Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

FRANCE

Lourde défaite pour Ségolène Royal à La Rochelle

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2012

La candidate socialiste Ségolène Royal a essuyé un lourd échec dimanche au second tour des élections législatives alors que son rival, le dissident PS Olivier Falorni, a recueilli 62 % des voix. Un coup fatal pour la présidente de Poitou-Charentes.

La bataille dans cette circonscription de Charente-Maritime était l’un des matchs les plus attendus du second tour des législatives, suite à l’affaire du tweet de la compagne du président François Hollande, Valérie Trierweiler. Ségolène Royal vient de le perdre, au profit du dissident socialiste, Olivier Falorni. Un coup fatal pour l’ancienne candidate à la présidentielle de 2007, qui a siégé sans interruption depuis 1988 à l'Assemblée nationale, à l'exception de ses passages au gouvernement. 

Les duels de La Rochelle

Considérée comme parachutée par son adversaire, la présidente de Poitou-Charentes a recueilli 37 % des voix, contre 62,9 % pour Olivier Falorni. Ce dernier avait reçu le soutien de Valérie Trierweiler, sous la forme d’un tweet polémique, affichant au grand jour les relations tendues entre l’actuelle et l’ancienne compagne de François Hollande. Le président de la République et les membres du gouvernement s’étaient, quant à eux, ralliés derrière la candidature de Ségolène Royal, appelant son rival à se retirer. Tandis que ce dernier a exprimé dimanche sa "fierté" après la "victoire de la démocratie", l’ancienne chef de file du PS a, elle, dénoncé une "opération de trahison tout à fait détestable". Quant au tweet, il "n'a pas arrangé les choses", a-t-elle déclaré.

Contrairement à ses ambitions un temps affichées, Ségolène Royal avait finalement indiqué qu’elle renonçait à briguer la présidence de l'Assemblée nationale, même en cas de victoire aux législatives.

Première publication : 17/06/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES 2012

    Le taux de participation s'établit à 46,42 % à 17 heures en métropole

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES 2012

    Revivez le second tour des élections législatives sur notre liveblogging

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Jean-Marc Ayrault appelle Olivier Falorni à se désister

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)