Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grèce : un allègement de la dette se profile à l'Eurogroupe

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 24/04/2014

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

© FRANCE 24

Un an après l’effondrement au Bangladesh du Rana Plaza, qui a causé la mort de plus de 1 100 ouvriers, les progrès en matière de sécurité peinent à se mettre en place dans la filière textile. Les familles des victimes déplorent, elles, des retards dans l'acheminement de l'aide financière.

Les ateliers de la misère perdurent au Bangladesh, un an après l’effondrement du Rana Plaza, un immeuble de huit étages, situé dans la banlieue de Dacca, abritant des ateliers du textile. À la suite de ce drame, qui a causé la mort de plus de 1 100 ouvriers, des efforts ont été faits en matière de sécurité – 16 usines ont été fermées et l'association des fabricants et exportateurs de textile du Bangladesh (BGMEA) a ordonné la fermeture de 23 ateliers. Pourtant, le gouvernement bangladais peine à imposer des règles strictes dans ce secteur clé, qui représente 80 % des exportations du pays.

Ainsi, juste en face des ruines du Rana Plaza, un immeuble semblable continue, lui, de fabriquer des tonnes de vêtements destinés aux marchés occidentaux dans les mêmes conditions qu'avant la catastrophe, au mépris des normes de sécurité. Dans un autre atelier, employant 400 personnes, les règles telles que le port du masque, protégeant contre les infections créées par la poussière, sont peu appliquées.

En avril 2013, la catastrophe du Rana Plaza avait révélé la face sombre de la mondialisation : des ouvriers payés une misère, qui fabriquent les vêtements vendus ensuite par les grandes marques occidentales de prêt-à-porter. Éclaboussées par le scandale, les grandes enseignes s’étaient engagées à respecter des normes de sécurité dans leurs usines.

Des contributions "insuffisantes"

Par ailleurs, selon les syndicats, les distributeurs ont contribué de manière insuffisante au fonds d’aides, créé au lendemain de l’accident. Seulement 15 millions de dollars ont en effet été récoltés, sur les 40 millions promis. Les premiers paiements de 640 dollars à chaque victime ou proche n’ont, quant à eux, été versés que cette semaine.

"J'ai récupéré le corps de ma fille, mais on attend toujours l'argent que le gouvernement nous a promis, indique la mère d’une victime, au micro de FRANCE 24. Si je l'avais, je pourrais m'occuper de mes autres enfants à la maison."

Près d'une trentaine de chaînes de distribution occidentales, dont Benetton, Auchan, Mango ou Carrefour, sont soupçonnées d'avoir sous-traité leur production à un moment ou à un autre au Rana Plaza. "Ces marques abandonnent les ouvriers une deuxième fois", a déclaré Ineke Zeldenrust, de l'organisation Clean Clothes Campaign, dans un communiqué.

Par FRANCE 24

Les archives

21/06/2018 Julien SAUVAGET

France : le fléau des déchetteries sauvages

Notre reporter Julien Sauvaget a enquêté sur une incivilité qui défigure les campagnes françaises : le dépôt de déchets dans la nature. Alors qu’il existe des déchetteries sur...

En savoir plus

20/06/2018 Constantin SIMON

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, nous nous intéressons à la politique migratoire du Japon, l'un des pays les plus fermés au monde en la matière. En 2017, les...

En savoir plus

19/06/2018 Antoine VÉDEILHÉ

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

Les jeunes Chinois urbains n'ont jamais connu un tel niveau de vie. Ils ont un meilleur accès à l'éducation, aux services de santé et ont une meilleure qualité de vie en général....

En savoir plus

18/06/2018 Gulliver CRAGG

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

Fin avril en Arménie, une vague de manifestations a poussé vers la sortie le gouvernement de Serge Sarkissian. Au cœur de la contestation, la corruption. Nos reporters se sont...

En savoir plus

15/06/2018 Marguerite SILVE

Le sud du Liban dans la hantise permanente d’une nouvelle guerre

Direction le sud du Liban, aux portes d'Israël et de la Syrie. Alors que ces derniers mois ont été marqué par une escalade militaire à la frontière israélo-syrienne, la région...

En savoir plus