Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 05/02/2014

Proche-Orient : l'occupation de la Cisjordanie divise les Israéliens

© France 24

Alors que les pourparlers de paix au Proche-Orient semblent s’enliser, l’occupation de la Cisjordanie continue de diviser en Israël. Reportage à Hébron, plus grande ville palestinienne des Territoires où l’annexion israélienne suscite de vifs débats.

Tandis que le secrétaire d'État américain, John Kerry, s’emploie à faire progresser les pourparlers de paix au Proche-Orient, les Israéliens demeurent divisés sur l'occupation de la Cisjordanie, que la communauté internationale reconnaît comme faisant partie de la Palestine.

Le débat reste vif entre ceux qui, dans l’État hébreu, veulent que leur pays quitte la Cisjordanie et ceux qui souhaitent le contraire. Et c'est sans doute à Hébron, la plus grande ville palestinienne dans les Territoires, que les discussions sont les plus passionnées. Près de 180 000 Palestiniens y vivent, sous la surveillance de plusieurs centaines de soldats de Tsahal. Ces derniers sont chargés, entre autres, de protéger les quelque 850 colons juifs qui y sont installés

"Nous pensons que les juifs doivent rester ici, affirme David Wilder, porte-parole de la communauté juive d’Hébron. Et nous pensons que toute la Judée et Samarie, et surtout un endroit comme Hébron, doit être annexée par Israël."

"C'était complètement fou"

À l’opposé, Yehuda Shaul, co-fondateur de l’organisation israélienne Breaking the Silence (Briser le silence), milite contre l'occupation de la Cisjordanie. Régulièrement, il accompagne des groupes dans les rues d'Hébron afin d’y dénoncer le comportement de l’armée israélienne, au sein de laquelle il a effectué son service militaire.

L’activiste raconte comment, dans certains quartiers de la ville, il a reçu l'ordre d'utiliser son lance-grenades lourd en direction d'habitations palestiniennes. "C'était complètement fou. Je pointais mon arme vers la cible, appuyais sur la gâchette et la relâchais le plus vite possible en priant pour que seul une petite quantité de grenades ait été tirée. Si vous appuyez sur la gâchette pendant une minute, 88 grenades seront tirées. C'est un lanceur très puissant", relate-t-il à son auditoire.

"Il y a toujours eu des voyous"

Les soldats, les colons, tous ceux qui sont dans les parages connaissent bien Yehuda Shaul et n'hésitent pas à se regrouper autour de lui pour le contredire. "D'après ce que je sais, aucun soldat israélien n'a jamais tiré à l'aveugle sur des Arabes avec l'intention de les tuer", lui objecte Levy Herzl, un touriste américain de passage à Hébron. "Le peuple juif pense comme moi. Malheureusement, ce sont nos adversaires qui ont le pouvoir en ce moment, et la presse est avec eux. Il y a toujours eu des voyous, Yehuda Shaul n'est pas le premier à faire ça", s’emporte un colon israélien d’Hébron.

Pour Esti, une Israélienne travaillant dans une ONG basée à Jérusalem, les récits de Yehuda Shaul renforcent au contraire son hostilité à l’égard de la colonisation : "Je trouve que cette idée d'un peuple qui vient ici pour imposer sa présence à un autre peuple, juste parce qu'il pense qu'il a des racines ici, et qui rend la vie des autres difficile, je ne comprends pas ça, je ne l'accepte pas".

Yehuda Shaul termine la visite en exposant les périls qui, selon lui, guettent l'État hébreu s'il ne change pas sa politique en Cisjordanie. "Nous devons prendre une décision, dit-il. Soit nous vivons avec Israël, en Israël propre, avec légitimité et sans l'occupation. Ou nous continuons cette occupation qui mènera à la perte complète d'Israël."

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/09/2014 Indépendance

Référendum en Écosse : le poids des indécis

À la veille du référendum sur l'indépendance de l’Écosse, le "oui" et le "non" sont toujours au coude-à-coude dans les sondages et un électeur sur dix se déclare encore indécis....

En savoir plus

16/09/2014 Immigration clandestine

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

Alors que l'on a appris lundi que plus de 500 personnes sont portées disparues dans un naufrage au large de Malte, notre reporter vous emmène sur la trace de ces milliers de...

En savoir plus

15/09/2014 Organisation de l'État islamique

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

À Arsal, ville libanaise à deux pas de la frontière syrienne, la situation est devenue intenable. Dans cette cité de 35 000 habitants, les autorités doivent gérer l'afflux de...

En savoir plus

12/09/2014 Afrique du Sud

Un siècle après, que reste-t-il de la présence allemande en Namibie ?

Le centenaire de la Grande Guerre est célébré dans de nombreux pays. En Afrique aussi, cette période a entraîné de profonds bouleversements. Comme en Namibie, qui est passée des...

En savoir plus

11/09/2014 Immigration clandestine

France : l’immigration clandestine met Calais sous pression

À Calais, dans le nord de la France, le nombre de sans-papiers a explosé ces derniers mois. Ces migrants n'ont qu'un but : traverser La Manche pour rejoindre l’Angleterre.

En savoir plus