Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Incertitudes autour de la politique économique de Trump

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"C'est parti pour le show"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le nouveau président Adama Barrow prête serment à Dakar

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Scénario catastrophe digne d'Hollywood

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 17/07/2014

Aux États-Unis, des voix pro-palestiennes s'élèvent

© FRANCE 24 | Les manifestants pro-palestiniens réunis à Brooklyn.

Alors qu'Israël mène des raids aériens contre Gaza depuis six jours, l’opinion américaine soutient majoritairement la cause israélienne. Mais de plus en plus de voix divergentes se font entendre outre-Atlantique.

Ils étaient une poignée de manifestants à se réunir, la semaine dernière dans le quartier de Brooklyn, derrière les pancartes affichant "Boycotter Israël". Le rassemblement organisé par l'association Adalah NY - la branche new-yorkaise de "Boycott, désinvestissement et sanction" (BDS), a réuni quelque 70 militants.

En dépit de la faible mobilisation, le militant d'origine palestinienne Remi Kanazi reste convaincu que les Américains sont de plus en plus nombreux à remettre en cause le soutien à Israël. "Il y a environ sept ans, il était difficile de prononcer le mot Palestinien dans une conversation", raconte-t-il à FRANCE 24.

Aujourd'hui persuadé que les mentalités américaines sont en train d’évoluer sur le sujet, il revendique son appartenance à cette association en pleine expansion. "Regardez ce mouvement qui prend de l'ampleur dans 20 universités du pays, regardez la décision de l'église presbytérienne qui boycotte certaines entreprises pro-israéliennes, et regardez les artistes qui annulent leurs concerts dans l'État hébreu en signe de solidarité pour le peuple palestinien, comme Roger Waters, Elvis Costello, Bono, ou encore Santana, constate-t-il. Ce sont des petites actions mais qui vont avoir un effet boule de neige".

À ce titre, la récente décision du centre de l’Église presbytérienne a vivement marqué les esprits. En juin dernier, il a retiré près de 23 millions de dollars d'investissement de trois entreprises américaines (Caterpillar, Hewlett-Packard et Motorola Solutions) vendant à Israël des équipements utilisés dans la colonisation des territoires occupés en Cisjordanie. "Un choix qui s'est opéré pour des raisons de conscience", explique à FRANCE 24 le directeur Rick Ufford Chase. Le centre a déjà refusé d'investir dans des compagnies travaillant dans le tabac ou l'alcool, et s'est aussi désengagé de sociétés en Afrique du Sud ou au Soudan. "Cette fois-ci, nous étions inquiets de la façon dont ces sociétés soutiennent l'occupation militaire israélienne".

51% des Américains pro-israéliens

Pour autant, le mouvement de boycott ne semble guère susciter la crainte du Comité juif américain, persuadé qu'il ne génère que peu d'audience aux États-Unis. "On peut créer autant de théories qu'on veut, mais les faits sont là : prenez n'importe quel sondage et vous verrez que l'Amérique reste un pays très majoritairement pro-israélien, dans des rapports de 4, 5 ou 6 contre 1, commente David Harris, directeur de l'institution. Que ce soit dans les bons moments ou les périodes plus difficiles comme aujourd'hui. Les Américains s'identifient et supportent l'État d'Israël !".

Un sondage, publié mardi 15 juillet par le think-tank américain Pew Research Center, révèle en effet que l'opinion américaine reste majoritairement pro-israélienne (51%), contre seulement 14 % des personnes interrogées, qui défendent la cause palestinienne. À noter également que 3 % soutiennent les deux camps et 15 % n’en soutiennent aucun.

Le centre d'études indépendant, basé à Washington, a également constaté que "les opinions ont quelque peu évolué depuis avril", date du précédent sondage. Les sondages ont en effet montré que "le nombre de Républicains favorables à Israël a augmenté de 68 % à 73 % en trois mois", tandis que le nombre de démocrates pro-israéliens reste inchangé avec 44 % en juillet, contre 46 % précédemment.

Par Emmanuel SAINT-MARTIN , Jessica LE MASURIER , Sophie PILGRIM

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 États-Unis

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

Ils sont des millions d'Américains à ne pas se sentir représentés par la nouvelle administration Trump et à redouter ses décisions à venir. Certains ont décidé de battre le pavé...

En savoir plus

19/01/2017 France

France : de nouvelles inititatives solidaires en faveur des sans-abris

Alors qu'une vague de froid s'est abattue sur la France, des commerçants parisiens se mobilisent pour venir en aide aux plus démunis. Plus de 300 d'entre eux ont ainsi collé un...

En savoir plus

18/01/2017 Centrafrique

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En Centrafrique, lors de la guerre civile qui a ravagé le pays il y a trois ans, près de 100 000 déplacés avaient trouvé refuge au camp de Mpoko, à l'aéroport de Bangui....

En savoir plus

17/01/2017 Économie chinoise

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

Pour la toute première fois, un président chinois participe au forum économique de Davos, en Suisse. Xi Jinping et les 80 hommes d'affaire qui l'accompagnent mettront en avant le...

En savoir plus

16/01/2017 Italie

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

C'est en Italie, dans la banlieue nord de Milan, qu'Anis Amri, l'auteur de l'attentat de Berlin, a été abattu le 23 décembre 2016. Depuis, l'Italie est pointée du doigt pour son...

En savoir plus