Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Emmanuel Macron passe le relais à Michel Sapin

En savoir plus

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Des polémiques françaises : Valls chante Marianne aux seins nus, Macron quitte Bercy

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 05/04/2014

Afghanistan : une présidentielle charnière sous la menace des Taliban

Des millions d'Afghans sont appelés à élire samedi celui qui succèdera au président Hamid Karzaï. Un scrutin présidentiel qui pourrait être perturbé par des attentats islamistes et entaché de soupçons de fraudes. Reportage

Le 5 avril, des millions d’Afghans sont appelés à choisir leur nouveau président lors d'élections qui s'annoncent chaotiques. Pour la première fois de son histoire, le pays va connaître une transition politique démocratique. En effet, selon la constitution, le président sortant Hamid Karzaï, au pouvoir depuis la chute des Taliban en 2001, ne peut briguer un troisième mandat.

Les derniers sondages donnent l'ancien ministre de l’Économie Ashraf Ghani en tête (27 %) devant le docteur Abdullah Abdullah (25 %). Et puisque aucun grand parti politique n'a émergé dans le pays, des alliances, parfois contre-nature, sont nouées dans un contexte de corruption, de clientélisme et de violences. Selon Transparency International, l'Afghanistan reste le pays le plus corrompu de la planète avec la Somalie et la Corée du Nord.

Dans la capitale Kaboul, où chaque rassemblement électoral peut-être la cible d'une attaque terroriste, un millier de soldats et de policiers sont sur le pied de guerre. Dans certaines provinces, c’est à des seigneurs de guerre que revient la charge d'assurer la sécurité dans l'organisation de l'élection.

Mais parfois ça ne suffit pas. Quelques jours après le tournage des reporters de FRANCE 24, les Taliban, qui ont juré d'empêcher le déroulement du vote, ont attaqué le siège de la Commission électorale à Kaboul.

"Sur 6 000 bureaux, les agences de sécurité ont identifié 414 bureaux de vote qui sont situés dans des zones trop dangereuses et qui resteront fermés à cause des menaces des insurgés", avait confié Noor Mohamad Noor, porte-parole de la Commission électorale. En raison des menaces pesant sur le scrutin, les Nations unies ont limité au strict minimum l'envoi d'observateurs sur place.

Outre les aléas sécuritaires posés par le défi d'organiser des élections dans un pays en guerre, le risque accru de fraudes est l’autre menace. Aux dernières élections de 2009, les Nations unies avaient jugé qu'un tiers des votes étaient frauduleux. Quatre ans plus tard, les leçons du passé ne semblent guère avoir été tirées. Ainsi, il n'existe toujours pas de registre d’électeurs. N'importe qui peut s'inscrire n'importe où : 19 millions de cartes de vote seraient en circulation pour seulement 13 millions de votants. Dans la capitale, il faut attendre plusieurs jours devant la porte des bureaux pour obtenir le sésame.

"Malheureusement, nous n'avons pas de système informatique pour identifier les électeurs et c'est comme ça à travers tout le pays, donc on ne peut pas savoir si quelqu'un est déjà enregistré ailleurs", explique Abdulaziz Kamawal, responsable d’un bureau de vote.

Sultanzoy, candidat à la présidence afghane, craint tous types de fraudes. "Aussi bien des fraudes par des responsables des élections dans les quartiers généraux que dans les bureaux de vote sur le terrain, mais aussi par les fonctionnaires, les chefs de la police, les gouverneurs, les parlementaires. Ils sont tous impliqués dans les fraudes en ce moment. Absolument tous”, dénonce-t-il. Sultanzoy a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Un thème qui fait fuir tous les potentiels soutiens politique. Pour cette raison, il n'a pratiquement aucune chance d'être élu.

 

Par Sylvain LEPETIT , Nicolas ROPERT

COMMENTAIRE(S)

Les archives

30/08/2016 États-Unis

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

Avec plus de deux millions de détenus derrière les barreaux, le système pénitentiaire américain est l’un de ceux qui enferme le plus de personnes au monde. Barack Obama, premier...

En savoir plus

29/08/2016 Israël

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

Chaque année, des millions de touristes se rendent en Israël et en Cisjordanie pour découvrir les trésors historiques et religieux du Proche-Orient, berceau de la chrétienté, de...

En savoir plus

26/08/2016 Gabon

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

L'élection présidentielle se tiendra samedi 27 août au Gabon. Parmi les 11 candidats en lice, le Président sortant Ali Bongo et le poids lourd de l'opposition Jean Ping devront...

En savoir plus

25/08/2016 Allemagne

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En Allemagne, les électeurs seront appelés aux urnes dans une semaine pour un scrutin régional. Dans la région de Mecklembourg Poméranie Occidentale, dans le nord du pays, le...

En savoir plus

24/08/2016 Football

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En Côte d’Ivoire, un ancien footballeur professionnel a décidé d’offrir une chance aux jeunes pousses des quartiers populaires d’Abidjan. Dix-neuf joueurs ont été sélectionnés...

En savoir plus