Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Carles Puigdemont : "La porte est ouverte pour dialoguer avec Madrid"

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 02/02/2015

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

© Archive INA

Le 27 janvier 1945, les troupes de l'Armée rouge découvrent par hasard Auschwitz-Birkenau. Ce camp de concentration et d'extermination, le plus grand du IIIe Reich, est devenu le lieu de mémoire emblématique de la Shoah.

Le 27 janvier 1945, quand les troupes russes découvrent, par hasard, Auschwitz-Birkenau, déserté par les SS, ils y trouvent 7 000 survivants. Des malades, des invalides, des personnes âgées et des enfants, abandonnés au milieu des cadavres. Les Soviétiques prennent alors conscience de l’entreprise de mort programmée, systématique et industrielle, mise en place par les nazis.

Installé dans une région riche en matières premières, Auschwitz n'était au départ qu'un camp de travail. Près d'une dizaine d'usines y soutenaient l'effort de guerre de l'Allemagne nazie. "Les camps de concentration ont un poids économique absolument énorme dans l'histoire du IIIe Reich en guerre. À tel point que la SS a fini par être à la tête d'un gigantesque complexe militaro-industriel, dont la base même est le système concentrationnaire", rappelle Isabelle Davion, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne. 

En 1942, la solution finale est mise en place et Auschwitz est le coeur de leur projet d'extermination des juifs. Les rafles se multiplient dans toute l'Europe, les ghettos sont vidés et leurs habitants envoyés dans des camps, entassés dans des wagons à bestiaux.

Face à l’arrivée de centaines de milliers de déportés, les SS cherchent à améliorer le rendement de leurs usines de mort et des ingénieurs sont chargés de la conception d’unités combinées plus efficaces. "C'est un lieu d'environ 250m² qui regroupe la salle de déshabillage, la chambre à gaz et le crématoire à la sortie. Cela n’existe qu’à Auschwitz. C’est la réflexion poussée à son maximum d'une mise à mort industrielle", explique Isabelle Davion.

Avec ces infrastructures, les SS peuvent procéder jusqu'à 12 000 incinérations par jour. Durant l’été 1944, alors que l’Armée rouge avance sur le front Est, l'ordre est donné de "terminer le travail". Les chambres à gaz et les fours crématoires fonctionnent à plein régime jusqu'au mois de novembre.  Quand la défaite du Reich commence à se profiler fin 1944, Heinrich Himmler, à la tête des SS, ordonne d'évacuer les camps et de faire disparaître les preuves. Mais il restera tout de même des traces, et des témoins qui révèlent, peu à peu, l’ampleur du génocide. Au minimum, 1,3 million de personnes ont été déportées à Auschwitz entre 1940 et 1945, dont 1,1 million n'en sont jamais revenues

 

Par Julien SAUVAGET

Nos invités

Alain VINCENOT

Journaliste et écrivain, auteur de "Rescapés d’Auschwitz", jan.2015 chez l'Archipel

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/09/2017 Asie - pacifique

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

Au Pakistan, ces dernières années, un nombre croissant d'étudiants d'institutions prestigieuses ont participé à des attentats terroristes. Ils représentent des recrues de choix...

En savoir plus

19/09/2017 Amériques

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

Il y a un peu plus d'un an, en août 2016, les yeux du monde entier étaient tournés vers Rio de Janeiro, première ville d'Amérique latine à accueillir des Jeux olympiques. Une...

En savoir plus

18/09/2017 Asie - pacifique

Violences contre les Rohingyas : les camps du Bangladesh dépassés par l'afflux de réfugiés

À la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh, l'exode des Rohingyas se poursuit. En moins d'un mois, ils sont plus de 400 000 à avoir franchi cette frontière pour fuir les...

En savoir plus

15/09/2017 Côte d'Ivoire

Côté d'Ivoire : des milices pour contrer la violence des "microbes"

En Côte d’Ivoire, on les appelle les "microbes". Tiré d'un film sur les favelas de Rio, ce nom désigne des jeunes de 10 à 25 ans organisés en gangs ultra-violents. Armés de...

En savoir plus

14/09/2017 Arabie saoudite

Guerre au Yémen : l'armement occidental de la coalition arabe en question

Depuis mars 2015, l'Arabie saoudite est à la tête d'une coalition de pays arabes qui mènent une guerre au Yémen pour renverser les milices Houthis, proches de l'Iran, qui ont...

En savoir plus