Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 10/07/2014

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

© FRANCE 24

La découverte récente des dépouilles de 800 enfants, à Tuam, dans l’ouest de l’Irlande, a fait scandale. Aujourd’hui, les révélations se multiplient et les anciennes mères-filles, ostracisées pendant des décennies au XXe siècle dans cette société catholique conservatrice et arrachées à leurs enfants, témoignent.

Un charme suranné se dégage de la vieille bâtisse de Bessborough, nichée dans le paysage bucolique de Cork, dans le sud de l’Irlande. Elle est pourtant un lieu de triste mémoire. Un lieu de larmes et de morts indignes. Des générations de jeunes filles enceintes hors mariage y ont été enfermées contre leur gré, asservies et séparées de force de leurs nouveau-nés, donnés à d’autres ou élevés dans une négligence souvent fatale.

Veronica, qui témoigne aujourd'hui sous un pseudonyme, a été l’une des victimes de cette société conservatrice catholique de l’Irlande du siècle dernier. Enceinte hors mariage au début des années 1970, elle a été, comme les autres, considérée comme une "femme perdue" et envoyée de force dans la maternité de Bessborough pour y donner la vie dans le plus grand secret.

Après quelques mois dans l’Institution aux côtés de sa fille Marie-Lucie, Veronica s’est vu enlever son bébé, diagnostiqué, à quelques mois, d’une anomalie cardiaque. La petite n’est jamais revenue de l’hôpital où sa mère n’a jamais pu lui rendre visite. "De leur point de vue, mon bébé n'avait pas de maman […]. Personne ne m'a tenue informée de quoi que ce soit. Avant de mourir mon bébé n'a eu personne pour la tenir dans ses bras, pour le réconforter face à la maladie", témoigne cette mère à jamais éplorée.

Un quart des enfants illégitimes morts en bas-âge

Les conditions de vie étaient particulièrement difficiles dans ces "Mother and Baby Homes". Forcées d’accoucher dans ces maternités surpeuplées et mal équipées, les jeunes femmes ne bénéficiaient d’aucun suivi ni traitement médical, pas plus que les nouveau-nés. Les plus frêles ne résistaient pas et  succombaient de convulsions, tuberculose, malnutrition, pneumonie, gastro-entérite ou rougeole. Près d’un quart des enfants illégitimes mourraient en bas âge. La lugubre maternité de Bessborough, elle, a enregistré des taux de mortalité infantile ayant atteint une année le taux de 61 %.

Nés hors mariage, les enfants n'étaient pas baptisés et ne pouvaient donc pas être enterrés dans un cimetière. Difficile donc pour ces mères de retrouver les dépouilles de leurs petits. Cela a pris vingt ans à Veronica pour retrouver la trace de Marie-Lucie, dans le carré des nouveau-nés d’ un cimetière de Dublin, bien loin de Cork. D’autres mères n’ont même pas la maigre consolation de pouvoir pleurer sur la tombe de leurs enfants.

Un traumatisme collectif

En mai dernier, une sordide découverte a obligé  l’Irlande à faire face à cette partie sombre de son histoire : les dépouilles de 800 enfants de mères célibataires ont été identifiées  dans une fosse commune de Tuam, dans l’ouest de l’Irlande. Ils y avaient été inhumés secrètement par les sœurs de "Bon Secours" de l’ancien foyer catholique St Mary, entre 1925 et 1961. Âgés de 2 mois à 9 ans, les petits seraient “potentiellement [morts] de faim et de négligence”.

La fosse, remplie à ras bord d'ossements, a été découverte en 1975 par les habitants de Tuam lorsque les dalles de béton qui la couvraient se sont dissociées. Jusqu'à présent, les habitants croyaient qu'il s'agissait des restes de victimes de la grande famine qui a touché l'Irlande à partir de 1840. Mais en étudiant les archives de l’institution catholique, l’historienne Catherine Corless a révélé la véritable identité des dépouilles.

Le choc provoqué par cette découverte macabre a contraint le gouvernement irlandais à l'action. Une enquête est en cours et devra mettre en lumière les rouages de ces maternités inhumaines. Mais comment panser les maux de ces centaines de mères violentées ? L'Irlande entame aujourd’hui un lourd travail d'introspection collective pour tenter de soulager le pays d’un traumatisme qui risque de hanter plusieurs générations.

Par Siobhán SILKE , Rory QUINN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 États-Unis

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

Ils sont des millions d'Américains à ne pas se sentir représentés par la nouvelle administration Trump et à redouter ses décisions à venir. Certains ont décidé de battre le pavé...

En savoir plus

19/01/2017 France

France : de nouvelles inititatives solidaires en faveur des sans-abris

Alors qu'une vague de froid s'est abattue sur la France, des commerçants parisiens se mobilisent pour venir en aide aux plus démunis. Plus de 300 d'entre eux ont ainsi collé un...

En savoir plus

18/01/2017 Centrafrique

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En Centrafrique, lors de la guerre civile qui a ravagé le pays il y a trois ans, près de 100 000 déplacés avaient trouvé refuge au camp de Mpoko, à l'aéroport de Bangui....

En savoir plus

17/01/2017 Économie chinoise

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

Pour la toute première fois, un président chinois participe au forum économique de Davos, en Suisse. Xi Jinping et les 80 hommes d'affaire qui l'accompagnent mettront en avant le...

En savoir plus

16/01/2017 Italie

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

C'est en Italie, dans la banlieue nord de Milan, qu'Anis Amri, l'auteur de l'attentat de Berlin, a été abattu le 23 décembre 2016. Depuis, l'Italie est pointée du doigt pour son...

En savoir plus