Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis : Donald Trump à l'heure du sacre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle française : après la droite, la gauche organise sa primaire

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 17/06/2014

Vidéo : l’armée thaïlandaise décrète le bonheur pour tous

"Ramener le bonheur dans le pays", c’est le programme ambitieux que les militaires thaïlandais sont bien décidés à appliquer, après des années de farouches divisions politiques. Le général Prayuth Chan-ocha - le très sérieux chef de la junte - va donc chaque semaine en personne animer une émission intitulée "le retour du bonheur", un programme diffusé obligatoirement sur toutes les radios et les télévisions du pays en vertu de la loi martiale appliquée dans le pays depuis la fin mai.

Dans le même temps, des "centres de réconciliation" ouvrent leurs portes dans toutes les régions thaïlandaises et des festivités - où "les citoyens sont invités à venir se détendre" - organisées en masse. Dans la capitale, Bangkok, même scénario surréaliste : plusieurs fois par semaine depuis le coup d'État, la junte militaire organise des fêtes géantes à la gloire des soldats, héros du peuple et sauveurs de la nation.

"Nous voulons que les Thaïlandais se parlent et se comprennent"

Pour faire passer son message, l'armée ne lésine pas sur les moyens : on chante, on danse, la nourriture, là encore, est gratuite, tout comme les soins médicaux… Une opération séduction du Conseil national pour la paix et l'ordre, les nouveaux maîtres du pays. Et à en croire les badauds présents aux kermesses, cela fonctionne : "Mes copines et moi nous sommes très heureuses. Les gens ici sont vraiment contents de ce que fait l'armée. Ils vont régler nos problèmes. Et puis ensuite, peut-être, il y aura des élections. On attendra un an ou même un an et demi… Cela n'a pas d'importance", explique une passante au micro de FRANCE 24.

Une partie de la population de Bangkok voit en effet d'un bon œil la reprise en main des soldats, gage de stabilité et de sécurité. "Ce que nous cherchons à rétablir dans ce pays, c'est un climat serein de confiance. Le seul but de ces festivités que nous organisons est de rapprocher les Thaïlandais. Nous avons bon espoir d'y arriver même dans les bastions des Chemises rouges [les partisans du gouvernement renversé en mai dernier, NDLR]", affirme à FRANCE 24 le colonel Werachon Sukondhapatipak, porte-parole du Conseil national pour la paix et l'ordre. Et d’ajouter : "Nous voulons que les Thaïlandais se parlent et se comprennent à nouveau. C'est tout notre programme du retour au bonheur dans la société. Cela doit amorcer une atmosphère propice pour engager des réformes sociales."

"Méthodes dignes de la gestapo"

Du côté des Chemises rouges, justement, l’ambiance est loin d’être à la fête. "Les militaires peuvent dire ce qu'ils veulent, qu'ils font tout cela pour rétablir la paix, mais moi je suis contre ces méthodes, ce sont des méthodes de dictateurs. Et ce n'est pas en organisant des kermesses et des concerts dans tout le pays que l'on va régler les problèmes, les gens ne disent rien, mais au fond d'eux-mêmes ils détestent les putschistes...", assure un libraire, interrogé dans un centre commercial désert traditionnellement fréquenté par les opposants à l’armée.

Même si les voix dissidentes se font rares, la junte a tout de même de sérieux ennemis, parmi lesquels quelques rares journalistes qui défient la censure et la peur d'être arrêtés. "C'est une bombe à retardement ! Plus la junte va réprimer, plus la colère va monter. Tout cela est une stratégie de guerre psychologique, on organise des fêtes avec un pistolet sur la tempe, en censurant, en arrêtant, en contrôlant tout avec des méthodes dignes de la gestapo", dénonce Chuwat Rerksirisuk, rédacteur en chef du journal en ligne "Prachataï".

Des réactions qui laissent entrevoir un long et sinueux chemin avant d’atteindre la grande réconciliation nationale plaidée par la junte, d’autant que celle-ci n’a toujours pas indiqué combien de temps elle comptait rester au pouvoir.

Par Cyril PAYEN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

16/01/2017 Italie

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

C'est en Italie, dans la banlieue nord de Milan, qu'Anis Amri, l'auteur de l'attentat de Berlin, a été abattu le 23 décembre 2016. Depuis, l'Italie est pointée du doigt pour son...

En savoir plus

13/01/2017 Inde

Une Inde "100% digitale" : le rêve à marche forcée de Narenda Modi

Pour combattre l’argent sale, le Premier ministre indien, Narendra Modi, a un rêve : celui de digitaliser entièrement l'économie, y compris auprès des illettrés. Le 8 novembre...

En savoir plus

12/01/2017 Ukraine

À Novolouhanske, l'armée ukrainienne veut se faire aimer des habitants

Dans l'Est de l’Ukraine, des tirs d'artillerie sont encore échangés chaque jour entre l'armée et les séparatistes pro-russes. Le mois dernier a été particulièrement violent. Nos...

En savoir plus

11/01/2017 Économie américaine

Le retour du "Made in America"

L'industrie chinoise est au cœur des préoccupations d'un grand nombre d'entreprises américaines. Des marques de grande consommation ont décidé de revenir aux États-Unis et de...

En savoir plus

10/01/2017 Omar el-Béchir

Soudan: dans les Monts Nuba, la guerre oubliée

Les monts Nuba, situés entre le Soudan et le Soudan du Sud, ne font pas partie des accords de paix signés entre les deux Soudan en 2005. Depuis six ans, des rebelles ont donc...

En savoir plus