Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FRANCE

Lourde défaite pour Ségolène Royal à La Rochelle

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2012

La candidate socialiste Ségolène Royal a essuyé un lourd échec dimanche au second tour des élections législatives alors que son rival, le dissident PS Olivier Falorni, a recueilli 62 % des voix. Un coup fatal pour la présidente de Poitou-Charentes.

La bataille dans cette circonscription de Charente-Maritime était l’un des matchs les plus attendus du second tour des législatives, suite à l’affaire du tweet de la compagne du président François Hollande, Valérie Trierweiler. Ségolène Royal vient de le perdre, au profit du dissident socialiste, Olivier Falorni. Un coup fatal pour l’ancienne candidate à la présidentielle de 2007, qui a siégé sans interruption depuis 1988 à l'Assemblée nationale, à l'exception de ses passages au gouvernement. 

Les duels de La Rochelle

Considérée comme parachutée par son adversaire, la présidente de Poitou-Charentes a recueilli 37 % des voix, contre 62,9 % pour Olivier Falorni. Ce dernier avait reçu le soutien de Valérie Trierweiler, sous la forme d’un tweet polémique, affichant au grand jour les relations tendues entre l’actuelle et l’ancienne compagne de François Hollande. Le président de la République et les membres du gouvernement s’étaient, quant à eux, ralliés derrière la candidature de Ségolène Royal, appelant son rival à se retirer. Tandis que ce dernier a exprimé dimanche sa "fierté" après la "victoire de la démocratie", l’ancienne chef de file du PS a, elle, dénoncé une "opération de trahison tout à fait détestable". Quant au tweet, il "n'a pas arrangé les choses", a-t-elle déclaré.

Contrairement à ses ambitions un temps affichées, Ségolène Royal avait finalement indiqué qu’elle renonçait à briguer la présidence de l'Assemblée nationale, même en cas de victoire aux législatives.

Première publication : 17/06/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES 2012

    Le taux de participation s'établit à 46,42 % à 17 heures en métropole

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES 2012

    Revivez le second tour des élections législatives sur notre liveblogging

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Jean-Marc Ayrault appelle Olivier Falorni à se désister

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)