Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Egypte : 235 morts dans l'attaque d'une mosquée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'interview de Mohammed Ben Salmane au New York Times crée la polémique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat dans le Sinaï en Egypte : au moins 235 morts dans l'attaque

En savoir plus

TECH 24

Energy Observer, le premier catamaran propulsé à l'hydrogène

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ibrahim Maalouf : "Je me sens proche du côté nomade de Dalida"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : en Syrie, avec les combattants occidentaux qui ont rejoint les YPG

En savoir plus

FOCUS

Violences sexuelles : les femmes décidées à ne plus se taire

En savoir plus

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 24/04/2014

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

© FRANCE 24

Un an après l’effondrement au Bangladesh du Rana Plaza, qui a causé la mort de plus de 1 100 ouvriers, les progrès en matière de sécurité peinent à se mettre en place dans la filière textile. Les familles des victimes déplorent, elles, des retards dans l'acheminement de l'aide financière.

Les ateliers de la misère perdurent au Bangladesh, un an après l’effondrement du Rana Plaza, un immeuble de huit étages, situé dans la banlieue de Dacca, abritant des ateliers du textile. À la suite de ce drame, qui a causé la mort de plus de 1 100 ouvriers, des efforts ont été faits en matière de sécurité – 16 usines ont été fermées et l'association des fabricants et exportateurs de textile du Bangladesh (BGMEA) a ordonné la fermeture de 23 ateliers. Pourtant, le gouvernement bangladais peine à imposer des règles strictes dans ce secteur clé, qui représente 80 % des exportations du pays.

Ainsi, juste en face des ruines du Rana Plaza, un immeuble semblable continue, lui, de fabriquer des tonnes de vêtements destinés aux marchés occidentaux dans les mêmes conditions qu'avant la catastrophe, au mépris des normes de sécurité. Dans un autre atelier, employant 400 personnes, les règles telles que le port du masque, protégeant contre les infections créées par la poussière, sont peu appliquées.

En avril 2013, la catastrophe du Rana Plaza avait révélé la face sombre de la mondialisation : des ouvriers payés une misère, qui fabriquent les vêtements vendus ensuite par les grandes marques occidentales de prêt-à-porter. Éclaboussées par le scandale, les grandes enseignes s’étaient engagées à respecter des normes de sécurité dans leurs usines.

Des contributions "insuffisantes"

Par ailleurs, selon les syndicats, les distributeurs ont contribué de manière insuffisante au fonds d’aides, créé au lendemain de l’accident. Seulement 15 millions de dollars ont en effet été récoltés, sur les 40 millions promis. Les premiers paiements de 640 dollars à chaque victime ou proche n’ont, quant à eux, été versés que cette semaine.

"J'ai récupéré le corps de ma fille, mais on attend toujours l'argent que le gouvernement nous a promis, indique la mère d’une victime, au micro de FRANCE 24. Si je l'avais, je pourrais m'occuper de mes autres enfants à la maison."

Près d'une trentaine de chaînes de distribution occidentales, dont Benetton, Auchan, Mango ou Carrefour, sont soupçonnées d'avoir sous-traité leur production à un moment ou à un autre au Rana Plaza. "Ces marques abandonnent les ouvriers une deuxième fois", a déclaré Ineke Zeldenrust, de l'organisation Clean Clothes Campaign, dans un communiqué.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/11/2017 FRANCE

Violences sexuelles : les femmes décidées à ne plus se taire

En France, une femme sur deux dit avoir été victime de harcèlement ou d'agression sexuelle. Si en parler reste difficile, les langues se délient depuis l'affaire Weinstein et les...

En savoir plus

24/11/2017 Moyen-Orient

Vidéo : en Syrie, avec les combattants occidentaux qui ont rejoint les YPG

En Syrie, des centaines de jeunes occidentaux ont rejoint les YPG, les brigades de protection du peuple. Une force Kurde, d'inspiration marxiste qui combat l'organisation État...

En savoir plus

23/11/2017 Pakistan

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

Malgré les attentats terroristes à répétition qui ont frappé le Pakistan ces dernières années, le pays redevient peu à peu une destination touristique prisée des voyageurs. La...

En savoir plus

22/11/2017 Tunisie

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

Début octobre, une embarcation chargée de migrants a fait naufrage au large de l'île de Kerkennah, non loin de Sfax, en Tunisie. Au moins 45 personnes ont perdu la vie. Une...

En savoir plus

21/11/2017 Donald Trump

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

Aux États-Unis, en juillet dernier, Donald Trump a annoncé dans un tweet qu'il voulait interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée. Le président américain remet...

En savoir plus