Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : La troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison Blanche

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attaques terroristes en Europe, quelles solutions face à la menace ?

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : les Jeux olympiques des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le vrai antidote contre l’EI, c’est la culture"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les toits de Paris, un trésor entre ciel et terre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Athènes, la culture plus forte que la crise

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

EDF adopte le projet d'EPR à Hinkley Point, Londres temporise

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 1)

En savoir plus

Communiqué de Presse

FRANCE 24 désormais accessible au Laos - 31/10/2012

Dernière modification : 16/11/2012

FRANCE 24 se lance aujourd’hui au Laos et rejoint le réseau numérique hertzien (DTMB) Laos Digital TV qui compte déjà plus de 50 000 abonnés à travers le pays.

La version francophone de la chaîne, désormais accessible 24h/24 et 7j/7 sur l’ensemble du territoire, est proposée au sein de l’offre basique de l’opérateur sur le canal 7.

FRANCE 24 poursuit son déploiement en Asie où sa version française est disponible en Nouvelle-Zélande, à Singapour, en Malaisie, à Hong-Kong et au Cambodge, tandis que sa version anglaise est reçue par plus de 12 millions de foyers à travers le continent, notamment en Inde, en Thaïlande et à Hong-Kong.

Grâce à cet accord, FRANCE 24 sera accessible dans tous les hôtels accueillant l’ensemble des délégations officielles lors du Sommet Asie-Europe (ASEM) qui se déroulera à Vientiane les 5 et 6 Novembre prochains.

Pour tout savoir sur la distribution de FRANCE 24 à travers le monde en temps réel : http://f24.my/ijOOim


---------

Contact
Damien AMADOU
(+33) 01 84 22 74 32
damadou@france24.com

 

Première publication : 16/11/2012

COMMENTAIRE(S)