Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : scènes de liesse à Harare après la démission de Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Brice Hortefeux : le poste de Castaner au gouvernement est "sensible, mais pas essentiel"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 27/08/2014

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

© France 24

Plusieurs régions du Sénégal sont actuellement menacées par l'insécurité alimentaire. C’est le cas en Casamance, où les mauvaises récoltes et la présence d’une rébellion armée menacent la vie d’une population dépendante de l’agriculture locale. Reportage.

La vie de Gabriel Tendeng a basculé le 5 mars 1991. Ce jour-là, son village de Badem, en Casamance, est attaqué par des hommes armés réclamant l’indépendance de cette région du sud-ouest du Sénégal. "Je vois un grand feu qui allait de maison en maison. De là, je me suis réveillé, on a réveillé les enfants, on a fui, on est allé dans les buissons. C'est à partir de là que les rebelles ont commencé à brûler nos maisons."

Après l’attaque, ce paysan et sa famille sont contraints de quitter leur village. Comme de nombreux agriculteurs de la région, il émigre à Ziguinchor, la principale ville de l’ouest de la Casamance, où il construit une maison en banco (terre crue), afin d’abriter les siens en attendant que la situation lui permette de rentrer chez lui. Mais 23 ans après sa fuite précipitée, il n’a toujours pas revu ses champs. Aujourd’hui âgé de 69 ans, il est contraint de louer ou d’emprunter des terres pour cultiver du riz, son seul moyen de subsistance.

 
"À Badem, je cultivais mon champ de riz, je cultivais mon champ de manioc, mon champ de niébé… bref, je cultivais de tout. Là-bas, je ne manquais de rien. Mais aujourd'hui que je suis déplacé, je ne peux plus rien avoir", se lamente-t-il.
 
Une saison des pluies décevante
 
Gabriel Tendeng n’est pas un cas isolé en Casamance. Comme lui, la plupart des paysans de la région vivent de la consommation de leur récolte. Mais les mauvaises conditions climatiques et les effets du conflit séparatist,e qui dure depuis 1982, font régulièrement planer le risque de famine.
 
Plusieurs organisations humanitaires sont engagées dans la région, où elles distribuent gratuitement du riz aux familles les plus vulnérables. Mais malgré leur travail, ces ONG assurent que la situation reste instable en Casamance.
 
"Il y a toujours la même précarité, par rapport à l'année 2012-2013", constate Fatouma Diadié, la directrice du sous-bureau du Programme alimentaire mondial (PAM) à Ziguinchor. "Cette vulnérabilité s'explique par le fait que la saison des pluies passée n'a pas donné les espoirs escomptés. Les récoltes n'étaient pas suffisantes", explique-t-elle.

Une dépendance au climat qui fragilise la production agricole et à laquelle le gouvernement doit s’attaquer en priorité, selon le président du Conseil régional des ruraux Aziz Badji. "Il faut bâtir effectivement une politique agricole dans laquelle nous allons suivre des sous-projets qui doivent nous sortir un programme hydraulique agricole. Là, on va avoir au moins à aménager nos vallées et nos espaces agricoles pour permettre que les agriculteurs produisent sur douze mois."

 
En attendant la mise en œuvre de ces travaux, la vie de Gabriel Tendeng et des agriculteurs de Casamance reste suspendue à l’arrivée de la pluie et à un éventuel retour de la paix dans la région.

Par Bineta DIAGNE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/11/2017 Donald Trump

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

Aux États-Unis, en juillet dernier, Donald Trump a annoncé dans un tweet qu'il voulait interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée. Le président américain remet...

En savoir plus

20/11/2017 Mauritanie

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En Mauritanie, le typha fait des ravages. Cette plante invasive, qui ressemble au roseau, prolifère partout et détruit la faune et la flore. Mais certains lui ont trouvé une...

En savoir plus

17/11/2017 FRANCE

La République en marche à l'épreuve de la démocratie interne

La République en marche d'Emmanuel Macron va se doter d'une nouvelle direction à l'issue de son premier congrès à Lyon, samedi 18 novembre. Unique candidat, Christophe Castaner...

En savoir plus

16/11/2017 Moyen-Orient

Cameroun : l'Ambazonie, la République fantasmée des séparatistes anglophones

Ce pays n'existe pas mais, au Cameroun, une partie des anglophones sont déterminés à le rendre bien réel. En un an, ce qui n'était au départ qu'un mouvement de revendications...

En savoir plus

15/11/2017 Moyen-Orient

Proche-Orient : les groupes armés, point de crispation de la réconciliation interpalestinienne

Au Proche-Orient, selon les termes de l'accord de réconciliation signé le mois dernier entre le Fatah et le Hamas, l'autorité palestinienne doit reprendre le contrôle du secteur...

En savoir plus