Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Julienne Morisseau : "J’ai toujours été contre les déterminismes"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je suis candidat à la présidence de la Turquie, depuis ma prison"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taxes américaines : "L'UE ne peut pas permettre qu'elle se fasse rouler dessus sans réaction"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Full muddle jacket"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Shenzhen, ancien port de pêche symbole du miracle économique chinois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'Europe riposte aux droits de douane américains

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA" : des artistes se mobilisent

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 27/08/2014

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

© France 24

Plusieurs régions du Sénégal sont actuellement menacées par l'insécurité alimentaire. C’est le cas en Casamance, où les mauvaises récoltes et la présence d’une rébellion armée menacent la vie d’une population dépendante de l’agriculture locale. Reportage.

La vie de Gabriel Tendeng a basculé le 5 mars 1991. Ce jour-là, son village de Badem, en Casamance, est attaqué par des hommes armés réclamant l’indépendance de cette région du sud-ouest du Sénégal. "Je vois un grand feu qui allait de maison en maison. De là, je me suis réveillé, on a réveillé les enfants, on a fui, on est allé dans les buissons. C'est à partir de là que les rebelles ont commencé à brûler nos maisons."

Après l’attaque, ce paysan et sa famille sont contraints de quitter leur village. Comme de nombreux agriculteurs de la région, il émigre à Ziguinchor, la principale ville de l’ouest de la Casamance, où il construit une maison en banco (terre crue), afin d’abriter les siens en attendant que la situation lui permette de rentrer chez lui. Mais 23 ans après sa fuite précipitée, il n’a toujours pas revu ses champs. Aujourd’hui âgé de 69 ans, il est contraint de louer ou d’emprunter des terres pour cultiver du riz, son seul moyen de subsistance.

 
"À Badem, je cultivais mon champ de riz, je cultivais mon champ de manioc, mon champ de niébé… bref, je cultivais de tout. Là-bas, je ne manquais de rien. Mais aujourd'hui que je suis déplacé, je ne peux plus rien avoir", se lamente-t-il.
 
Une saison des pluies décevante
 
Gabriel Tendeng n’est pas un cas isolé en Casamance. Comme lui, la plupart des paysans de la région vivent de la consommation de leur récolte. Mais les mauvaises conditions climatiques et les effets du conflit séparatist,e qui dure depuis 1982, font régulièrement planer le risque de famine.
 
Plusieurs organisations humanitaires sont engagées dans la région, où elles distribuent gratuitement du riz aux familles les plus vulnérables. Mais malgré leur travail, ces ONG assurent que la situation reste instable en Casamance.
 
"Il y a toujours la même précarité, par rapport à l'année 2012-2013", constate Fatouma Diadié, la directrice du sous-bureau du Programme alimentaire mondial (PAM) à Ziguinchor. "Cette vulnérabilité s'explique par le fait que la saison des pluies passée n'a pas donné les espoirs escomptés. Les récoltes n'étaient pas suffisantes", explique-t-elle.

Une dépendance au climat qui fragilise la production agricole et à laquelle le gouvernement doit s’attaquer en priorité, selon le président du Conseil régional des ruraux Aziz Badji. "Il faut bâtir effectivement une politique agricole dans laquelle nous allons suivre des sous-projets qui doivent nous sortir un programme hydraulique agricole. Là, on va avoir au moins à aménager nos vallées et nos espaces agricoles pour permettre que les agriculteurs produisent sur douze mois."

 
En attendant la mise en œuvre de ces travaux, la vie de Gabriel Tendeng et des agriculteurs de Casamance reste suspendue à l’arrivée de la pluie et à un éventuel retour de la paix dans la région.

Par Bineta DIAGNE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/06/2018 Julien SAUVAGET

France : le fléau des déchetteries sauvages

Notre reporter Julien Sauvaget a enquêté sur une incivilité qui défigure les campagnes françaises : le dépôt de déchets dans la nature. Alors qu’il existe des déchetteries sur...

En savoir plus

20/06/2018 Constantin SIMON

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, nous nous intéressons à la politique migratoire du Japon, l'un des pays les plus fermés au monde en la matière. En 2017, les...

En savoir plus

19/06/2018 Antoine VÉDEILHÉ

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

Les jeunes Chinois urbains n'ont jamais connu un tel niveau de vie. Ils ont un meilleur accès à l'éducation, aux services de santé et ont une meilleure qualité de vie en général....

En savoir plus

18/06/2018 Gulliver CRAGG

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

Fin avril en Arménie, une vague de manifestations a poussé vers la sortie le gouvernement de Serge Sarkissian. Au cœur de la contestation, la corruption. Nos reporters se sont...

En savoir plus

15/06/2018 Marguerite SILVE

Le sud du Liban dans la hantise permanente d’une nouvelle guerre

Direction le sud du Liban, aux portes d'Israël et de la Syrie. Alors que ces derniers mois ont été marqué par une escalade militaire à la frontière israélo-syrienne, la région...

En savoir plus