Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 03/02/2014

Reportage : une nuit avec les gardiens de la place Maïdan à Kiev

© FRANCE 24

Sur la place Maïdan, dans le centre-ville de Kiev, des opposants au président Viktor Ianoukovitch veillent jour et nuit pour protéger leurs barricades d'un assaut des forces de sécurité. Reportage aux côtés de ces sentinelles de la contestation, qui assurent vouloir rester mobilisées jusqu'à la chute de l'actuel pouvoir.

Ce n'est plus l'affluence des grands jours sur la place de l'Indépendance de Kiev, désormais connue dans le monde entier sous le nom de Maïdan. Le froid, la multiplication des enlèvements et des agressions, en ont dissuadé plus d’un à se rendre sur ce haut-lieu de la contestation contre le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch. Pourtant, le mouvement de protestation s'est juré de tenir bon.

Le centre-ville de la capitale a vu se multiplier les barricades, sur lesquelles un groupe d’auto-défense, qui se dit fort de près de 5 000 hommes, s’emploie à prévenir toute incursion éventuelle des forces de sécurité.

Tous les jours dès 19 heures, Vadim et son colocataire Marian se préparent à passer la nuit autour des barricades. Tous deux membres de l’unité appelée "Varta Maïdan", ces deux jeunes hommes de 25 ans assurent jouer un rôle de modérateur. L'appartement dans lequel ils vivent sert de dortoir aux contestataires. Situé en amont de la place de
l'Indépendance, le logement permet de surveiller les Berkout, la police anti-émeutes. "De cette fenêtre, nous voyons leurs mouvements. Et s'ils se préparent à attaquer, on prévient l'auto-défense de Maïdan", explique Vadim.

"Personne ne les force à venir"

Après une sortie discrète par l'arrière du bâtiment, les deux sentinelles se rendent sous un froid polaire – le thermomètre affiche - 20 degrés – sur les lieux de leur tour de garde. Près des barricades, des volontaires se réchauffent autour du feu. Parmi eux, des groupes d'extrême-droite qui, bien que minoritaires, se sont fait une place au sein de la contestation, et affichent fièrement leur volonté d'en découdre.

Mais la plupart sont des sympathisants venus seulement offrir un peu de leur temps à la cause. "Ici, il y a des gens simples, des habitants de Kiev qui viennent fournir de l'aide. Personne ne les appelle. Personne ne les force, ne les paye...", assure Vadim.

À deux pas du siège du gouvernement ukrainien, les barricades de la rue Grouchevski ont été le théâtre de scènes de guérilla urbaine après l'adoption, le 16 janvier, des lois anti-manifestation, abrogées depuis. Au moins deux militants ont perdu la vie dans les violents affrontements avec la police. "Nous, on évacuait les blessés et on les amenait aux médecins. Avec mon collègue, on a emmené un gars qui avait perdu trois doigts", témoigne Vadim.

En première ligne jour et nuit

Depuis, ces activistes restent en première ligne jour et nuit. "Nous partirons d'ici quand ce président [Viktor Ianoukovitch] ne sera plus au pouvoir. Nous devons vivre ici normalement comme partout en Europe, lance un manifestant, sous couvert d’anonymat. Quand on appelle une ambulance par exemple, il faut qu'elle vienne dès qu'on appelle, en une demi-heure maximum, et pas en trois heures. Nous voulons un pays normal."

Plus loin, la maison des syndicats sert de quartier général des contestataires de "Varta Maïdan". À sa tête, Ivan, un ancien du parti présidentiel. "J'étais garde du corps d'un député du parti des régions quand le mouvement a commencé. Et j'ai décidé de prendre le coté de Maïdan...", affirme-t-il.

Entièrement dévoué à sa tâche, Ivan n'est pas retourné chez lui depuis plus de deux mois. Aujourd’hui, une trentaine d’hommes sont sous ses ordres. "Nous sélectionnons les membres au terme d'un examen psychologique. Ils sont ici pour aider, pas pour aggraver les choses."

Casqués, armés de simples bâtons ou de barres de fer, ces contestataires ont pour mission de sillonner la place de l'Indépendance jour et nuit. Pour beaucoup, cette radicalisation est devenue une nécessité. "Les gens ont le droit de se protéger, de protéger leurs familles, leurs vies", estime Nadezhda, une jeune architecte de Kiev.

Les gardiens de la place de l'Indépendance, en état de siège permanent, vivent dans la seule crainte que le pouvoir n’instaure l'état d'urgence. Malgré des moyens en apparence dérisoires, les opposants à Viktor Ianoukovitch ont juré de rester mobilisés jusqu'à la chute du régime...

Par FRANCE 24 , Gulliver CRAGG , Jonathan WALSH , Abdallah MALKAWI

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 États-Unis

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

Ils sont des millions d'Américains à ne pas se sentir représentés par la nouvelle administration Trump et à redouter ses décisions à venir. Certains ont décidé de battre le pavé...

En savoir plus

19/01/2017 France

France : de nouvelles inititatives solidaires en faveur des sans-abris

Alors qu'une vague de froid s'est abattue sur la France, des commerçants parisiens se mobilisent pour venir en aide aux plus démunis. Plus de 300 d'entre eux ont ainsi collé un...

En savoir plus

18/01/2017 Centrafrique

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En Centrafrique, lors de la guerre civile qui a ravagé le pays il y a trois ans, près de 100 000 déplacés avaient trouvé refuge au camp de Mpoko, à l'aéroport de Bangui....

En savoir plus

17/01/2017 Économie chinoise

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

Pour la toute première fois, un président chinois participe au forum économique de Davos, en Suisse. Xi Jinping et les 80 hommes d'affaire qui l'accompagnent mettront en avant le...

En savoir plus

16/01/2017 Italie

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

C'est en Italie, dans la banlieue nord de Milan, qu'Anis Amri, l'auteur de l'attentat de Berlin, a été abattu le 23 décembre 2016. Depuis, l'Italie est pointée du doigt pour son...

En savoir plus