Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le Front National: Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir 300 millions $ dans l’éducation des filles"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 27/12/2013

Chine : à Shaoshan, le souvenir de Mao rapporte gros

© FRANCE 24 / Un sosie de Mao à Shaoshan

La Chine fête depuis le 26 décembre les 120 ans de la naissance de Mao Zedong, un chiffre très important dans la culture chinoise. Si le pays n'est plus maoïste, l'image du leader communiste reste très lucrative. Reportage dans son village natal.

Ils arrivent chaque jour par milliers de toute la Chine, en bus la plupart du temps. Qu'ils soient employés d'entreprises d'État, simples touristes ou sosies, les pélerins de Shaoshan dans la province du Hunan se dirigent d'entrée vers la statue du héros local : Mao Zedong. Plus que du respect, le père de la nation chinoise suscite l'adoration dans son village natal. À tel point que Shaoshan est devenue la Mecque de Chine. Le nombre de pèlerins y a doublé en dix ans et le PIB de la commune dépasse aujourd’hui le milliard d’euros.

À l’occasion du 120e anniversaire de la naissance de Mao, la ferveur n’est pas près de s’atténuer. Cet âge [deux fois 60] est extrêmement important dans la culture chinoise et, à cette occasion, de nombreuses festivités ont débuté le 26 décembre à travers toute la Chine.

À Shaoshan, les pèlerins n’hésitent pas à débourser 50 euros pour offrir un bouquet de fleurs au grand timonier et même 120 euros pour que la gerbe soit déposée délicatement par deux militaires. Dans cette petite ville, plus qu'ailleurs, quand on aime, on ne compte pas. "Vous ne devriez même pas me demander combien coûte ce panier. Cela ne se mesure pas avec de l'argent. Cela n'a pas de prix !", s’exclame Liu. Ce touriste de Shaoshan a cassé sa tirelire pour ce voyage et parcouru 1 500 kilomètres depuis le nord de la Chine pour rendre hommage au dieu Mao. “Je sens ici monter une vague de larmes incontrôlables. J'en ai profité pour faire un vœu : je souhaite que notre pays devienne un pays prospère", confie-t-il au micro de FRANCE 24.

Tourisme rouge florissant

La prospérité a en tout cas déjà gagné Shaoshan. Le village a développé un gigantesque “tourisme rouge”. Mémorial, librairie, centre culturel et bientôt salle de spectacle… Tout y est dédié à Mao. Et pour ce 120e anniversaire, la ville a dépensé 234 millions d'euros, en infrastructures principalement.

Tian Haimin, un notable local en est très fier : “Ici, vous avez la ligne à grande vitesse en construction et il va bientôt y avoir une gare. Ce projet a été décidé il y a trois ans pour fêter ce 120e anniversaire. Mais comme il est immense, il sera mis en place lors de l'anniversaire de 2014”, explique-t-il à FRANCE 24. En véritable businessman, Tian Haimin, lui, a su allier sa passion pour Mao à son sens des affaires. Comme des dizaines de villageois, il vend toutes sortes d'objets à l'effigie du leader communiste.

Ancien paysan reconverti dans les affaires, Tian Haimin fait très bien tourner son commerce, mais il se dit maoïste avant tout. “Étant de Shaoshan, c'est mon devoir de transmettre cette culture rouge et je la considère comme un métier à part entière. Il n'y a aucun rapport avec le côté commercial.”

Campagne anti-extravagance

Reste que les hommes d'affaire de Mao doivent désormais composer avec une nouvelle donne : la campagne anti-extravagance menée par Xi Jinping. Le president chinois a voulu un anniversaire sobre, forçant Shaoshan et la Chine dans son ensemble à réduire le nombre de galas et célébrations initialement prévus.

D’ailleurs, lorsque l'on visite le mémorial de la ville, c'est désormais le côté frugal de Mao qui est mis en avant. “Ici vous avez la robe de chambre préferée de Mao. Elle a été recousue 73 fois. C'est la meilleure manière pour enseigner le patriotisme et la lutte contre la corruption aux adolescents, aux membres et aux cadres du Parti communiste", affirme à FRANCE 24 Peng Yan, directrice du département de la propagande et de l'Éducation.

Un exemple qui parle toujours à une population chinoise très critique envers les inégalités du pays, tandis que les millions de morts attribués au Grand Timonier restent relégués au second plan. Depuis 30 ans, le discours enseigné dans les écoles reste inchangé : Mao Zedong, c'est 70 % de bonnes actions, 30 % de mauvaises.

Par Ma TAO , Baptiste FALLEVOZ

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/09/2017 Birmanie

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

Nos correspondants en Asie du Sud-Est ont enquêté en Birmanie au cœur des factions bouddhistes ultranationalistes, à l’origine des persécutions que subissent les Rohingyas depuis...

En savoir plus

20/09/2017 Asie - pacifique

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

Au Pakistan, ces dernières années, un nombre croissant d'étudiants d'institutions prestigieuses ont participé à des attentats terroristes. Ils représentent des recrues de choix...

En savoir plus

19/09/2017 Amériques

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

Il y a un peu plus d'un an, en août 2016, les yeux du monde entier étaient tournés vers Rio de Janeiro, première ville d'Amérique latine à accueillir des Jeux olympiques. Une...

En savoir plus

18/09/2017 Asie - pacifique

Violences contre les Rohingyas : les camps du Bangladesh dépassés par l'afflux de réfugiés

À la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh, l'exode des Rohingyas se poursuit. En moins d'un mois, ils sont plus de 400 000 à avoir franchi cette frontière pour fuir les...

En savoir plus

15/09/2017 Côte d'Ivoire

Côté d'Ivoire : des milices pour contrer la violence des "microbes"

En Côte d’Ivoire, on les appelle les "microbes". Tiré d'un film sur les favelas de Rio, ce nom désigne des jeunes de 10 à 25 ans organisés en gangs ultra-violents. Armés de...

En savoir plus