Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 26/08/2014

Le "Russian jihad" ou ces combattants russes partis faire la guerre en Ukraine

© FRANCE 24

Depuis le début de la crise ukrainienne, Kiev accuse Moscou d’envoyer des armes et des hommes sur son territoire. Des accusations rejetées par les autorités russes. Pourtant, des combattants passent la frontière. Des jeunes Russes, souvent issus des mouvements nationalistes, recrutés sur le Web, qui partent défendre les populations russophones menacées par ce qu’ils appellent les "fascistes" de Kiev.

"Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes"

Il est 23 h à Voronej. Dans son appartement, Evgueni attend "ses combattants". Grand et plutôt costaud, Evgueni est un recruteur d’un genre particulier. Tous les jours, via Facebook, il examine les candidatures de dizaines de nationalistes russes, de jeunes combattants - qui se disent héritiers de la Garde blanche [une armée russe, NDLR] -, et qui souhaitent partir combattre en Ukraine. Norman, 25 ans, fait partie de ceux-là.

"Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes… Et dans cette mission, malgré ce que pensent beaucoup d’Ukrainiens - l’État russe ne nous aide pas. Si la Russie avait décidé d’intervenir, je vous assure, la guerre n’aurait pas duré plus de 4 jours…" Officiellement, en effet, Moscou n’a envoyé aucun soldat en Ukraine. Ces milices nationalistes, explique Evgueni, doivent donc se débrouiller seules pour se fournir en armes et en vivres.

À 2 h du matin, son groupe de combattants est prêt. Le plus périlleux reste à faire : traverser la frontière sans se faire arrêter et rejoindre Lougansk, dernier bastion russe en territoire ukrainien. France 24 a pu suivre ce convoi de nationalistes prêts à mourir pour "libérer" l’est ukrainien des griffes de Kiev.
 

Par Ksenia BOLCHAKOVA , Julia LYUBOVA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/09/2017 Rwanda

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

Pour booster son économie, le Rwanda table sur les nouvelles technologies. Plus de 5 000 kilomètres de fibre optique ont été déroulés à travers le pays, la 4G couvre près de 80 %...

En savoir plus

25/09/2017 EUROPE

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

Varsovie mène depuis plusieurs mois des réformes controversées, visant à accroître le contrôle de l'exécutif sur le pouvoir judiciaire. L'opposition a dénoncé un "coup d'État" et...

En savoir plus

22/09/2017 EUROPE

Allemagne : génération Merkel

Les jeunes votent pour les extrêmes et aiment changer de dirigeants ? Pas en Allemagne. La "génération Merkel", ces jeunes qui n'ont connu que la chancelière au pouvoir, en...

En savoir plus

21/09/2017 Birmanie

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

Nos correspondants en Asie du Sud-Est ont enquêté en Birmanie au cœur des factions bouddhistes ultranationalistes, à l’origine des persécutions que subissent les Rohingyas depuis...

En savoir plus

20/09/2017 Asie - pacifique

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

Au Pakistan, ces dernières années, un nombre croissant d'étudiants d'institutions prestigieuses ont participé à des attentats terroristes. Ils représentent des recrues de choix...

En savoir plus