Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

EUROPE

"Lampedusa à Berlin" : un camp de réfugiés au cœur de la capitale allemande

© FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/09/2013

Depuis un an, un camp de réfugiés à Berlin abrite plus de 400 Africains, qui ont fui la Libye en gagnant Lampedusa, en Italie, où affluaient de nombreux migrants. Les exilés, mobilisés pour obtenir un emploi, ont bien du mal à se faire entendre.

“Si on est ici, c’est un peu à cause de Sarkozy”. Ousman, un Tchadien très remonté contre l’ancien Président français, résume l'état d'esprit de ses 450 compagnons africains installés dans un camp de réfugiés, construit en octobre 2012 à Orianenplatz, en plein cœur du très vivant quartier de Kreuzberg, à Berlin. Auparavant, la majorité d'entre eux habitait et travaillait en Libye. Mais, en 2011, ils ont dû quitter le pays en catastrophe, lorsque la guerre civile a éclaté entre le régime de Mouammar Kadhafi et les rebelles soutenus, notamment, par la France.

La quinzaine de tentes qui compose le camp ne forme qu’un abri très précaire contre le climat parfois rude à Berlin. À l’entrée, les passants sont accueillis par une grande banderole sur laquelle est inscrit : “Village de Lampedusa à Berlin”. Un rappel du périple que ces Africains ont dû effectuer pour arriver jusqu’à la capitale allemande. Ils font, en effet, partie des plus de 10 000 réfugiés de Libye qui ont transité par Lampedusa, au large de la Sicile, en 2011, dans des conditions humanitaires souvent déplorables.

“Après quelque temps, les Italiens nous ont donné 500 euros et nous ont fait comprendre qu’on ferait mieux de partir”, raconte Ali, un Malien qui, sous le règne de Kadhafi, a travaillé plusieurs années dans une tapisserie. Si certains sont allés à Munich (Bavière), d’autres à Hambourg, Ali et ses compagnons ont eux trouvé refuge à Berlin, où les conditions de vie sont très dures, selon lui. “Parfois on ne mange qu’un seul repas en trois jours." Pour pouvoir se nourrir, ils comptent sur la générosité des passants. Un état de dépendance très dur à accepter pour Ali, qui rappelle qu’il “gagnait bien sa vie en Libye”.

Partie du décor

“Tout ce que nous demandons, c’est un logement et d’avoir le droit de chercher un travail à Berlin”, explique Ali. Peu après leur arrivée à Oranienplatz, “un politicien est venu nous voir, on lui a expliqué ce qu’on voulait”, souligne Ali. Mais ils n’ont eu aucune nouvelle depuis.

En effet, si l’existence de ce camp a pu, un temps, étonner, voire susciter quelques élans de solidarité, il semble dorénavant faire partie du décor pour les habitants du quartier. Des jeunes à vélo slaloment entre les tentes comme si de rien n’était. Des panneaux pour tel ou tel candidat aux élections législatives du 22 septembre sont posés à même le sol, à côté des abris, se mélant avec les objets qui font office de mobilier.

Ali reconnaît qu’il ne voit pas comment faire évoluer les choses. “On va continuer à demander ce à quoi on a droit : un logement et un travail”, répète-t-il. En attendant de trouver un point de chute, le groupe de réfugiés s'apprête à affronter le rude hiver berlinois.

Première publication : 20/09/2013

  • LÉGISLATIVES ALLEMANDES

    À Berlin, les "prolos" de Kreuzberg organisent la résistance anti-Merkel

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES ALLEMANDES

    "Miracle économique" en Allemagne : quand les jeunes penchent à droite

    En savoir plus

  • ITALIE - REPORTAGE

    Lampedusa, étape d’un long périple vers l’Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)