Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 26/08/2014

Le "Russian jihad" ou ces combattants russes partis faire la guerre en Ukraine

© FRANCE 24

Depuis le début de la crise ukrainienne, Kiev accuse Moscou d’envoyer des armes et des hommes sur son territoire. Des accusations rejetées par les autorités russes. Pourtant, des combattants passent la frontière. Des jeunes Russes, souvent issus des mouvements nationalistes, recrutés sur le Web, qui partent défendre les populations russophones menacées par ce qu’ils appellent les "fascistes" de Kiev.

"Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes"

Il est 23 h à Voronej. Dans son appartement, Evgueni attend "ses combattants". Grand et plutôt costaud, Evgueni est un recruteur d’un genre particulier. Tous les jours, via Facebook, il examine les candidatures de dizaines de nationalistes russes, de jeunes combattants - qui se disent héritiers de la Garde blanche [une armée russe, NDLR] -, et qui souhaitent partir combattre en Ukraine. Norman, 25 ans, fait partie de ceux-là.

"Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes… Et dans cette mission, malgré ce que pensent beaucoup d’Ukrainiens - l’État russe ne nous aide pas. Si la Russie avait décidé d’intervenir, je vous assure, la guerre n’aurait pas duré plus de 4 jours…" Officiellement, en effet, Moscou n’a envoyé aucun soldat en Ukraine. Ces milices nationalistes, explique Evgueni, doivent donc se débrouiller seules pour se fournir en armes et en vivres.

À 2 h du matin, son groupe de combattants est prêt. Le plus périlleux reste à faire : traverser la frontière sans se faire arrêter et rejoindre Lougansk, dernier bastion russe en territoire ukrainien. France 24 a pu suivre ce convoi de nationalistes prêts à mourir pour "libérer" l’est ukrainien des griffes de Kiev.
 

Par Ksenia BOLCHAKOVA , Julia LYUBOVA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

30/01/2015 Syrie

Le Golan en état d'alerte

La tension est encore montée d'un cran dans le nord d'Israël cette semaine. Une attaque sur le plateau du Golan, à la frontière avec le Liban, a fait plusieurs morts et des...

En savoir plus

29/01/2015 Espagne

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

Le procès de 35 membres et dirigeants présumés de Batasuna, qui devait démarrer ce jeudi à Madrid après avoir été repoussé suite à l'arrestation d'une partie des avocats de la...

En savoir plus

28/01/2015 Allemagne

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

À Dresde en Allemagne, les manifestants de Pegida, auto-proclamés "Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident" défraient la chronique depuis des semaines. Fait-on...

En savoir plus

26/01/2015 Auschwitz-Birkenau

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

Le 27 janvier 1945, les troupes de l'Armée rouge découvrent par hasard Auschwitz-Birkenau. Ce camp de concentration et d'extermination, le plus grand du IIIe Reich, est devenu le...

En savoir plus

26/01/2015 Ukraine

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

Nos envoyés spéciaux se sont rendus dans l'Est de l'Ukraine, où les séparatistes ont lancé la semaine dernière une offensive sans précédent.

En savoir plus