Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Sortir les femmes des oubliettes de l’Histoire

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Abu Azrael, "le Rambo d’Irak"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paolo Rumiz, l'appel du large

En savoir plus

FOCUS

Immigration aux États-Unis : Nashville accueille la première communauté kurde du pays

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sepp Blatter : "Envers et contre tous"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Climat : "Tout ce qui n'est pas durable pèsera un jour sur l'entreprise"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Baccarat, la haute couture du cristal

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boycott de la Fifa : "Toutes les options sont sur la table", prévient Platini

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 1)

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 05/02/2014

Proche-Orient : l'occupation de la Cisjordanie divise les Israéliens

© France 24

Alors que les pourparlers de paix au Proche-Orient semblent s’enliser, l’occupation de la Cisjordanie continue de diviser en Israël. Reportage à Hébron, plus grande ville palestinienne des Territoires où l’annexion israélienne suscite de vifs débats.

Tandis que le secrétaire d'État américain, John Kerry, s’emploie à faire progresser les pourparlers de paix au Proche-Orient, les Israéliens demeurent divisés sur l'occupation de la Cisjordanie, que la communauté internationale reconnaît comme faisant partie de la Palestine.

Le débat reste vif entre ceux qui, dans l’État hébreu, veulent que leur pays quitte la Cisjordanie et ceux qui souhaitent le contraire. Et c'est sans doute à Hébron, la plus grande ville palestinienne dans les Territoires, que les discussions sont les plus passionnées. Près de 180 000 Palestiniens y vivent, sous la surveillance de plusieurs centaines de soldats de Tsahal. Ces derniers sont chargés, entre autres, de protéger les quelque 850 colons juifs qui y sont installés

"Nous pensons que les juifs doivent rester ici, affirme David Wilder, porte-parole de la communauté juive d’Hébron. Et nous pensons que toute la Judée et Samarie, et surtout un endroit comme Hébron, doit être annexée par Israël."

"C'était complètement fou"

À l’opposé, Yehuda Shaul, co-fondateur de l’organisation israélienne Breaking the Silence (Briser le silence), milite contre l'occupation de la Cisjordanie. Régulièrement, il accompagne des groupes dans les rues d'Hébron afin d’y dénoncer le comportement de l’armée israélienne, au sein de laquelle il a effectué son service militaire.

L’activiste raconte comment, dans certains quartiers de la ville, il a reçu l'ordre d'utiliser son lance-grenades lourd en direction d'habitations palestiniennes. "C'était complètement fou. Je pointais mon arme vers la cible, appuyais sur la gâchette et la relâchais le plus vite possible en priant pour que seul une petite quantité de grenades ait été tirée. Si vous appuyez sur la gâchette pendant une minute, 88 grenades seront tirées. C'est un lanceur très puissant", relate-t-il à son auditoire.

"Il y a toujours eu des voyous"

Les soldats, les colons, tous ceux qui sont dans les parages connaissent bien Yehuda Shaul et n'hésitent pas à se regrouper autour de lui pour le contredire. "D'après ce que je sais, aucun soldat israélien n'a jamais tiré à l'aveugle sur des Arabes avec l'intention de les tuer", lui objecte Levy Herzl, un touriste américain de passage à Hébron. "Le peuple juif pense comme moi. Malheureusement, ce sont nos adversaires qui ont le pouvoir en ce moment, et la presse est avec eux. Il y a toujours eu des voyous, Yehuda Shaul n'est pas le premier à faire ça", s’emporte un colon israélien d’Hébron.

Pour Esti, une Israélienne travaillant dans une ONG basée à Jérusalem, les récits de Yehuda Shaul renforcent au contraire son hostilité à l’égard de la colonisation : "Je trouve que cette idée d'un peuple qui vient ici pour imposer sa présence à un autre peuple, juste parce qu'il pense qu'il a des racines ici, et qui rend la vie des autres difficile, je ne comprends pas ça, je ne l'accepte pas".

Yehuda Shaul termine la visite en exposant les périls qui, selon lui, guettent l'État hébreu s'il ne change pas sa politique en Cisjordanie. "Nous devons prendre une décision, dit-il. Soit nous vivons avec Israël, en Israël propre, avec légitimité et sans l'occupation. Ou nous continuons cette occupation qui mènera à la perte complète d'Israël."

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

29/05/2015 États-Unis

Immigration aux États-Unis : Nashville accueille la première communauté kurde du pays

L'immigration fait partie de l'ADN des États-Unis : chaque Américain ou presque est descendant d'immigrés. Pourtant, aujourd'hui, 11 millions de personnes sans-papiers aux...

En savoir plus

28/05/2015 Soudan

Darfour, le conflit oublié

Ces dernières années, le Darfour a pratiquement disparu des couvertures médiatiques internationales. Pourtant, douze ans après le début du conflit, il y a toujours des combats et...

En savoir plus

27/05/2015 Thaïlande

Migrants en Asie du Sud-Est : la traque des trafiquants en Thaïlande

Face au drame des migrants en Asie du Sud-Est, et notamment des Rohingyas - minorité musulmane apatride -, qui fuient la Birmanie, la Thaïlande est pointée du doigt pour son...

En savoir plus

26/05/2015 Népal

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

Un mois après le séisme au Népal, ce lundi était une journée de recueillement dans le pays. Le tremblement de terre du 25 avril, suivi d'une autre forte secousse le 12 mai, a...

En savoir plus

25/05/2015 guerre

Le Liban, une année sans chef d'État

Depuis le 25 mai 2014, date de la fin du mandat de Michel Sleimane, les Libanais sont sans président. Deux poids lourds de la scène politique libanaise sont en lice, mais les...

En savoir plus