Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Soudan du Sud : la famine, arme de guerre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : et la Palme d'or est attribuée à...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Merkel-Trump, je t'aime moi non plus"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France - Russie : des relations économiques pas si frileuses

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, président à poigne"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lutte contre le terrorisme en Europe : et maintenant ?...

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Du violon pour faire face à la police au Venezuela et le coup de gueule d'un apiculteur français

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des coptes en Égypte

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 24/04/2014

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

© FRANCE 24

Un an après l’effondrement au Bangladesh du Rana Plaza, qui a causé la mort de plus de 1 100 ouvriers, les progrès en matière de sécurité peinent à se mettre en place dans la filière textile. Les familles des victimes déplorent, elles, des retards dans l'acheminement de l'aide financière.

Les ateliers de la misère perdurent au Bangladesh, un an après l’effondrement du Rana Plaza, un immeuble de huit étages, situé dans la banlieue de Dacca, abritant des ateliers du textile. À la suite de ce drame, qui a causé la mort de plus de 1 100 ouvriers, des efforts ont été faits en matière de sécurité – 16 usines ont été fermées et l'association des fabricants et exportateurs de textile du Bangladesh (BGMEA) a ordonné la fermeture de 23 ateliers. Pourtant, le gouvernement bangladais peine à imposer des règles strictes dans ce secteur clé, qui représente 80 % des exportations du pays.

Ainsi, juste en face des ruines du Rana Plaza, un immeuble semblable continue, lui, de fabriquer des tonnes de vêtements destinés aux marchés occidentaux dans les mêmes conditions qu'avant la catastrophe, au mépris des normes de sécurité. Dans un autre atelier, employant 400 personnes, les règles telles que le port du masque, protégeant contre les infections créées par la poussière, sont peu appliquées.

En avril 2013, la catastrophe du Rana Plaza avait révélé la face sombre de la mondialisation : des ouvriers payés une misère, qui fabriquent les vêtements vendus ensuite par les grandes marques occidentales de prêt-à-porter. Éclaboussées par le scandale, les grandes enseignes s’étaient engagées à respecter des normes de sécurité dans leurs usines.

Des contributions "insuffisantes"

Par ailleurs, selon les syndicats, les distributeurs ont contribué de manière insuffisante au fonds d’aides, créé au lendemain de l’accident. Seulement 15 millions de dollars ont en effet été récoltés, sur les 40 millions promis. Les premiers paiements de 640 dollars à chaque victime ou proche n’ont, quant à eux, été versés que cette semaine.

"J'ai récupéré le corps de ma fille, mais on attend toujours l'argent que le gouvernement nous a promis, indique la mère d’une victime, au micro de FRANCE 24. Si je l'avais, je pourrais m'occuper de mes autres enfants à la maison."

Près d'une trentaine de chaînes de distribution occidentales, dont Benetton, Auchan, Mango ou Carrefour, sont soupçonnées d'avoir sous-traité leur production à un moment ou à un autre au Rana Plaza. "Ces marques abandonnent les ouvriers une deuxième fois", a déclaré Ineke Zeldenrust, de l'organisation Clean Clothes Campaign, dans un communiqué.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

29/05/2017 Afrique

Soudan du Sud : la famine, arme de guerre

Depuis quatre ans, le Soudan su Sud, plus jeune État du monde est ravagé par la guerre civile. Deux clans s’affrontent et les milices volent ou saccagent les récoltes. Reportage...

En savoir plus

26/05/2017 Afrique

Afrique de l'Ouest : un navire pour lutter contre le pillage de la pêche

Une équipe de Greenpeace et des gardes-côtes de quatre pays (Guinée-Bissau, Sénégal, Sierra Leone et Guinée) patrouillent sur l'Esperanza. Leur mission : enquêter sur la pêche...

En savoir plus

25/05/2017 Moyen-Orient

Irak : Kirkouk, laboratoire du vivre ensemble

En Irak, alors que l’organisation État islamique perd peu à peu du terrain, la question de l’après se pose déjà. Comment dépasser les haines inter-communautaires et vivre à...

En savoir plus

24/05/2017 Espagne

En Espagne, le parc paradisiaque de Doñana meurt de soif

Au sud de l’Espagne, en Andalousie, la réserve naturelle de Donana est inscrite au patrimoine de l'Humanité par l'Unesco. Ce parc est un paradis pour les animaux : c'est le...

En savoir plus

23/05/2017 Pakistan

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes en danger

Au Pakistan, le gouvernement du Penjab vient d'annoncer la construction d'une trentaine de centres destinés à la protection des femmes victimes de violences. Du jamais vu dans un...

En savoir plus