Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Paris, le nouveau Calais"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Voitures électriques : la Chine en pole position

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Rencontre entre les deux leaders coréens : "un sommet historique"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tanzanie : le pouvoir s'attaque aux blogueurs

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fièvre de Lassa : le Nigeria lutte contre une épidémie sans précédent

En savoir plus

LE DÉBAT

"Le nouvel antisémitisme" : un manifeste à charge ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 26/08/2014

Le "Russian jihad" ou ces combattants russes partis faire la guerre en Ukraine

© FRANCE 24

Depuis le début de la crise ukrainienne, Kiev accuse Moscou d’envoyer des armes et des hommes sur son territoire. Des accusations rejetées par les autorités russes. Pourtant, des combattants passent la frontière. Des jeunes Russes, souvent issus des mouvements nationalistes, recrutés sur le Web, qui partent défendre les populations russophones menacées par ce qu’ils appellent les "fascistes" de Kiev.

"Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes"

Il est 23 h à Voronej. Dans son appartement, Evgueni attend "ses combattants". Grand et plutôt costaud, Evgueni est un recruteur d’un genre particulier. Tous les jours, via Facebook, il examine les candidatures de dizaines de nationalistes russes, de jeunes combattants - qui se disent héritiers de la Garde blanche [une armée russe, NDLR] -, et qui souhaitent partir combattre en Ukraine. Norman, 25 ans, fait partie de ceux-là.

"Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes… Et dans cette mission, malgré ce que pensent beaucoup d’Ukrainiens - l’État russe ne nous aide pas. Si la Russie avait décidé d’intervenir, je vous assure, la guerre n’aurait pas duré plus de 4 jours…" Officiellement, en effet, Moscou n’a envoyé aucun soldat en Ukraine. Ces milices nationalistes, explique Evgueni, doivent donc se débrouiller seules pour se fournir en armes et en vivres.

À 2 h du matin, son groupe de combattants est prêt. Le plus périlleux reste à faire : traverser la frontière sans se faire arrêter et rejoindre Lougansk, dernier bastion russe en territoire ukrainien. France 24 a pu suivre ce convoi de nationalistes prêts à mourir pour "libérer" l’est ukrainien des griffes de Kiev.
 

Par Ksenia BOLCHAKOVA , Julia LYUBOVA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/04/2018 RD Congo

RDC : le fléau des enlèvements d'enfants contre rançon

À Goma, capitale du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, une nouvelle activité criminelle a vu le jour depuis un an : des enlèvements d'enfants contre...

En savoir plus

25/04/2018 FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

Où est la crise Catalane ? Cela fait quatre mois que les élections ont eu lieu et depuis, c'est le statut quo au Parlement, tandis que les leaders indépendantistes sont toujours...

En savoir plus

24/04/2018 Israël

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

Environ 40 000 migrants africains vivent en Israël. Arrivés il y a plusieurs années, beaucoup travaillent et parlent hébreu. Mais le gouvernement de Benjamin Netanyahou veut...

En savoir plus

23/04/2018 Drogues

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

Comme d'autres pays d'Afrique subsaharienne, le Cameroun est confronté à une hausse inquiétante de la consommation de Tramadol. Cet opioïde de synthèse, contenu dans certains...

En savoir plus

20/04/2018 Pakistan

Pakistan : un printemps pachtoune ?

Environ 30 millions de Pachtounes vivent au Pakistan, soit 15% de la population. Pris en étau entre les terroristes et l’armée pakistanaise, ils sont très souvent discriminés....

En savoir plus