Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : La troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison Blanche

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attaques terroristes en Europe, quelles solutions face à la menace ?

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : les Jeux olympiques des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le vrai antidote contre l’EI, c’est la culture"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les toits de Paris, un trésor entre ciel et terre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Athènes, la culture plus forte que la crise

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

EDF adopte le projet d'EPR à Hinkley Point, Londres temporise

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 1)

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 03/02/2014

Reportage : une nuit avec les gardiens de la place Maïdan à Kiev

© FRANCE 24

Sur la place Maïdan, dans le centre-ville de Kiev, des opposants au président Viktor Ianoukovitch veillent jour et nuit pour protéger leurs barricades d'un assaut des forces de sécurité. Reportage aux côtés de ces sentinelles de la contestation, qui assurent vouloir rester mobilisées jusqu'à la chute de l'actuel pouvoir.

Ce n'est plus l'affluence des grands jours sur la place de l'Indépendance de Kiev, désormais connue dans le monde entier sous le nom de Maïdan. Le froid, la multiplication des enlèvements et des agressions, en ont dissuadé plus d’un à se rendre sur ce haut-lieu de la contestation contre le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch. Pourtant, le mouvement de protestation s'est juré de tenir bon.

Le centre-ville de la capitale a vu se multiplier les barricades, sur lesquelles un groupe d’auto-défense, qui se dit fort de près de 5 000 hommes, s’emploie à prévenir toute incursion éventuelle des forces de sécurité.

Tous les jours dès 19 heures, Vadim et son colocataire Marian se préparent à passer la nuit autour des barricades. Tous deux membres de l’unité appelée "Varta Maïdan", ces deux jeunes hommes de 25 ans assurent jouer un rôle de modérateur. L'appartement dans lequel ils vivent sert de dortoir aux contestataires. Situé en amont de la place de
l'Indépendance, le logement permet de surveiller les Berkout, la police anti-émeutes. "De cette fenêtre, nous voyons leurs mouvements. Et s'ils se préparent à attaquer, on prévient l'auto-défense de Maïdan", explique Vadim.

"Personne ne les force à venir"

Après une sortie discrète par l'arrière du bâtiment, les deux sentinelles se rendent sous un froid polaire – le thermomètre affiche - 20 degrés – sur les lieux de leur tour de garde. Près des barricades, des volontaires se réchauffent autour du feu. Parmi eux, des groupes d'extrême-droite qui, bien que minoritaires, se sont fait une place au sein de la contestation, et affichent fièrement leur volonté d'en découdre.

Mais la plupart sont des sympathisants venus seulement offrir un peu de leur temps à la cause. "Ici, il y a des gens simples, des habitants de Kiev qui viennent fournir de l'aide. Personne ne les appelle. Personne ne les force, ne les paye...", assure Vadim.

À deux pas du siège du gouvernement ukrainien, les barricades de la rue Grouchevski ont été le théâtre de scènes de guérilla urbaine après l'adoption, le 16 janvier, des lois anti-manifestation, abrogées depuis. Au moins deux militants ont perdu la vie dans les violents affrontements avec la police. "Nous, on évacuait les blessés et on les amenait aux médecins. Avec mon collègue, on a emmené un gars qui avait perdu trois doigts", témoigne Vadim.

En première ligne jour et nuit

Depuis, ces activistes restent en première ligne jour et nuit. "Nous partirons d'ici quand ce président [Viktor Ianoukovitch] ne sera plus au pouvoir. Nous devons vivre ici normalement comme partout en Europe, lance un manifestant, sous couvert d’anonymat. Quand on appelle une ambulance par exemple, il faut qu'elle vienne dès qu'on appelle, en une demi-heure maximum, et pas en trois heures. Nous voulons un pays normal."

Plus loin, la maison des syndicats sert de quartier général des contestataires de "Varta Maïdan". À sa tête, Ivan, un ancien du parti présidentiel. "J'étais garde du corps d'un député du parti des régions quand le mouvement a commencé. Et j'ai décidé de prendre le coté de Maïdan...", affirme-t-il.

Entièrement dévoué à sa tâche, Ivan n'est pas retourné chez lui depuis plus de deux mois. Aujourd’hui, une trentaine d’hommes sont sous ses ordres. "Nous sélectionnons les membres au terme d'un examen psychologique. Ils sont ici pour aider, pas pour aggraver les choses."

Casqués, armés de simples bâtons ou de barres de fer, ces contestataires ont pour mission de sillonner la place de l'Indépendance jour et nuit. Pour beaucoup, cette radicalisation est devenue une nécessité. "Les gens ont le droit de se protéger, de protéger leurs familles, leurs vies", estime Nadezhda, une jeune architecte de Kiev.

Les gardiens de la place de l'Indépendance, en état de siège permanent, vivent dans la seule crainte que le pouvoir n’instaure l'état d'urgence. Malgré des moyens en apparence dérisoires, les opposants à Viktor Ianoukovitch ont juré de rester mobilisés jusqu'à la chute du régime...

Par FRANCE 24 , Gulliver CRAGG , Jonathan WALSH , Abdallah MALKAWI

COMMENTAIRE(S)

Les archives

28/07/2016 Inde

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En Inde, l'alcool y est un véritable fléau national. Selon les statistiques, il serait responsable d'un mort toutes les 96 minutes. Face à la hausse de la mortalité et des...

En savoir plus

27/07/2016 France

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En France, environ 30 000 armes illégales circulent sur le territoire, selon la police. Elles proviennent en majorité d'Europe de l'Est et sont achetées illégalement pour...

En savoir plus

26/07/2016 Italie

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

Après avoir été pointée du doigt par le passé pour ne pas respecter ses obligations d’identification des migrants, l’Italie applique désormais les nouveaux procédés imposés par...

En savoir plus

25/07/2016 Canada

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

Le Canada a accueilli 25 000 réfugiés en quelques mois seulement. La plupart sont des Syriens, pris en charge grâce à un système de parrainage privé. Souvent cité en exemple, le...

En savoir plus

22/07/2016 Pakistan

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

Au Pakistan, près de trois-quarts des étudiants en médecine sont des femmes mais seulement un quart d'entre elles exerceront une profession médicale. Beaucoup renoncent en raison...

En savoir plus