Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 17/01/2014

Les Faucons de Bagdad, la brigade qui défie la mort

© Capture d'écran

L’année 2013 a été la plus sanglante en Irak depuis cinq ans. Les attentats sont quotidiens à Bagdad. Pour venir à bout des violences, un groupe de policiers est en première ligne : les Faucons de Bagdad, spécialisés dans le désamorçage des bombes.

L'Irak renoue avec ses années les plus noires. En 2013, les violences et les attentats ont fait 7 800 morts. À Bagdad notamment, les attentats à la voiture piégée font partie du quotidien. Un groupe de démineurs, surnommés les Faucons de Bagdad, sont tous les jours sur le terrain. À la moindre alerte, la brigade de police doit partir au plus vite.

Ce jour-là, direction le quartier chiite d'Hay al-Amel, à l'ouest de la capitale, où une voiture piégée vient d'exploser. Il s’agit de la deuxième détonation en moins de 10 minutes à Bagdad. "Ils ciblent des quartiers chiites, pas des quartiers sunnites. C'est là que l'organisation Al-Qaïda travaille", explique à FRANCE 24 le sergent Raad, de la Brigade des Faucons.

Comme beaucoup de véhicules piégés à Bagdad, la voiture était un taxi. Le bilan est lourd : neuf blessés évacués vers les hôpitaux et deux morts. Les deux victimes sont des policiers, qui, en voyant ce véhicule suspect, avaient pris soin de barrer la route avant de briser les vitres de la voiture. Leur courage leur a été fatal.

"Tu as vu ce qu'ils ont mis dedans ? Des barres de fer, ils ont mis ça à l'intérieur de la voiture", commente le sergent Raad en montrant un mur situé à 200 mètres de l’explosion et couvert d’impacts.

Ces objets métalliques tuent ou blessent grièvement. Un policier confie à l’équipe de FRANCE 24 que des analyses ont même révélé la présence de clous mélangés à de la mort au rat, lors de précédents attentats.

Au péril de leur vie

Créée en 2005, la Brigade des Faucons est composée de quatre équipes de 12 hommes. Leurs missions sont très dangereuses car leur vie ne tient souvent qu'à des fils reliés à des batteries et à des explosifs actionnés par téléphone portable.

Ces hommes sont aussi dans la ligne de mire directe d'al-Qaïda. Des dizaines d'entre eux ont été grièvement blessés ou tués lors d'opérations de déminage. Pour le lieutenant Mohammed, la mort fait partie du quotidien : "Quand je sors de la maison, je lis la fatiha [sourate du Coran, NDLR] et dis la shahada [profession de foi, NDLR]. Quand on va en mission, même chose. Pas seulement moi, Saad aussi. Et tous les autres. Car tu peux sortir de la maison un jour et tu peux ne plus y revenir".

Quelques jours plus tard, une nouvelle tragédie frappe la rue Palestine à Bagdad. Un homme d’une soixantaine d’années vient de mourir dans un attentat. Selon l’enquête de police, il n’était pas directement visé. La voiture qu'il conduisait appartenait à l'un de ses amis, qui, quelques jours auparavant, avait poignardé un kamikaze avant qu'il ne s'explose. En représailles, al-Qaïda aurait placé une bombe magnétique sous le siège de son véhicule.

Une population en première ligne

Plusieurs dizaines de voitures piégées et bombes artisanales de ce type explosent chaque semaine en Irak. En 2013, plus de 6000 Irakiens auraient péri dans des attentats. Les blessés se comptent aussi par milliers sans qu'il soit possible d'en donner le nombre.

Victime il y a 9 mois d'une voiture piégée, un Irakien témoigne devant la caméra de FRANCE 24. Saad a été touché au visage, aux jambes et à la poitrine. Il doit sa survie à un mur : "Ma tête était en morceaux et les gens devant moi amputés. Moi, Dieu m'a sauvé. Pour mes enfants".

Ses douleurs incessantes l'empêchent de travailler. Faute d'argent, toute la famille a échoué dans un bidonville du centre de Bagdad. Sans prise en charge de l'État, il est très difficile pour les personnes victimes d’un attentat de se reconstruire.
 

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/09/2014 Russie

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

Face à la puissance de feu russe dans l'Est, l'Ukraine s'est appuyée sur des bataillons de combattants non-professionnels. Malgré la signature d'un cessez-le-feu, certains...

En savoir plus

18/09/2014 Thaïlande

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

Les scandales qui ont émaillé l’actualité thaïlandaise ces derniers mois - un couple d'adoptants Australiens qui a refusé de prendre un enfant thaïlandais conçu par insémination...

En savoir plus

17/09/2014 Indépendance

Référendum en Écosse : le poids des indécis

À la veille du référendum sur l'indépendance de l’Écosse, le "oui" et le "non" sont toujours au coude-à-coude dans les sondages et un électeur sur dix se déclare encore indécis....

En savoir plus

16/09/2014 Immigration clandestine

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

Alors que l'on a appris lundi que plus de 500 personnes sont portées disparues dans un naufrage au large de Malte, notre reporter vous emmène sur la trace de ces milliers de...

En savoir plus

15/09/2014 Organisation de l'État islamique

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

À Arsal, ville libanaise à deux pas de la frontière syrienne, la situation est devenue intenable. Dans cette cité de 35 000 habitants, les autorités doivent gérer l'afflux de...

En savoir plus