Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 27/08/2014

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

© France 24

Plusieurs régions du Sénégal sont actuellement menacées par l'insécurité alimentaire. C’est le cas en Casamance, où les mauvaises récoltes et la présence d’une rébellion armée menacent la vie d’une population dépendante de l’agriculture locale. Reportage.

La vie de Gabriel Tendeng a basculé le 5 mars 1991. Ce jour-là, son village de Badem, en Casamance, est attaqué par des hommes armés réclamant l’indépendance de cette région du sud-ouest du Sénégal. "Je vois un grand feu qui allait de maison en maison. De là, je me suis réveillé, on a réveillé les enfants, on a fui, on est allé dans les buissons. C'est à partir de là que les rebelles ont commencé à brûler nos maisons."

Après l’attaque, ce paysan et sa famille sont contraints de quitter leur village. Comme de nombreux agriculteurs de la région, il émigre à Ziguinchor, la principale ville de l’ouest de la Casamance, où il construit une maison en banco (terre crue), afin d’abriter les siens en attendant que la situation lui permette de rentrer chez lui. Mais 23 ans après sa fuite précipitée, il n’a toujours pas revu ses champs. Aujourd’hui âgé de 69 ans, il est contraint de louer ou d’emprunter des terres pour cultiver du riz, son seul moyen de subsistance.

 
"À Badem, je cultivais mon champ de riz, je cultivais mon champ de manioc, mon champ de niébé… bref, je cultivais de tout. Là-bas, je ne manquais de rien. Mais aujourd'hui que je suis déplacé, je ne peux plus rien avoir", se lamente-t-il.
 
Une saison des pluies décevante
 
Gabriel Tendeng n’est pas un cas isolé en Casamance. Comme lui, la plupart des paysans de la région vivent de la consommation de leur récolte. Mais les mauvaises conditions climatiques et les effets du conflit séparatist,e qui dure depuis 1982, font régulièrement planer le risque de famine.
 
Plusieurs organisations humanitaires sont engagées dans la région, où elles distribuent gratuitement du riz aux familles les plus vulnérables. Mais malgré leur travail, ces ONG assurent que la situation reste instable en Casamance.
 
"Il y a toujours la même précarité, par rapport à l'année 2012-2013", constate Fatouma Diadié, la directrice du sous-bureau du Programme alimentaire mondial (PAM) à Ziguinchor. "Cette vulnérabilité s'explique par le fait que la saison des pluies passée n'a pas donné les espoirs escomptés. Les récoltes n'étaient pas suffisantes", explique-t-elle.

Une dépendance au climat qui fragilise la production agricole et à laquelle le gouvernement doit s’attaquer en priorité, selon le président du Conseil régional des ruraux Aziz Badji. "Il faut bâtir effectivement une politique agricole dans laquelle nous allons suivre des sous-projets qui doivent nous sortir un programme hydraulique agricole. Là, on va avoir au moins à aménager nos vallées et nos espaces agricoles pour permettre que les agriculteurs produisent sur douze mois."

 
En attendant la mise en œuvre de ces travaux, la vie de Gabriel Tendeng et des agriculteurs de Casamance reste suspendue à l’arrivée de la pluie et à un éventuel retour de la paix dans la région.

Par Bineta DIAGNE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

03/03/2015 Danemark

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

Le Danemark tente de se remettre de l'attaque terroriste menée les 14 et 15 février par un jeune islamiste à Copenhague. Le pays s'est engagé à investir massivement dans de...

En savoir plus

02/03/2015 Chine

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En Chine, les travailleurs migrants sont des millions à quitter leurs provinces pour aller trouver du travail dans les grandes villes. Mais sur place, ils sont considérés comme...

En savoir plus

27/02/2015 Qatar

Quand le Qatar cherche à se développer à tout prix

Les Qatariens défrayent régulièrement la chronique lorsqu'ils achètent le PSG, le Royal Monceau ou encore des parts dans British Airways. Mais ils investissent aussi des...

En savoir plus

21/05/2014 David Cameron

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

Comme les Néerlandais, les Britanniques votent ce 22 mai pour choisir leurs députés européens. Au Royaume-Uni, le parti eurosceptique Ukip a porté le débat de la campagne sur...

En savoir plus

16/05/2014 Bavure policière

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

Le LAPD, la prestigieuse police de Los Angeles, s'équipe actuellement de cameras portatives, pour que les officiers filment toutes leurs interventions. Des preuves impartiales,...

En savoir plus