Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 27/08/2014

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

© France 24

Plusieurs régions du Sénégal sont actuellement menacées par l'insécurité alimentaire. C’est le cas en Casamance, où les mauvaises récoltes et la présence d’une rébellion armée menacent la vie d’une population dépendante de l’agriculture locale. Reportage.

La vie de Gabriel Tendeng a basculé le 5 mars 1991. Ce jour-là, son village de Badem, en Casamance, est attaqué par des hommes armés réclamant l’indépendance de cette région du sud-ouest du Sénégal. "Je vois un grand feu qui allait de maison en maison. De là, je me suis réveillé, on a réveillé les enfants, on a fui, on est allé dans les buissons. C'est à partir de là que les rebelles ont commencé à brûler nos maisons."

Après l’attaque, ce paysan et sa famille sont contraints de quitter leur village. Comme de nombreux agriculteurs de la région, il émigre à Ziguinchor, la principale ville de l’ouest de la Casamance, où il construit une maison en banco (terre crue), afin d’abriter les siens en attendant que la situation lui permette de rentrer chez lui. Mais 23 ans après sa fuite précipitée, il n’a toujours pas revu ses champs. Aujourd’hui âgé de 69 ans, il est contraint de louer ou d’emprunter des terres pour cultiver du riz, son seul moyen de subsistance.

 
"À Badem, je cultivais mon champ de riz, je cultivais mon champ de manioc, mon champ de niébé… bref, je cultivais de tout. Là-bas, je ne manquais de rien. Mais aujourd'hui que je suis déplacé, je ne peux plus rien avoir", se lamente-t-il.
 
Une saison des pluies décevante
 
Gabriel Tendeng n’est pas un cas isolé en Casamance. Comme lui, la plupart des paysans de la région vivent de la consommation de leur récolte. Mais les mauvaises conditions climatiques et les effets du conflit séparatist,e qui dure depuis 1982, font régulièrement planer le risque de famine.
 
Plusieurs organisations humanitaires sont engagées dans la région, où elles distribuent gratuitement du riz aux familles les plus vulnérables. Mais malgré leur travail, ces ONG assurent que la situation reste instable en Casamance.
 
"Il y a toujours la même précarité, par rapport à l'année 2012-2013", constate Fatouma Diadié, la directrice du sous-bureau du Programme alimentaire mondial (PAM) à Ziguinchor. "Cette vulnérabilité s'explique par le fait que la saison des pluies passée n'a pas donné les espoirs escomptés. Les récoltes n'étaient pas suffisantes", explique-t-elle.

Une dépendance au climat qui fragilise la production agricole et à laquelle le gouvernement doit s’attaquer en priorité, selon le président du Conseil régional des ruraux Aziz Badji. "Il faut bâtir effectivement une politique agricole dans laquelle nous allons suivre des sous-projets qui doivent nous sortir un programme hydraulique agricole. Là, on va avoir au moins à aménager nos vallées et nos espaces agricoles pour permettre que les agriculteurs produisent sur douze mois."

 
En attendant la mise en œuvre de ces travaux, la vie de Gabriel Tendeng et des agriculteurs de Casamance reste suspendue à l’arrivée de la pluie et à un éventuel retour de la paix dans la région.

Par Bineta DIAGNE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/09/2016 Royaume-Uni

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

Qui, de Jeremy Corbin ou d’Owen Smith, sera le prochain leader du parti travailliste britannique ? Réponse le 24 septembre. Ce jour-là, le Labour, réuni en congrès annuel à...

En savoir plus

22/09/2016 Vietnam

Le Vietnam en pleine mutation

Au Vietnam, si l'opposition politique reste muselée, l'économie décolle. Ces dernières années, le régime communiste s’est ouvert au capitalisme et aux investisseurs étrangers. Le...

En savoir plus

21/09/2016 Espagne

Pacte anti-corruption en Espagne : un grand ménage dans la classe politique?

La corruption des élus espagnols divise les partis politiques. Elle est l’une des principales causes du blocage institutionnel que connait l’Espagne. Personne ne veut s’associer...

En savoir plus

20/09/2016 Réfugiés

Vidéo : à Grande-Synthe, des ateliers de cuisine pour les migrants

À Grande-Synthe, dans le nord de la France, se trouve le premier camp humanitaire aux normes internationales sur le territoire français. Dans ce camp, près de 1 500 personnes,...

En savoir plus

19/09/2016 Attentat de Nice

Vidéo : deux mois après l’attentat du 14 juillet, les Niçois encore sous le choc

À l'occasion de l'hommage national aux victimes du terrorisme rendu lundi aux Invalides à Paris, nos reporters se sont rendus à Nice, endeuillée par l’attentat du 14 juillet....

En savoir plus