Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelques 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 01/05/2014

Le web pakistanais est en pleine expansion, la censure aussi

© FRANCE 24

Au Pakistan, l'utilisation d'Internet progresse, notamment grâce à la démocratisation du smartphone. Pourtant, des dizaines de milliers de sites restent interdits aux 30 millions d'internautes recensés l'année dernière.

Cet immeuble décrépi est le point de rendez des jeunes de ce quartier populaire de Lahore, où se sont rendus les envoyés spéciaux de FRANCE 24. L’édifice abrite six cafés Internet, où pour moins d'1 euro de l'heure, les étudiants pakistanais tentent de s'ouvrir des fenêtres sur le monde. Cependant, certaines restent désespérément fermées.

Près de 40 000 sites Internet sont inaccessibles au Pakistan dont certains, comme Youtube, figurent parmi les plus emblématiques du web. La plate-forme de partage de vidéos est non grata dans le pays depuis deux ans. La diffusion de "L'innocence des musulmans", un film ouvertement anti-islam avait alors embrasé le pays.

Une régulation à deux vitesses. Car si de nombreux sites sont frappés d’interdiction en raison de contenus pornographiques ou jugés blasphématoires, les portails fondamentalistes prolifèrent sur le web pakistanais et ne semblent poser aucun problème aux autorités. Ils sont, pour la plupart, libres d'accès sur la toile pakistanaise.

"Ces sites de la haine devraient être bloqués aussi. On y a accès tellement facilement", estime un étudiant au micro de FRANCE 24.

Prosélytisme cybernétique

La plupart des mouvements islamistes au Pakistan ont une cellule Internet. Dans les sous-sols de l’une des mosquées appartenant au plus grand parti religieux du pays, la Jamaat-e-Islami tente de séduire les internautes grâce à son propre parc d’ordinateurs.

"Ça, c'est une déclaration de notre chef que je viens tout juste d'uploader. Voila ce qu'elle dit : ‘le principal motif de notre combat, c'est d'établir un califat islamique au Pakistan’", explique l’un des responsables de cette cellule.

Au Pakistan, 100 millions de personnes ont moins de 25 ans. Ils constituent naturellement le cœur de cible de ces campagnes sur le net.

"Dans notre parti, on a un slogan : ‘c'est la jeunesse qui nous mènera sur le chemin de la révolution’. Nous avons une présence politique et idéologique dans ce pays, et la jeunesse est notre cible principale. Les jeunes amèneront le mouvement au premier plan, et ici, on a l'opportunité de s'adresser à eux", précise Shamsuddin Amjad, responsable médias sociaux de la Jamaat-e-Islami

Blocage Massif

Face à cette "islamisation du web" pakistanais, des activistes de Karachi ont décidé de réagir. Ils dénoncent une censure d'État qui frappe sans nuances les réseaux sociaux. C’est aussi le cas de Facebook, qui a été interdit à de nombreuses reprises dans le pays, notamment suite à la diffusion de caricatures du prophète.
 
"Facebook est très important au Pakistan, et il existe un accord [entre le réseau social et le gouvernement]. Si les autorités leur demandent de bloquer une page, ils la bloqueront. Vous verrez beaucoup de pages consacrées aux droits de l'Homme qui sont inaccessibles au Pakistan alors qu'elles ne sont pas blasphématoires, qu'elles n'ont rien à voir avec la nudité", déplore Shahzad Ahmad, responsable Pakistan pour l’ONG Bytes For All, qui fédère les actions de ces activistes.

"Ce sont des pages qui établissent des discussions autour de la laïcité ou qui offrent un discours politique alternatif, et elles sont bloquées", poursuit-il.

Un Facebook garanti sans blasphèmes

Dans un quartier résidentiel de Lahore, au fond d’une ruelle, se trouve le quartier général de ceux qui avaient réclamé l'interdiction du célèbre réseau social. Ils sont avocats, ingénieurs, hommes d'affaires, et ont créé un autre Facebook, le seul Facebook musulman au monde.

Ce réseau social autorisé, baptisé Millat Facebook, présente un habillage proche de celui du réseau duquel il s’inspire. Il revendique plus d'un demi-million de membres et garantit à ses utilisateurs un contenu vierge de tout post blasphématoire contre le prophète.

"Millat Facebook est un réseau social fait par des musulmans mais il est ouvert à tous. C'est juste une question de responsabilité, explique son fondateur Omer Zaheer Meer. Quand vous circulez sur la route, vous ne pouvez pas écraser quelqu'un et dire ma liberté est illimitée. Oui, vous avez une liberté, mais aussi longtemps que vous ne violez pas l'espace de quelqu'un d'autre".

Une liberté particulièrement encadrée et surveillée pour les 30 millions d'internautes pakistanais. Derrière ce "pare-feu" se trouve en fait une agence gouvernementale, l'autorité des télécommunications qui, selon les experts, serait totalement entre les mains de la toute puissante armée pakistanaise.

Par FRANCE 24 , Taha SADDIQUI , Julien FOUCHET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/07/2017 Irak

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

Pour les officiels de l'armée irakienne, la bataille de Mossoul est terminée : les dernières poches sous contrôle du groupe État islamique (EI) ont été reprises. Mais, bien que...

En savoir plus

20/07/2017 Afrique

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En Afrique du Sud, plus de 3 800 bébés sont abandonnés tous les ans. Un chiffre qui ne fait qu'augmenter, tandis que les adoptions sont de plus en plus difficiles à finaliser. Le...

En savoir plus

19/07/2017 Migrants

Crise migratoire : en Italie, de plus en plus de mineurs à prendre en charge

L'Italie est le pays d'Europe qui subit la plus grande pression migratoire. Depuis janvier, plus de 85 000 migrants ont débarqué sur ses côtes, un chiffre en hausse de 20 % par...

En savoir plus

18/07/2017 Ukraine

Ukraine : l'agent "Kateryna" devenue icône de la lutte anticorruption

"Stop à la corruption" : c'était LA promesse du gouvernement pro-européen qui fut nommé après la révolution ukrainienne de 2014. Depuis, l'Ukraine a réussi à se doter d'un bureau...

En savoir plus

17/07/2017 Iran

Iran : le bilan reste mitigé, deux ans après l'accord sur le nucléaire

En Iran, en 2015, la population était descendue en masse dans les rues pour fêter la levée à venir des sanctions. Mais deux ans plus tard, le bilan est mitigé. Certaines...

En savoir plus