Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

François Hollande achève sa tournée africaine au Cameroun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : Les touristes algériens très attendus

En savoir plus

REPORTERS

La Libye en quête d'unité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Grèce en défaut de paiement, dette, déficit, faillite...et "grexit" ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attaque de Boko Haram au Nigeria : 150 morts dans 2 nouvelles attaques

En savoir plus

TECH 24

Les nouveaux innovateurs

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : la jupe de la discorde

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les profs 2" : les cancres sont de retour

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour à Gaza, un an après l’opération "Bordure protectrice"

En savoir plus

EUROPE

Les Grecs devront se prononcer par référendum sur le plan d'aide européen

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/11/2011

Le Premier ministre Georges Papandréou a annoncé la tenue d'un référendum sur le nouveau plan d'aide européen. Conclu la semaine dernière au sommet de Bruxelles, il vise à effacer une partie de la dette publique grecque.

AFP - Le Premier ministre grec Georges Papandréou a annoncé lundi l'organisation d'un referendum en Grèce et d'un vote de confiance au parlement sur l'accord conclu la semaine dernière au sommet européen de Bruxelles pour effacer une partie de la dette publique grecque.

"La volonté du peuple grec s'imposera à nous", a déclaré M. Papandréou au groupe parlementaire socialiste, tout en indiquant aussi qu'il allait demander un vote de confiance au Parlement sur l'accord sur la dette.

Les Grecs "veulent-ils l'adoption du nouvel accord ou le rejettent-ils ? Si les Grecs n'en veulent pas, il ne sera pas adopté", a déclaré le Premier ministre.

Dossier



Des manifestations se sont déroulées vendredi dernier dans de nombreuses villes à travers le pays, à l'occasion des célébrations de la fête nationale, pour protester contre la politique d'austérité du gouvernement socialiste et les conséquences de l'accord européen qui donnent aux créanciers plus de contrôle sur la politique budgétaire du pays, faisant craindre à certains une perte totale de souveraineté.

Un sondage paru le week-end dernier montre qu'une majorité de Grecs jugent les décisions du sommet négatives, 12,6% seulement les jugeant positives. Le sondage, mené par l'institut Kapa Research pour le journal To Vima, a été mené auprès de 1.009 personnes.

M. Papandréou dispose d'une majorité de 153 députés au parlement (sur 300 sièges) mais fait face à une montée des oppositions au sein de son propre parti.

Jeudi dernier, au terme d'un sommet marathon, les dirigeants européens ont trouvé un accord avec les banques pour effacer une partie de la dette grecque détenue par les banques créancières du pays.

L'accord conclu avec les banques porte sur un renoncement de 50% de leurs créances, soit cent milliards d'euros sur un total d'endettement public du pays de 350 milliards d'euros.

Athènes recevra en outre de nouveaux prêts internationaux de 100 milliards d'euros également d'ici fin 2014, dans le cadre d'un programme qui remplace celui de 109 milliards d'euros décidé en juillet par l'UE et le FMI.

Par ailleurs, dans le cadre de l'accord, 30 milliards d'euros sont réservés aux banques grecques, qui vont beaucoup souffrir de l'opération d'échange de dettes à 50% de leur valeur, étant les plus grosses détentrices d'obligations souveraines grecques.

En échange, le pays doit accepter un vraisemblable renforcement des contrôles sur sa politique budgétaire, jusqu'à présenté contrôlée tous les trois mois par une "troïka" où sont représentés les trois principaux créanciers du pays: Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international.

A l'issue de l'accord jeudi, le gouvernement grec a indiqué que des membres de la troïka seraient désormais en permanence en Grèce.

La dette de la Grèce s'élève à 350 milliards d'euros, soit environ 160% de son PIB. Selon les termes de l'accord, la dette devrait être ramenée à 120% du PIB d'ici 2020.

Menace sur la zone euro

Première publication : 31/10/2011

  • CRISE FINANCIÈRE

    Les Européens négocient l'annulation de 100 milliards d'euros de la dette d'Athènes

    En savoir plus

  • CRISE FINANCIÈRE

    "La crise de la dette provoque une Europe à deux vitesses"

    En savoir plus

  • INTERVIEW EXCLUSIVE

    José Manuel Barroso : "L'Europe est désormais plus forte"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)