Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • En direct : "aucune hypothèse exclue" après la disparition du vol d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

EUROPE

"Lampedusa à Berlin" : un camp de réfugiés au cœur de la capitale allemande

© FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/09/2013

Depuis un an, un camp de réfugiés à Berlin abrite plus de 400 Africains, qui ont fui la Libye en gagnant Lampedusa, en Italie, où affluaient de nombreux migrants. Les exilés, mobilisés pour obtenir un emploi, ont bien du mal à se faire entendre.

“Si on est ici, c’est un peu à cause de Sarkozy”. Ousman, un Tchadien très remonté contre l’ancien Président français, résume l'état d'esprit de ses 450 compagnons africains installés dans un camp de réfugiés, construit en octobre 2012 à Orianenplatz, en plein cœur du très vivant quartier de Kreuzberg, à Berlin. Auparavant, la majorité d'entre eux habitait et travaillait en Libye. Mais, en 2011, ils ont dû quitter le pays en catastrophe, lorsque la guerre civile a éclaté entre le régime de Mouammar Kadhafi et les rebelles soutenus, notamment, par la France.

La quinzaine de tentes qui compose le camp ne forme qu’un abri très précaire contre le climat parfois rude à Berlin. À l’entrée, les passants sont accueillis par une grande banderole sur laquelle est inscrit : “Village de Lampedusa à Berlin”. Un rappel du périple que ces Africains ont dû effectuer pour arriver jusqu’à la capitale allemande. Ils font, en effet, partie des plus de 10 000 réfugiés de Libye qui ont transité par Lampedusa, au large de la Sicile, en 2011, dans des conditions humanitaires souvent déplorables.

“Après quelque temps, les Italiens nous ont donné 500 euros et nous ont fait comprendre qu’on ferait mieux de partir”, raconte Ali, un Malien qui, sous le règne de Kadhafi, a travaillé plusieurs années dans une tapisserie. Si certains sont allés à Munich (Bavière), d’autres à Hambourg, Ali et ses compagnons ont eux trouvé refuge à Berlin, où les conditions de vie sont très dures, selon lui. “Parfois on ne mange qu’un seul repas en trois jours." Pour pouvoir se nourrir, ils comptent sur la générosité des passants. Un état de dépendance très dur à accepter pour Ali, qui rappelle qu’il “gagnait bien sa vie en Libye”.

Partie du décor

“Tout ce que nous demandons, c’est un logement et d’avoir le droit de chercher un travail à Berlin”, explique Ali. Peu après leur arrivée à Oranienplatz, “un politicien est venu nous voir, on lui a expliqué ce qu’on voulait”, souligne Ali. Mais ils n’ont eu aucune nouvelle depuis.

En effet, si l’existence de ce camp a pu, un temps, étonner, voire susciter quelques élans de solidarité, il semble dorénavant faire partie du décor pour les habitants du quartier. Des jeunes à vélo slaloment entre les tentes comme si de rien n’était. Des panneaux pour tel ou tel candidat aux élections législatives du 22 septembre sont posés à même le sol, à côté des abris, se mélant avec les objets qui font office de mobilier.

Ali reconnaît qu’il ne voit pas comment faire évoluer les choses. “On va continuer à demander ce à quoi on a droit : un logement et un travail”, répète-t-il. En attendant de trouver un point de chute, le groupe de réfugiés s'apprête à affronter le rude hiver berlinois.

Première publication : 20/09/2013

  • LÉGISLATIVES ALLEMANDES

    À Berlin, les "prolos" de Kreuzberg organisent la résistance anti-Merkel

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES ALLEMANDES

    "Miracle économique" en Allemagne : quand les jeunes penchent à droite

    En savoir plus

  • ITALIE - REPORTAGE

    Lampedusa, étape d’un long périple vers l’Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)