Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 05/02/2014

Proche-Orient : l'occupation de la Cisjordanie divise les Israéliens

© France 24

Alors que les pourparlers de paix au Proche-Orient semblent s’enliser, l’occupation de la Cisjordanie continue de diviser en Israël. Reportage à Hébron, plus grande ville palestinienne des Territoires où l’annexion israélienne suscite de vifs débats.

Tandis que le secrétaire d'État américain, John Kerry, s’emploie à faire progresser les pourparlers de paix au Proche-Orient, les Israéliens demeurent divisés sur l'occupation de la Cisjordanie, que la communauté internationale reconnaît comme faisant partie de la Palestine.

Le débat reste vif entre ceux qui, dans l’État hébreu, veulent que leur pays quitte la Cisjordanie et ceux qui souhaitent le contraire. Et c'est sans doute à Hébron, la plus grande ville palestinienne dans les Territoires, que les discussions sont les plus passionnées. Près de 180 000 Palestiniens y vivent, sous la surveillance de plusieurs centaines de soldats de Tsahal. Ces derniers sont chargés, entre autres, de protéger les quelque 850 colons juifs qui y sont installés

"Nous pensons que les juifs doivent rester ici, affirme David Wilder, porte-parole de la communauté juive d’Hébron. Et nous pensons que toute la Judée et Samarie, et surtout un endroit comme Hébron, doit être annexée par Israël."

"C'était complètement fou"

À l’opposé, Yehuda Shaul, co-fondateur de l’organisation israélienne Breaking the Silence (Briser le silence), milite contre l'occupation de la Cisjordanie. Régulièrement, il accompagne des groupes dans les rues d'Hébron afin d’y dénoncer le comportement de l’armée israélienne, au sein de laquelle il a effectué son service militaire.

L’activiste raconte comment, dans certains quartiers de la ville, il a reçu l'ordre d'utiliser son lance-grenades lourd en direction d'habitations palestiniennes. "C'était complètement fou. Je pointais mon arme vers la cible, appuyais sur la gâchette et la relâchais le plus vite possible en priant pour que seul une petite quantité de grenades ait été tirée. Si vous appuyez sur la gâchette pendant une minute, 88 grenades seront tirées. C'est un lanceur très puissant", relate-t-il à son auditoire.

"Il y a toujours eu des voyous"

Les soldats, les colons, tous ceux qui sont dans les parages connaissent bien Yehuda Shaul et n'hésitent pas à se regrouper autour de lui pour le contredire. "D'après ce que je sais, aucun soldat israélien n'a jamais tiré à l'aveugle sur des Arabes avec l'intention de les tuer", lui objecte Levy Herzl, un touriste américain de passage à Hébron. "Le peuple juif pense comme moi. Malheureusement, ce sont nos adversaires qui ont le pouvoir en ce moment, et la presse est avec eux. Il y a toujours eu des voyous, Yehuda Shaul n'est pas le premier à faire ça", s’emporte un colon israélien d’Hébron.

Pour Esti, une Israélienne travaillant dans une ONG basée à Jérusalem, les récits de Yehuda Shaul renforcent au contraire son hostilité à l’égard de la colonisation : "Je trouve que cette idée d'un peuple qui vient ici pour imposer sa présence à un autre peuple, juste parce qu'il pense qu'il a des racines ici, et qui rend la vie des autres difficile, je ne comprends pas ça, je ne l'accepte pas".

Yehuda Shaul termine la visite en exposant les périls qui, selon lui, guettent l'État hébreu s'il ne change pas sa politique en Cisjordanie. "Nous devons prendre une décision, dit-il. Soit nous vivons avec Israël, en Israël propre, avec légitimité et sans l'occupation. Ou nous continuons cette occupation qui mènera à la perte complète d'Israël."

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/06/2018 Julien SAUVAGET

France : le fléau des déchetteries sauvages

Notre reporter Julien Sauvaget a enquêté sur une incivilité qui défigure les campagnes françaises : le dépôt de déchets dans la nature. Alors qu’il existe des déchetteries sur...

En savoir plus

20/06/2018 Constantin SIMON

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, nous nous intéressons à la politique migratoire du Japon, l'un des pays les plus fermés au monde en la matière. En 2017, les...

En savoir plus

19/06/2018 Antoine VÉDEILHÉ

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

Les jeunes Chinois urbains n'ont jamais connu un tel niveau de vie. Ils ont un meilleur accès à l'éducation, aux services de santé et ont une meilleure qualité de vie en général....

En savoir plus

18/06/2018 Gulliver CRAGG

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

Fin avril en Arménie, une vague de manifestations a poussé vers la sortie le gouvernement de Serge Sarkissian. Au cœur de la contestation, la corruption. Nos reporters se sont...

En savoir plus

15/06/2018 Marguerite SILVE

Le sud du Liban dans la hantise permanente d’une nouvelle guerre

Direction le sud du Liban, aux portes d'Israël et de la Syrie. Alors que ces derniers mois ont été marqué par une escalade militaire à la frontière israélo-syrienne, la région...

En savoir plus