Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Westminster : Londres pleure les victimes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le "J’accuse" de Fillon

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les secrets d'Houdan, la ville française au quasi-plein emploi

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat de Londres : "We are not afraid"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : l'Europe à nouveau défiée (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : l'Europe à nouveau défiée (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle en France : ralliements en cascade pour Macron

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : en Crimée, les dissidents matés par Moscou

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 26/08/2014

Le "Russian jihad" ou ces combattants russes partis faire la guerre en Ukraine

© FRANCE 24

Depuis le début de la crise ukrainienne, Kiev accuse Moscou d’envoyer des armes et des hommes sur son territoire. Des accusations rejetées par les autorités russes. Pourtant, des combattants passent la frontière. Des jeunes Russes, souvent issus des mouvements nationalistes, recrutés sur le Web, qui partent défendre les populations russophones menacées par ce qu’ils appellent les "fascistes" de Kiev.

"Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes"

Il est 23 h à Voronej. Dans son appartement, Evgueni attend "ses combattants". Grand et plutôt costaud, Evgueni est un recruteur d’un genre particulier. Tous les jours, via Facebook, il examine les candidatures de dizaines de nationalistes russes, de jeunes combattants - qui se disent héritiers de la Garde blanche [une armée russe, NDLR] -, et qui souhaitent partir combattre en Ukraine. Norman, 25 ans, fait partie de ceux-là.

"Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes… Et dans cette mission, malgré ce que pensent beaucoup d’Ukrainiens - l’État russe ne nous aide pas. Si la Russie avait décidé d’intervenir, je vous assure, la guerre n’aurait pas duré plus de 4 jours…" Officiellement, en effet, Moscou n’a envoyé aucun soldat en Ukraine. Ces milices nationalistes, explique Evgueni, doivent donc se débrouiller seules pour se fournir en armes et en vivres.

À 2 h du matin, son groupe de combattants est prêt. Le plus périlleux reste à faire : traverser la frontière sans se faire arrêter et rejoindre Lougansk, dernier bastion russe en territoire ukrainien. France 24 a pu suivre ce convoi de nationalistes prêts à mourir pour "libérer" l’est ukrainien des griffes de Kiev.
 

Par Ksenia BOLCHAKOVA , Julia LYUBOVA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/03/2017 Inde

L'Inde, paradis des startups

En Inde, où le potentiel de croissance économique semble exponentiel, le nombre de startups ne cesse de grandir. Mais pour les investisseurs étrangers, lancer son affaire dans ce...

En savoir plus

22/03/2017 Asie - pacifique

Pénurie d'eau au Pakistan : entre gaspillage et mauvaise gestion, le pays contraint à agir

En ce 22 mars, Journée mondiale de l'eau, nous vous emmenons au Pakistan. Quatrième plus grand consommateur d'eau au monde, le Pakistan est aussi le pays qui en manque le plus....

En savoir plus

21/03/2017 France

Trisomie 21 : l'insertion par le travail pour combattre les préjugés

À l'occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, maladie génétique qui touche environ 60 000 personnes en France, nous vous proposons d'aller à la rencontre de Vincent et...

En savoir plus

20/03/2017 Irak

Irak : à Mossoul, les chefs de famille ne se cachent plus pour pleurer

Cela fait près de 6 mois que la bataille de Mossoul a commencé. Après avoir repris la partie Est de la cité, l'armée irakienne affronte les jihadistes de l'EI dans la partie...

En savoir plus

17/03/2017 EUROPE

Le Brexit ravive les désirs d'indépendance en Écosse

Les Écossais pourraient organiser un nouveau référendum sur l'indépendance. La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon exige que le vote soit organisé à l'automne 2018 ou au...

En savoir plus