Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : 3 "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan banlieue en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mai 68 revisité à travers ses affiches

En savoir plus

FOCUS

France : les nouveaux partis politiques sur les bancs de l'école

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Entre les États-Unis et l'Iran, "le fossé"

En savoir plus

L’invité du jour

Roland Lehoucq : "On peut pratiquer les sciences en analysant Star Wars"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

France : nouvelle journée de grève des fonctionnaires

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Italie, année zéro ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : "oui" à 73% pour la réforme voulue par Nkurunziza

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 05/04/2014

Afghanistan : une présidentielle charnière sous la menace des Taliban

Des millions d'Afghans sont appelés à élire samedi celui qui succèdera au président Hamid Karzaï. Un scrutin présidentiel qui pourrait être perturbé par des attentats islamistes et entaché de soupçons de fraudes. Reportage

Le 5 avril, des millions d’Afghans sont appelés à choisir leur nouveau président lors d'élections qui s'annoncent chaotiques. Pour la première fois de son histoire, le pays va connaître une transition politique démocratique. En effet, selon la constitution, le président sortant Hamid Karzaï, au pouvoir depuis la chute des Taliban en 2001, ne peut briguer un troisième mandat.

Les derniers sondages donnent l'ancien ministre de l’Économie Ashraf Ghani en tête (27 %) devant le docteur Abdullah Abdullah (25 %). Et puisque aucun grand parti politique n'a émergé dans le pays, des alliances, parfois contre-nature, sont nouées dans un contexte de corruption, de clientélisme et de violences. Selon Transparency International, l'Afghanistan reste le pays le plus corrompu de la planète avec la Somalie et la Corée du Nord.

Dans la capitale Kaboul, où chaque rassemblement électoral peut-être la cible d'une attaque terroriste, un millier de soldats et de policiers sont sur le pied de guerre. Dans certaines provinces, c’est à des seigneurs de guerre que revient la charge d'assurer la sécurité dans l'organisation de l'élection.

Mais parfois ça ne suffit pas. Quelques jours après le tournage des reporters de FRANCE 24, les Taliban, qui ont juré d'empêcher le déroulement du vote, ont attaqué le siège de la Commission électorale à Kaboul.

"Sur 6 000 bureaux, les agences de sécurité ont identifié 414 bureaux de vote qui sont situés dans des zones trop dangereuses et qui resteront fermés à cause des menaces des insurgés", avait confié Noor Mohamad Noor, porte-parole de la Commission électorale. En raison des menaces pesant sur le scrutin, les Nations unies ont limité au strict minimum l'envoi d'observateurs sur place.

Outre les aléas sécuritaires posés par le défi d'organiser des élections dans un pays en guerre, le risque accru de fraudes est l’autre menace. Aux dernières élections de 2009, les Nations unies avaient jugé qu'un tiers des votes étaient frauduleux. Quatre ans plus tard, les leçons du passé ne semblent guère avoir été tirées. Ainsi, il n'existe toujours pas de registre d’électeurs. N'importe qui peut s'inscrire n'importe où : 19 millions de cartes de vote seraient en circulation pour seulement 13 millions de votants. Dans la capitale, il faut attendre plusieurs jours devant la porte des bureaux pour obtenir le sésame.

"Malheureusement, nous n'avons pas de système informatique pour identifier les électeurs et c'est comme ça à travers tout le pays, donc on ne peut pas savoir si quelqu'un est déjà enregistré ailleurs", explique Abdulaziz Kamawal, responsable d’un bureau de vote.

Sultanzoy, candidat à la présidence afghane, craint tous types de fraudes. "Aussi bien des fraudes par des responsables des élections dans les quartiers généraux que dans les bureaux de vote sur le terrain, mais aussi par les fonctionnaires, les chefs de la police, les gouverneurs, les parlementaires. Ils sont tous impliqués dans les fraudes en ce moment. Absolument tous”, dénonce-t-il. Sultanzoy a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Un thème qui fait fuir tous les potentiels soutiens politique. Pour cette raison, il n'a pratiquement aucune chance d'être élu.

 

Par Sylvain LEPETIT , Nicolas ROPERT

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/05/2018 France

France : les nouveaux partis politiques sur les bancs de l'école

Formations en management politique pour la République en Marche, cours magistraux sur le système médiatique pour la France Insoumise : depuis quelques mois, les partis politiques...

En savoir plus

21/05/2018 Daniel Ortega

Nicaragua : face au président Ortega, la colère des étudiants

Depuis un mois, le Nicaragua est traversé par une série de manifestations inédites. De 30 au début, les opposants sont désormais des dizaines de milliers à réclamer, aux quatre...

En savoir plus

18/05/2018 Finlande

Finlande : dans les prisons ouvertes, surveiller (un peu) et réinsérer (beaucoup)

À l'inverse de plusieurs pays où la prison est plutôt synonyme de récidive que de réinsertion, la Finlande conduit depuis des années une expérience assez concluante en termes de...

En savoir plus

17/05/2018 FRANCE

Actes homophobes : la situation empire en France

Le 17 mai marque la journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie. En France, cinq ans après l'adoption de la loi sur le mariage pour tous, les...

En savoir plus

16/05/2018 France

France : les zones d'ombres du travail des jeunes filles au pair

Une terrible affaire a récemment braqué les projecteurs sur le statut des jeunes-filles au pair : celle impliquant un couple accusé d'avoir tué Sophie Lionnet, la Française de 21...

En savoir plus