Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 02/10/2013

L'autre opposition syrienne, une alternative pacifique

© FRANCE 24

Refusant la "tyrannie" de Bachar al-Assad et la lutte armée du CNS, des mouvements d’opposition pacifiques, tolérés par le régime, offrent une alternative pour résoudre le conflit syrien, mais peinent à se faire entendre. Une équipe de FRANCE 24 est allée à leur rencontre.

La Coalition nationale syrienne (CNS) reconnue par l’Occident et les pays du Golfe, n’est pas l’unique mouvement d’opposition en Syrie. Des mouvements hostiles au régime de Bachar al-Assad, tolérés par le pouvoir, existent mais ils peinent singulièrement à se faire entendre.

Une opposition non armée

Fondé en 2011 par l’écrivain Louay Hussein, "Construire l’État syrien" est un mouvement d’opposition qui ne se reconnaît ni dans la "tyrannie du régime", ni dans l’opposition armée du CNS. "Mes amis ont pris les armes et ont commencé à se battre, mais je ne voyais pas ce que la lutte armée pouvait nous apporter", explique à FRANCE 24 Moussab Khalaf, un jeune homme originaire de la Ghouta orientale, qui a rallié le mouvement lorsque sa maison a été détruite. "Le recours à la force ne permettra pas de trouver une solution à la Syrie".

Un autre mouvement d’opposition de l’intérieur, de plus grande ampleur, tente lui aussi de s’imposer : le Comite national de coordination pour le changement démocratique (CNCCD), dirigé par Raja al-Nasser. Cet ancien juge, envoyé à huit reprises dans les geôles syriennes, place également le régime et le CNS au même niveau. "Aucun des deux camps n’est capable de parvenir à un résultat sur le terrain donc la guerre va continuer", déplore le responsable du CNCCD.

Un faible appui populaire

Ces deux mouvements d’opposition, qui se retrouvent autour de valeurs communes ancrées à gauche, souffrent du même mal : "Les deux figures d’intellectuels [de ces mouvements] n’ont jamais bénéficié d’un très vaste soutien populaire même avant le début de la crise syrienne", assure Selim el-Meddeb, correspondant de FRANCE 24 à Damas. "Pourtant leur position commune de rejet du régime et de l’opposition armée recoupe le sentiment d’une partie importante de la population", nuance le journaliste, tout en ajoutant combien il est difficile d’évaluer avec précision leur véritable popularité dans la mesure où il n’y a pas d’élection.

Précisons également que la coalition nationale syrienne, soutenue par l’Occident et les pays du Golfe, ne jouit pas non plus d’un soutien populaire considérable "que ce soit dans des zones contrôlées par le régime ou les zones rebelles", souligne encore le correspondant de FRANCE 24.

Une action limitée

Reste la question de l’indépendance de ces mouvements d’opposition pacifique. Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a affirmé samedi 28 septembre à New York qu’il lui était possible de s’asseoir à la table des négociations avec ces mouvements d’opposition tolérés, sans les nommer. Est-ce à dire que ces mouvements seraient instrumentalisés par le régime ? "Ce n’est absolument pas le cas", assure Selim el-Meddeb qui précise, par ailleurs, que ces opposants se sont régulièrement retrouvés en prison ou en exil.
 

Par Selim EL MEDDEB , Lucy FIELDER

Comments

COMMENTAIRE(S)

 
 
Les archives

11/07/2014 Birmanie

L'essor d'un bouddhisme radical

En Birmanie, pays à 90 % bouddhiste, la persécution des musulmans Rohingya est devenue courante depuis un an et demi. Ce regain de violence est fortement encouragé par certains...

En savoir plus

10/07/2014 Irlande

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

La découverte récente des dépouilles de 800 enfants, à Tuam, dans l’ouest de l’Irlande, a fait scandale. Aujourd’hui, les révélations se multiplient et les anciennes...

En savoir plus

09/07/2014 Justice

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

Au Royaume Uni, la Law Society - l’équivalent anglais du barreau - a publié des recommandations pour la rédaction de testaments conformes à la Charia. Ces publications ont fait...

En savoir plus

08/07/2014 Énergie

Gaz de schiste américain : l’économie au détriment de l’environnement?

Alors que le débat s'ouvre à nouveau en France sur l'opportunité ou non d'autoriser le forage du gaz de schiste, tous les yeux se tournent vers les États-Unis qui autorisent déjà...

En savoir plus

07/07/2014 Éducation

Éducation au Pakistan : champs libre aux madrasas les plus radicales

Ces cinq dernières années, les bombes des fondamentalistes religieux ont détruit plus d’un millier d’écoles au Pakistan. Cette violence incite les parents à ne plus envoyer leurs...

En savoir plus