Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 30/04/2014

Élections en Irak : la rancœur entre chiites et sunnites au cœur de la campagne

© FRANCE 24

FRANCE 24 a rencontré quelques-uns des 9 000 candidats en lice pour les législatives irakiennes du 30 avril. À travers leurs discours, les clivages et les rancœurs entre chiites et sunnites restent très présents.

L'Irak s'apprête à renouveler, mercredi 30 avril, les 328 sièges de son Parlement dans un climat de violences intercommunautaires sans précédent depuis 2008. Sans surprise, l'enjeu de ces législatives, les premières sans la présence des troupes américaines, est le poste de Premier ministre. Accusé d'être sectaire et tyrannique à l'égard de la communauté sunnite, répressif à l'encontre de ses rivaux chiites, le chiite Nouri al-Maliki, au pouvoir depuis huit ans, est le grand favori du scrutin

L'actuel chef de gouvernement a principalement axé sa campagne sur la sécurité, le thème qui préoccupe ses partisans. Des chiites très sensibles au "Tous ensemble contre le terrorisme" sur lequel surfe Nouri al-Maliki pour se maintenir au pouvoir. Plusieurs attentats ont visé des bureaux de vote, lundi 28 avril, jour de l'ouverture du scrutin pour les forces de sécurité. Ces violences ont fait 79 morts ces dernières 24 heures.
 
FRANCE 24 a rencontré quelques-uns des 9 000 candidats en lice pour ce scrutin. À travers leur discours transparaissent les clivages et les rancœurs entre chiites et sunnites.
 
Parmi eux, Mohammed al-Ogaili, candidat de la coalition de l'État de droit qui est dirigée par Nouri al-Maliki. Inconnu il y a peu, son portrait est partout dans les rues de Bagdad. Plus de 13 000 voix seront nécessaires à cet ingénieur pour qu'il soit élu. "Je veux aider la nouvelle génération à se construire. Ma génération est celle de la guerre Iran-Irak, de la guerre du Koweït, de l'embargo, de l'occupation aussi. Et ces évènements nous ont profondément marqués", explique le candidat, à des hommes influents d’un quartier à l'est de la capitale.
 
Al-Maliki, favori malgré son impopularité
 
Du côté d’Abou Ghraib la sunnite, l'heure est au ressentiment. Située entre la ville de Fallouja, aux mains des djihadistes depuis trois mois, et Bagdad, cette localité dangereuse est connue pour sa prison éponyme. L'an dernier, plus 500 détenus d'al-Qaida s'en sont échappés. Alors, par crainte d'autres assauts, elle a été vidée de ses prisonniers.
 
Pas de quoi perturber le député sunnite Talal al-Zobaie, visé à deux reprises par des kamikazes. Ardent défenseur de sa communauté, nostalgique du régime de Saddam Hussein, il fait campagne dans son propre fief. Dans sa ligne de mire, le gouvernement à majorité chiite avec à sa tête le Premier Ministre al-Maliki. "Aujourd'hui, les habitants de l'ouest de l'Irak pensent qu'à tout moment ils peuvent être exécutés, à tout moment insultés, à tout moment emprisonnés voire même tués n'importe quand dans la rue, indique-t-il à FRANCE 24. C'est une situation épouvantable ! Nous n'acceptons pas que les gens soient emprisonnés et tués en raison de leur croyance ou de leur origine, nous n'accepterons jamais cela !".
 
À Sadr City, bastion pauvre de l'imam radical chiite Moqtada al Sadr, le ressentiment est aussi grand à l'égard de Nouri al-Maliki. Abou Ghassan a passé plus d'un an derrière les barreaux pour avoir attaqué les troupes américaines en 2009. Ancien milicien du Mahdi, il accuse le Premier Ministre de s'en être pris "aux vrais résistants chiites plutôt que d'avoir brisé les reins d'al-Qaïda".
 
Il n’est pas sûr que les candidats qui se présentent sur sa liste puissent faire le plein de voix dans cette localité. "J'ai 50 ans et j'ai des petits-enfants. Qu’ai-je fait pour être humilié par al-Maliki de la sorte ? Il n'a rien fait durant des années ! Et nous avons peur que le sang irakien ne coule encore. Assez de sang !", clame Abou Ghassan.
 
Toutefois, malgré cette impopularité, Nouri al-Maliki pourrait, par un jeu d'alliances, remporter un troisième mandat consécutif. L'absence d'opposition structurée, dotée d'un véritable programme d'unité nationale transcommunautaire, joue en sa faveur. 

Par FRANCE 24 , Anne-Sophie LE MAUFF

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/09/2016 Libye

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

Parties filmer une milice soutenue par le gouvernement de Tripoli qui contrôlait alors plusieurs infrastructures pétrolières dans le nord-est de Libye, les équipes de France 24...

En savoir plus

23/09/2016 Royaume-Uni

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

Qui, de Jeremy Corbin ou d’Owen Smith, sera le prochain leader du parti travailliste britannique ? Réponse le 24 septembre. Ce jour-là, le Labour, réuni en congrès annuel à...

En savoir plus

22/09/2016 Vietnam

Le Vietnam en pleine mutation

Au Vietnam, si l'opposition politique reste muselée, l'économie décolle. Ces dernières années, le régime communiste s’est ouvert au capitalisme et aux investisseurs étrangers. Le...

En savoir plus

21/09/2016 Espagne

Pacte anti-corruption en Espagne : un grand ménage dans la classe politique?

La corruption des élus espagnols divise les partis politiques. Elle est l’une des principales causes du blocage institutionnel que connait l’Espagne. Personne ne veut s’associer...

En savoir plus

20/09/2016 Réfugiés

Vidéo : à Grande-Synthe, des ateliers de cuisine pour les migrants

À Grande-Synthe, dans le nord de la France, se trouve le premier camp humanitaire aux normes internationales sur le territoire français. Dans ce camp, près de 1 500 personnes,...

En savoir plus