'assister à la première de "Faute d'amour".

Winnie Harlow, mannequin canadienne affectée par le vitiligo, une maladie qui entraîne une dépigmentation de plusieurs parties de la peau, se prépare à monter les marches dans une sublime robe de bal bleu nuit.

L'actrice russe Mariana Spivak joue l'un des rôles principaux dans "Faute d'amour", un long-métrage très sombre sur le manque d'empathie dans la société russe.

Le réalisateur russe Andrey Zvyagintsev, au centre, pose au sommet des marches avec son équipe avant la première de "Faute d'amour". Le film a suscité des réactions mitigées parmi les critiques.